Le Prince à Arras

Le Prince à Arras
Louis - 10/07/2010

Prince
Mauvaise nouvelle. Le rédac’ chef franchit la porte du bureau et vous lance : « Tu pars voir Prince  à Arras ».
Prince, Prince… Oui, le type qui enclenche la machine à tubes dès qu’il claque des doigts mais après ? Qui est derrière l’une des dernières divas de l’ancien temps ? Parce qu’au final, peu de gens connaissent ce perfectionniste.

Prince

Un type assez doué pour court-circuiter les maisons de disques depuis belle lurette et n’en faire qu’à sa tête. Emmerdant tout le monde. Ce soir, les employés du festival ne devaient visiblement pas le regarder dans les yeux et les spectateurs devaient s’habiller en violet. Qui est le plus marteau ? Celui qui a demandé ou celui qui a mis son plus beau pull en laine violet? La question reste posée.

Après une bonne mise en jambe dirigée par l’ex Sly and the Family Stone, Prince arrive. Le pauvre Vauban doit se retourner dans sa tombe. Lui qui a fait construire ce bijou d’architecture militaire dès 1668 ne pensait pas qu’elle serait prise de l’intérieur quelques siècles plus tard. Prince va lancer en quelques secondes une véritable Blitzkrieg millimétrée contre ce fort. Rehaussé d’un groupe tentaculaire, voilà que l’ancien pauvre gosse de Minneapolis devenu star mystique et mystérieuse donne l’assaut. Quelques choristes, une batteuse qui frappe comme une boxeuse et deux claviers vont aider le gazier à rentabiliser le prix astronomique du billet.

Le funk a donc envahit Arras. Le tout grâce à Live Nation. Ce n’est pas beau la vie? Heureusement que la musique est là.
Heureusement que l’artiste a sorti la machine à riffs. D’une précision outrancière, Prince fait décoller des mélodies à faire pâlir la concurrence. Bon Dieu, que c’est jouissif. La Citadelle transformée en discothèque glauque américaine des années 80. Attention, la discothèque classe. Pas celle où des jeunes gens traumatisés par une éducation réactionnaire tentent de serrer la première jouvencelle sur un 33 tours rayé. Non la discothèque sombre, tempérée. Le vieux rade classieux.  Celui qui fait aimer l’Amérique. La source est là. Prince ouvre grand les vannes. Et la recette fonctionne. Isolé des 8000 personne présentes ce soir, un couple d’amoureux s’embrasse pendant Purple Rain. Prince donne les sacrements.

Larry Graham se tape l’incruste. Après un intermède où Prince laisse le contrôle du micro à une de ses régulières, entracte qui permet d’aller recharger des pintes, Prince et ses sbires partent dans des circonvolutions inconnues. L’irréel. 8000 personnes se retrouvent propulsées par des descentes de manche hallucinantes dans le ciel. Le tout avec quatre rappels. Ce type n’est pas humain.

Kiss comme on dit.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Commentaires
    avatar Céd'Céd':

    8000 personnes, ça me semble peu vu la foule que j’ai vu au concert…. j’aurai dit plutôt dans 15 à 20 000 personnes

    Té dla police Cédric ? :)

    avatar Céd'Céd':

    mdrrr….. juste que la place est faite pour au moins 35000 personnes, si tu vois plus de la moitié de la place remplie c’est que ça fait au moins 18000 présents :P

    avatar PhPh:

    Pas mieux !

    Oui, quand même, j’aurais pu le dire, merci Louis :)

    avatar RomainRomain:

    Oui il y avait entre 20 000 et 25 000 personnes hier soir, pas 8 000 ! Mais sinon bon article, j’aime beaucoup le dernier paragraphe qui retranscrit bien le concept du show ! Le meilleur concert auquel j’ai assisté.

    avatar danydu29danydu29:

    Salut tout le monde, moi j’y était (he OUI) 8 heures de route pour LE voir et je peux vous dire qu’on était minimum 30.000 personnes, c’était à tomber par-terre, il est ….. enfin il faut le voir pour comprendre, il est exceptionnel, magique, envoutant, nous entraînant tous dans des rythmes de dance, de funk ou de groove c’était franchement à mourir de plaisir…… Au fait, c’est pas 4 rappels mais 5 car il est revenu quand la plupart des gens tournai le dos à la scène pour partir, et PRINCE était là sur la scène pour un ultime au revoir.

    avatar sofidimsofidim:

    Je faisais partie des 25000 personnes présentes.Et j’avoue:un des meilleurs concerts auquel j’ai assisté!
    Un Mr. « What’s my Name » a l’apogée de sa forme,et d’une générosité sans limites ce soir là,un groupe au groove incroyable,un son au dessus de la perfection,un public galvanisé, 5 rappels bref..: » J’y suis encore »!
    20ten rules!!!

    Très bon billet qui ne me console pas de n’y avoir pas été mais qui retranscrit bien le concert : Merci beaucoup de partager ;-)

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Night Flight to Rouen

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Stupéfiant Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods in a good mood !

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».