Rock En Seine – Jour 3

Rock En Seine – Jour 3
Queen Mafalda 30/08/2011
photos Anna Calvi @ Nouveau Casino (06.2010)
Anna Calvi @ Nouveau Casino (06.2010)

C’est les pompes un peu plus boueuses que la veille et les mollets un peu plus endoloris que l’on commence cette troisième et dernière journée de Rock En Seine.

The Naked And Famous

Aujourd’hui, c’est The Naked And Famous qui ouvre mon bal sur la scène Pression Live. Le groupe néo-zélandais joue une Electro Pop mélodique aux doux soubresauts indé.

Frànçois & The Atlas Mountains

Frànçois & The Atlas Mountains montent sur la scène de l’Industrie. Le groupe français, croisement entre un MGMT et Un Foals sert un electro folk organique aux touches world. Sur scène, on trouve une pléthore de claviers (Roland et moog) et percus. Le tout est présenté dans la langue de Molière ; l’exercice qui aurait pu se révéler périlleux est assez bien ficelé pour être réussi et offre de beaux moments psycho planants, aux instrumentations aériennes.

Lilly Wood and The Prick

Il y a deux ans, c’était sur la scène de l’industrie que s’illustrait Lilly Wood and The Prick. Cette année, ils prennent d’assaut la grande scène de la cascade pour un set plein d’assurance, peut être plus énergique que les saisons précédentes.

Cat’s Eyes

Avant de s’illustrer avec The Horrors, Faris Badwan nous présente Cat’s Eyes, projet mené avec la chanteuse lyrique Rachel Zeffira. Passons rapidement sur le morceau pompé sur Femme Fatale du Velvet pour mentionner directement le jeu de scène de Badwan consistant exclusivement en maintenir sa mèche sur ses yeux. La prestation est faites d’une alternance métronomique de morceaux doux et amoureux, romantico-mystiques pour gothique en fleur et de morceaux plus noirs, tendance The Horrors shoegaze, nettement plus efficace.

Simple Plan

Le groupe pour midinette contente efficacement ceux venues les voir. Les canadiens offre un vrai show à l’américaine capable de faire sortir de nous l’adolescent en sommeil.

Miles Kane

Une foule compacte se presse devant la petite scène de l’Industrie pour voir la prestation du numéro deux des Last Shadow Puppets. Miles Kane distille un rock anglais énergique et racé aux Mélodies vintage et guitares racées. On ne comprend plus bien pourquoi on fait tout un plat d’Alex Turner.

The La’s

La prestation de The La’s vaut pour sa valeur historique. Le duo guitare/basse donne aux morceaux une allure de demi, un aspect au mieux lo-fi, sinon rachitique et incomplet. Il manque forcément quelque chose. Le set ne décollera jamais vraiment, laissant une sensation de nostalgie et d’inachevé. Même le légendaire « There She Goes » ne suffira pas à réchauffer un public laissé inerte par cette prestation.

Anna Calvi

On retrouve dans le set d’Anna Calvi ce qu’on aime de son album : une fougue sage, des mélodies enlevées, une grâce racée… Le charme est au rendez-vous pour les amateurs de la belle, toujours accompagnée de son batteur et de sa percussionniste occupée à animer un instrument fait de bric et de broc. Le tout est d’une propreté un peu redondante. On se surprend à espérer une petite aspérité qui viendrait animer le show de quelque chose d’humain. Tout est dans le contrôle. On pouvait attendre un grain de folie.

