dEUS @ Musilac 2011
dEUS @ Musilac 2011

Moyenne d’age, trente ans dans la salle du Trianon qui accueille dEUS venu défendre Keep You Close sur scène. C’est Balthazar qui ouvre le bal.

Balthazar

Pour une fois, la grande prêtresse des premières parties aura été clémente. Et cohérente. C’est pas souvent. C’est donc un jeune groupe belge de pop rock indé relevé de violon et de touche electro qui ouvre pro un autre groupe de pop rock indé.
Balthazar, groupe à quatre voix, laisse les atmosphères s’installer à la faveur de longues plages instru. Une belle surprise, à suivre.

dEUS

C’est avec Slow que dEUS monte sur scène. Première constatation, ils ont une classe et une prestance indéniable, avant même d’avoir joué une seule note. Ils sont là, ils ont l’attitude (un peu diva pour Tom Barman). C’est qu’ils ont de la bouteille, et quelques heures de vol. Mais pas au détriment de l’énergie, qu’ils déploient sans réserve tout au long du concert.
Un concert en dent de scie, malheureusement. Durant la première partie, dEUS exécute majoritairement des morceaux récents, récite presque, parce qu’il n’y a pas de réel plus-value du live sur les versions studios. Hormis quelques solos de guitares ; magistralement réalisé ceci dit. Mais le son est cradingue, écrasé, saturé et ne rend pas hommage aux arrangements du groupe. Les morceaux ne sont pas toujours à la hauteur que les dEUS ont eux même fixée. A tel point que sur certains morceaux, le groupe tire les ficelles d’un rock qui, et même s’il est bien fichu, n’excite pas beaucoup. Jusqu’à cet instant, on peut dire qu’il s’agit d’un concert de fan… Il faut probablement avoir une histoire avec les morceaux de dEUS pour atteindre l’excitation de certains sur Instant Street

Et puis arrive Magdalena et Little Arithmetics. On retrouve un dEUS plus fin, plus complexe, qui a enfin quelque chose de plus original, plus authentique à nous raconter. Keep You Close qui fonctionne plutôt bien sur l’album du même nom, passe finalement presque difficilement en live. Peut être parce qu’il est trop attendu. Le convenu The End Of Romance aurait facilement pu être remplacé par Twice (we survive) plus dans le ton de Bad Timing et Sister Dew qui suivront. Ces deux morceaux ressuscitent une âme de dEUS visiblement éteinte sur le dernier album. Le groupe enchaine avec Worst Case Scenario et Morticiachair qui insufflent une énergie jazz et Hip Hop au public du Trianon, un son frais et puissant. dEUS clôt son set sur l’hymne Suds & Soda qui finit de soulever le public qui reprend le refrain le poing levé. Alors si le groupe est capable de ça, on veut bien lui pardonner ses approximations.

Si le concert semble inégale, c’est qu’il n’y a pas un seul et unique dEUS, au fur et à mesure des années, le groupe belge s’est essayé à une multitude de genres et de styles différents, autant de chance de nous perdre en cours de route. Et mêlé aux autres morceaux du groupe, on se rend facilement compte que le lyrisme de Keep You Close, qui passe plutôt bien en studio, n’est pas nécessairement à la hauteur du reste de la discographie. Peut être aurait il fallut construire la setlit différemment, peut être aurait il fallu que dEUS s’accompagne d’une formation étendue pour rendre compte de l’ambition de Keep You Close… Peut être. Mais heureusement pour eux, leur savoir faire et leurs anciens morceaux leurs sauvent la partie.

Date : 24 octobre 2011
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »
Minuit Avant La Nuit 2019

L’envol de Minuit Avant La Nuit

Le festival Minuit Avant La Nuit, organisé par la Lune des Pirates, prend son envol cette année pour sa deuxième édition. Après avoir enchanté les fans de shoegaze avec Slowdive et les amoureux de Bertrand Belin avec les Limiñanas, le festival amiénois nous promet une nouvelle belle édition avec une affiche qui fait la jonction…
Balthazar © Fabrice Buffart

Fièvre à l’Epicerie avec Balthazar !

Belle fête d’anniversaire pour Michiel, batteur du groupe belge Balthazar qui avait invité plusieurs centaines d’auditeurs pour célébrer fiévreusement l’événement à l’Épicerie Moderne de Feyzin.

Pas de hasard chez Balthazar

2019 marquera le retour de Balthazar avec Fever leur quatrième album. Après des albums solos pour les deux leaders du groupe et un line up modifié, ils reviennent chargés à bloc et en pleine forme. C’est dans un charmant hôtel parisien que nous avons rencontrés les rois Belges de la pop vintage pour une discussion…
Balthazar

Balthazar touche !

Balthazar fait grimper la température avec un nouveau titre smoothy funky, I’m Never Gonna Let You Down Again extrait de leur nouvel album Fever à paraître le 25 janvier chez Pias.

Plus dans Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…