dEUS – Keep You Close

Sans qu'il y ait à vraiment débattre, on peut dire que dEUS est LE groupe de rock belge, on peut même ajouter que le groupe met la pâté à 98% des groupes de pop rock européens. Après Vantage Point en 2008 le groupe revient avec Keep You Close.


Premier extrait, Constant Now. Rien de très folichon. Une pop qui rentre dans les cases, pas dégueulasse, mais rien d’excitant. Avec toutefois, l’intervention de cuivres un rien kitsch. On attend mieux de la part des belges. On attend surtout l’album pour se faire une idée définitive.
Keep You Close s’ouvre avec le titre éponyme. dEUS met les petits plat dans les grands avec ce titre aux voix doublées et à l’ensemble de cordes qui lui donnent un élan lyrique. Si on me demande mon avis, je suggérerai le puissant Dark Sets In comme second single, le refrain à été expressément écrit pour être scandé…
Si tout l’album est de très bonne qualité, il est tout de même des moments meilleures que d’autres. Twice, est tout en montés en puissance et déflagrations, aux nappes de cordes bien menées, jusqu’à l’explosion finale, on sent la rage dans les voix, encore accentuée par le lyrisme qui se dégage de ce titre et qui fini par donner au morceau des allures d’hymne martial. The End Of Romance s’étend entre spoken word abrupte, et chant doux ; dualité entrant en parfaite résonance avec l’instrumentation faites de nappes délicates et de percus sèches. Le voluptueux Ghosts est d’une efficacité redoutable. On appréciera la saturation d’Easy à l’ambiance de zone industrielle désaffectée et au piano de vieux cabaret qui clôt l’album sur une outro étirée à l’infini, morceau sur lequel dEUS nous démontre l’art de la rupture.

dEUS – Keep You Close

En définitive, dEUS offre un album pop dans les règles de l’art. Presque un cas d’école. Si on peut classer sans peine l’album dans le bac de l’Easy Listening, il recèle des ressources qui peuvent passer inaperçues au premier abord : une dualité dans les atmosphères, les structures, des ruptures menées d’une main de maitre dans des constructions tout sauf linéaires, des cordes omniprésentes, des percus qui n’ont rien d’apaisées, des arrangements où rien n’est laissé au hasard… Avec Keep You Close dEUS montre qu’ils n’ont pas usurpé leur titre. Et qu’ils sont encore là.

Discographie

» sortie : 19 septembre 2011

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
5 réponses sur « dEUS – Keep You Close »

Ouais, je pense bien que Ghinzu c’est la relève. Mais « historiquement » et « Dans l’insconscient collectif » je pense que dEUS, c’est quand même le groupe belge par excellence.

En même temps quel autre groupe belge (ou Français) à égalé « The Ideal Crash »?

A part ça à la première écoute c’est mieux que Vantage…

Ho ben de toute façon, quoiqu’on en dise, dEUS c’est pratique pour les couettes (ou les raquettes…) ! Et zu !

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Balthazar - Epicerie Moderne © David Heang

Balthazar, la myrrhe du son

On savait que Balthazar était né sous une bonne étoile, mais c’était sans compter les prodiges de Genghar.
dEUS - Selected Songs 1994–2014

dEUS – Selected Songs 1994–2014

La nouvelle compilation des belges de dEUS possède un titre un peu moins définitif que la précédente. En effet en novembre 2001, Tom Barman et les siens publiaient une compilation intitulée « No More Loud Music ». En 2014, une séparation et quatre albums plus tard, voilà Selected Songs 1994–2014, une compilation qui résume parfaitement la carrière […]
dEUS – Following Sea

dEUS – Following Sea

Keep You Close, le dernier album de dEUS, groupe belge de référence, paraissait en 2011. Un recueil de chansons pop, biens sous tous rapports, mais qui avait laissé les fans du groupe de rock sur leur faim. Et aujourd’hui, comme par magie, moins d’un an après la sortie de leur dernier album, le groupe sort […]
Musiques En Stock 2012 - Cleet Boris

Musiques en Stock 2012

Le plus bédéphile des festivals musicaux, Musiques en Stock (à Cluses en Haute-Savoie) vient de livrer sa fabuleuse programmation 2012.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.