Premiers titres du nouvel album de Yann Tiersen en écoute

Premiers titres du nouvel album de Yann Tiersen en écoute
Pieretti - 19/09/2010

Yann Tiersen - Dust lane en pré-écoute
Grande preview sur le site des Inrockuptibles, le génial Yann Tiersen auteur de superbes bandes originales (Good Bye Lenin, Tabarly entre autres) et albums magnifiques nous dévoile en avant première quatre titres de son prochain album, « Dust Lane » à paraître au mois d’octobre.

Avec ses splendides comptines au piano, Yann Tiersen nous avait habitué à un certain minimalisme, explorant tout au long de ses albums la veine classique, et nous livrant à l’aide d’instruments tous plus magnifiques et déplacés les uns que les autres un rock intime et touchant. Il en allait toutefois différemment lors des concerts, notre ami breton étant réputé pour revisiter ses titres d’une manière souvent plus électrique et déchainé, à mon grand bonheur personnel. Et c’est le virage que semble prendre aujourd’hui le multi instrumentiste de génie avec ces quatre titres mis à l’écoute.

Yann Tiersen

Ouverture sur un edit de « Ashes », titre gargantuesque qui dévaste tout sur son passage avec son piano martelé, ses choeurs et guitares omniprésentes, et surtout son orchestre enlevé, qui emporte l’auditeur sans lui demander son reste. Avec Amy, on assiste au retour de Christine Ott et de ses ondes Martenot qui participent activement à la « signature Tiersen », et à un final étonnant à la cornemuse, preuve que le Rennais ne renie pas ses origines.

On s’éloigne pourtant bien de la Bretagne avec le titre « Palestine », étonnant morceau électrique et enlevé qu’on pourrait presque croire sorti d’un album d’Ez3kiel, dans la fureur de ses neuf lettres scandées tout au long du morceau par une voix presque robotique, et hypnotisante. L’introduction de Dust Lane enfin, morceau éponyme et brève accalmie, apaise le tout, à la manière de l’océan qui balaye les derniers reliefs de la tempête que l’on vient de subir, et qui nous a retournés, impuissants, comme viennent de le faire ces trois titres. Trève de courte durée, les choeurs et guitares viennent très vite clore ce preview de manière magistrale et presque hantée, lorsque tout s’enraye dans les dernières secondes.

Electrique, hypnotisant, et comme toujours enlevé et rapide, cet avant-goût déferle sur l’auditeur comme on essuie une bourrasque, sortie de nulle part, à l’improviste, et sans pitié. On s’exposera volontiers à la tempête que risque d’être l’album, prévu pour le 4 octobre. Sortez les impers !

Commentaires
    avatar ValérieValérie:

    Ouah, magnifique

    avatar ValérieValérie:

    J’oubliais, le 22/11 il est à L’Elysée Montmartre.

    Bonjour, ce n’est pas sur le site des inrocks que cette écoute en avant-première est organisée, mais sur le Soundcloud du label Mute, qui a signé Yann Tiersen et sort donc, avec lui, ce Dust Lane.
    Merci pour cet article et bien à vous,
    lara.

    Superbe… Voilà un album sur lequel je vais me jeter.

    Merci Lara, c’était en plus là que je l’avais chopé, je me suis emmêlé les pinceaux…

    Bonjour à nouveau, Fall !
    Petites précisions « again » : Christine Ott ne joue pas sur l’album, contrairement à ce que vous annoncez, et Yann ne joue pas de cornemuse non plus… Si vous pouviez rectifier ces informations, ce serait chouette de votre part. Merci !

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “News

Brillants Fast Friends

Brillants Fast Friends

Les Fast Friends avaient déjà une classe folle avec Unknown Homes, leur premier EP, paru en 2018. Avant de jouer dans la cour des grands avec Domestic Eyes, leur premier album qui paraîtra le 9 octobre 2020 chez Les Disques du Pavillon, ils reviennent avec le single Hard Sunshine.

Prendre la tangente avec Meridian Brothers

Prendre la tangente avec Meridian Brothers

Point de frères chez Meridian Brothers, le bébé du producteur colombien Eblis Alvarez qui électrise la Cumbia. En 2017, il s’était assagi avec l’acoustique ¿Dónde estás María?, le bogotanais revient en force avec un nouveau disque, Cumbia Siglo XXI.