Deftones

En tête d’affiche du jour, Deftones qui a apporté sur le site une petite cohorte de fan de métal un poil plus âgé que ceux venus pour Simple Plan. Chino et sa bande offrent un set vitaminé qui ne laisse pas un seul instant les mélodies de côté. Résultat immédiat : la foule répond présente pendant le set d’une heure, les guitares défilent entre les mains de Stephen Carpenter, Chino sautille comme un cabri…

Archive

Ce sont les anglais d’Archive qui vont clôturer cette édition 2011, accompagnés d’un orchestre au grand complet pour l’occasion. Le set des anglais oscille entre douceur et force, entre mélancolie et énergie brute déployée, au confluent de l’électro et de l’électricité, comme il se doit. On me dit que la formule est redondante. Certes. Mais elle fonctionne. On reconnait tour à tour, You Make Me Feel (qui annonce l’entrée en scène de Maria Q), Sane, Bullets, Controlling Crowds… Ce live est un travail d’équipe où tous participent à l’élaboration des pièces sonores. Si on ajoute à cela un jeu de lumière magistral, on assistait dimanche soir à un live de haut vol.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Réponses
  1. Archive, c’est bien une autre dimension ! Pas redondante à mon goût.
    J’ai bien aimé les « Mechanical Romance » qui apportait un peu de « fuck you bien profond » :), ça réveille un peu tout de même !

  2. The La’s quelle déception… Comment ont ils pu arriver là ?
    Ils auraient mieux fait de laisser la scène à Miles Kane

  3. @MHF: Ouais, j’ai été super déçu par the La’s, je m’attendais vraiment à autre chose, mais sans batteur, c’était compliqué. Effectivement, echangé avec Miles Kane aurait été plus logique.

    @Callivero: Effectivement, je pense que tu veux dire « My Chemical Romance » Pour un coup de Fuck You Bien Profond, The Streets et Deftones faisait largement l’affaire.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.

Jean-Louis Aubert

Aubert toujours vert !

Jean-Louis Aubert, solaire, seul mais pas solitaire, et surtout solidaire du monde, et de la vie. Une parenthèse enchantée d’un soir d’été, à Sète, un balcon sur la mer.

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »

[MALN 2019] Merveilleux Andrew Bird

Revenu avec My finest Work Yet l’un des albums de l’année, Andrew Bird a fait des merveilles pour le premier soir de Minuit Avant La Nuit.

[MALN 2019] Fondants Foxwarren !

Deux ans après sa venue à Amiens pour défendre et surtout jouer l’album The Party, Andy Shauf était de retour hier soir à La Lune des Pirates. Et avec Shauf, le changement c’est maintenant.

Cool as Wilco

Après un break de deux ans, Wilco remet la gomme avec une mini tournée française qui n’est qu’une étape vers la sortie dans les mois prochains mois d’un onzième album et d’un concert parisien au Trianon.

Angèle @ Zénith Amiens - 05 juin 2019

Balance ton concert

Avant d’être la tête d’affiche du Main Square et du Paléo Festival (pour ne citer qu’eux), Angèle posait ses enceintes dans un Zénith d’Amiens qui affichait complet (comme les autres) pour faire danser et chavirer les cœurs de plusieurs générations.

Le Souldier Tour de Jain fait étape à La Halle Tony Garnier

« C’est la plus grande salle que j’ai jamais faite ! » s’est exclamée Jain devant le public de la Halle Tony Garnier. L’artiste, pourtant déjà détentrice d’une double victoire de la musique, à laquelle s’est ajoutée une nomination aux prestigieux Grammy Award, tout cela dans le cadre d’une tournée mondiale n’a pourtant rien d’une débutante. Elle…

Jeanne Added

Add to Jeanne Added

Quasiment quatre ans après son passage à La Lune des Pirates, Jeanne Added revient à Amiens. Entre 2015 et 2019, elle est restée la même.

Balthazar © Fabrice Buffart

Fièvre à l’Epicerie avec Balthazar !

Belle fête d’anniversaire pour Michiel, batteur du groupe belge Balthazar qui avait invité plusieurs centaines d’auditeurs pour célébrer fiévreusement l’événement à l’Épicerie Moderne de Feyzin.

Bryan’s Magic Tears : It’s Kind of Magic

Les Bryan’s Magic Tears étaient de passage à Amiens pour deux missions éminemment dangereuses. Ouvrir pour Le Villejuif Underground le vendredi soir et faire un goûter-concert le lendemain après-midi. Missions impossibles pour le gang de Benjamin Dupont, le Ethan Hunt de l’affaire ? Du tout. Attention, cet article s’auto-détruira dans 20 secondes.