Le Prince à Arras

Prince Mauvaise nouvelle. Le rédac' chef franchit la porte du bureau et vous lance : "Tu pars voir Prince  à Arras". Prince, Prince... Oui, le type qui enclenche la machine à tubes dès qu'il claque des doigts mais après ? Qui est derrière l'une des dernières divas de l'ancien temps ? Parce qu'au final, peu de gens connaissent ce perfectionniste.

Prince

Un type assez doué pour court-circuiter les maisons de disques depuis belle lurette et n’en faire qu’à sa tête. Emmerdant tout le monde. Ce soir, les employés du festival ne devaient visiblement pas le regarder dans les yeux et les spectateurs devaient s’habiller en violet. Qui est le plus marteau ? Celui qui a demandé ou celui qui a mis son plus beau pull en laine violet? La question reste posée.

Après une bonne mise en jambe dirigée par l’ex Sly and the Family Stone, Prince arrive. Le pauvre Vauban doit se retourner dans sa tombe. Lui qui a fait construire ce bijou d’architecture militaire dès 1668 ne pensait pas qu’elle serait prise de l’intérieur quelques siècles plus tard. Prince va lancer en quelques secondes une véritable Blitzkrieg millimétrée contre ce fort. Rehaussé d’un groupe tentaculaire, voilà que l’ancien pauvre gosse de Minneapolis devenu star mystique et mystérieuse donne l’assaut. Quelques choristes, une batteuse qui frappe comme une boxeuse et deux claviers vont aider le gazier à rentabiliser le prix astronomique du billet.

Le funk a donc envahit Arras. Le tout grâce à Live Nation. Ce n’est pas beau la vie? Heureusement que la musique est là.
Heureusement que l’artiste a sorti la machine à riffs. D’une précision outrancière, Prince fait décoller des mélodies à faire pâlir la concurrence. Bon Dieu, que c’est jouissif. La Citadelle transformée en discothèque glauque américaine des années 80. Attention, la discothèque classe. Pas celle où des jeunes gens traumatisés par une éducation réactionnaire tentent de serrer la première jouvencelle sur un 33 tours rayé. Non la discothèque sombre, tempérée. Le vieux rade classieux.  Celui qui fait aimer l’Amérique. La source est là. Prince ouvre grand les vannes. Et la recette fonctionne. Isolé des 8000 personne présentes ce soir, un couple d’amoureux s’embrasse pendant Purple Rain. Prince donne les sacrements.

Larry Graham se tape l’incruste. Après un intermède où Prince laisse le contrôle du micro à une de ses régulières, entracte qui permet d’aller recharger des pintes, Prince et ses sbires partent dans des circonvolutions inconnues. L’irréel. 8000 personnes se retrouvent propulsées par des descentes de manche hallucinantes dans le ciel. Le tout avec quatre rappels. Ce type n’est pas humain.

Kiss comme on dit.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
10 réponses sur « Le Prince à Arras »

8000 personnes, ça me semble peu vu la foule que j’ai vu au concert…. j’aurai dit plutôt dans 15 à 20 000 personnes

mdrrr….. juste que la place est faite pour au moins 35000 personnes, si tu vois plus de la moitié de la place remplie c’est que ça fait au moins 18000 présents :P

Oui il y avait entre 20 000 et 25 000 personnes hier soir, pas 8 000 ! Mais sinon bon article, j’aime beaucoup le dernier paragraphe qui retranscrit bien le concept du show ! Le meilleur concert auquel j’ai assisté.

Salut tout le monde, moi j’y était (he OUI) 8 heures de route pour LE voir et je peux vous dire qu’on était minimum 30.000 personnes, c’était à tomber par-terre, il est ….. enfin il faut le voir pour comprendre, il est exceptionnel, magique, envoutant, nous entraînant tous dans des rythmes de dance, de funk ou de groove c’était franchement à mourir de plaisir…… Au fait, c’est pas 4 rappels mais 5 car il est revenu quand la plupart des gens tournai le dos à la scène pour partir, et PRINCE était là sur la scène pour un ultime au revoir.

Je faisais partie des 25000 personnes présentes.Et j’avoue:un des meilleurs concerts auquel j’ai assisté!
Un Mr. « What’s my Name » a l’apogée de sa forme,et d’une générosité sans limites ce soir là,un groupe au groove incroyable,un son au dessus de la perfection,un public galvanisé, 5 rappels bref..: » J’y suis encore »!
20ten rules!!!

Très bon billet qui ne me console pas de n’y avoir pas été mais qui retranscrit bien le concert : Merci beaucoup de partager ;-)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Pixies

2 106 pour les Pixies !

Avant de jouer au Main Square le 4 juillet 2020 devant des milliers de personnes, les Pixies joueront deux soirs d’affilée devant des centaines de personnes au 106 de Rouen.
Shame @ Main Square 2019

Shame (on me)

En 2019, les Londoniens de Shame sont toujours vivants et c’est une sacrée bonne nouvelle. En 2018, ces cinq jeunes lads ont débarqué sans prévenir avec le très correct Songs of Praise. Très correct pour un premier album… Et puis il y avait leurs prestations live. Qui elles, étaient et sont toujours merveilleuses.
Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.