Le succès annoncé des Protomartyr

Le succès annoncé des Protomartyr

Originaires de Detroit comme les White Stripes, les Protomartyr font beaucoup de bruit depuis 2012 et la parution de leur premier album, le bien nommé No Passion All Technique. Ils seront de retour cet été avec Ultimate Success Today, un disque coup de poing (dans la gueule).

Bienvenue au Maghreb K7 Club !

Bienvenue au Maghreb K7 Club !

Pendant que Lyon était capitale du rock entre 1978 et 1983, la « new wave enragée d’Oran » déferlait sur la fosse aux ours et la place du pont. La Guillotière était l’épicentre de secousses musicales passionnantes que l’on retrouve dans cette Maghreb K7 Club (Synth Raï, Chaoui & Staifi 1985-1997) sorti sur l’excellent label Genevois Bongo…

Power to Liela Moss !

Power to Liela Moss !

C’est toujours le silence radio chez les Duke Spirit. Mais en contrepartie, Liela Moss revient avec le successeur de My Name Is Safe In Your Mouth. Et ça c’est une très bonne nouvelle.

Au feu !

Au feu !

Pendant que l’après ressemble furieusement à l’avant, en pire, Nerlov propose une solution avec Si On Brûlait Tout, nouvel extrait de son récent EP, Je vous aime tous.

Over the dream !

Over the dream !

Encore un bourre-pif en pleine guerre de la COVID. Jeff Rosenstock nous en colle une sévère avec une divine surprise, un nouvel album, NO DREAM à se procurer d’urgence.

Le testament à l’anglaise de Jason  Molina

Le testament à l’anglaise de Jason Molina

Tragiquement disparu à l’âge de 39 ans en 2013, Jason Molina (Songs: Ohia et Magnolia Electric Co) a laisse derrière lui quelques secrets dont ce disque, Eight Gates, enregistré à Londres entre 2007 et 2008 que Secretly Canadian publiera cet été.

En lévitation

En lévitation

Sommes-nous toujours des connards ? En tout cas sûrement ceux qui continuent d’ignorer Jeff Martin et Idaho. Heureusement Talitres réédite Levitate paru en 2001 avec 1000 exemplaires en vinyle le 17 Juillet 2020.

La diagonale du fou

La diagonale du fou

Encore un retour cette semaine avec un titre très personnel de Matt Berninger, Serpentine Prison sans The National.

Pris dans les phares

Pris dans les phares

Il y a des retours qui font du bien. Après Elvis Perkins, revoilà notre irlandais préféré James Vincent McMorrow sans nouvelles depuis deux ans avec un nouveau titre, Headlights.

Surfer Blood : ça va saigner

Surfer Blood : ça va saigner

De retour chez Kanine Records (le label qui les avait signés pour leurs débuts en 2010), les Surfer Blood s’apprêtent à faire partir une salve de tubes avec Carefree Theatre, leur nouvel album.

Pisser dans la colle !

Pisser dans la colle !

Sleaford Mods se moque du virus et des sorties de disques décalées. Car les Sleaford Mods sont le virus, le bacille vivace punk que l’on ne doit surtout pas éradiquer.

Woods can’t get outta my head

Woods can’t get outta my head

Jeremy Earl et ses Woods sont de retour avec Strange Explain, leur onzième album. Et bonne nouvelle, ce disque est meilleur que le dixième. Dixième album qui était meilleur que le neuvième. Neuvième album qui était meilleur que le huitième…

The Drums, sans tambour ni trompette

The Drums, sans tambour ni trompette

Miracle ! Le nouvel artwork du nouveau boulot de Jonny Pierce aka The Drums ne nous donne pas la nausée. Après les horribles pochettes (Brutalism & Abysmal Thoughts), Pierce se décide à enfin revenir à des choses plus jolies et plus méditatives.

Les Stroppies sont bien vivants !

Les Stroppies sont bien vivants !

Coincés entre les (sensationnels) RVG et les (ultra-productifs) Rolling Blackouts Coastal Fever, les Stroppies se voient obligés d’occuper le terrain et sont prêts pour publier Look Alive!, leur deuxième album.

Roxaane la lumineuse !

Roxaane la lumineuse !

Chronique d’un carton annoncé. On vous a déjà prévenu, Roxaane sera une très grande si elle ne va pas à contresens. Encore que.

Les transports de Fernõ

Les transports de Fernõ

Bon, d’accord il y a un peu plus de cent kilomètres d’Hollywood à Õsaka le nouveau titre de Fernõ, mais en amour, le concept d’espace temps est élastique.