Vidéo : Ignatus – Corps & Biens

On était passé à côté de Corps & Biens, sans doute un des plus beaux poèmes mis en musique cette année par Ignatus.

Il faut réécouter [e.pok], sensationnel disque d’Ignatus. On est emporté par sa sensibilité, par la délicatesse des mots alliée à leur mise en sons. Comme sur ce Corps et biens et sa mise à l’eau évoquant un naufragé de l’absence. Etre amoureux des mots fait assurément un bel aimant et un généreux amant mais ce n’est pas toujours suffisant, oublié des courants, échoué sur notre île.

Dans une pénombre agile
Je déposerai cette jarre
Où mes souvenirs de toi
Reposent fébriles,
Je volerai ce bateau
Moi qui déteste la mer
J’irai me perdre enfin
Dans le grand machin
J’aimais tant ton corps
Il m’allait si bien
Dans ses creux dans ses vagues
Je me noyais corps et biens

Ignatus – Corps & Biens

Ignatus - e . pok

ignatus-epok

Tracklist : Ignatus - e . pok
  1. Epok
  2. Le détroit de Béring
  3. Lire le matin
  4. Un travail
  5. C&B
  6. Florida
  7. Dans l'eau
  8. Oiseau
  9. Dans la barbe de Dieu

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Plus dans Son du jour

Pierredemaere-enfantde

Vidéo : Pierre De Maere – Enfant de

Pierre De Maere sera assurément notre révélation des 38ème Victoires de la musique. Sa pop pétillante sans prétention pourrait faire de la concurrence rapidement à Angèle, on le lui souhaite tellement ce garçon irradie sur scène et touche déjà un public transi.
Augustincharnet-pleasedontdie

Vidéo : Augustin Charnet – Please don’t die

Augustin Charnet enfin dans la lumière. Après Kid Wise puis After Marianne et des mélodies pour Disiz et Damso ou Dinos, le voilà en solo avec un extrait de son premier album, Please don’t die .
Mattelliott-januaryssong

Vidéo : Matt Elliott – January’s Song

En Janvier, on voudrait du repos. Oublier les amours défuntes, les décès prématurés, les vœux hypocrites, les réformes iniques. Alors on écoute l’immense Matt Elliott avec désormais un saxophone envoûtant.