Here comes Johnny !

John Cale
Bon d'accord, on dirait une vieille tata qui a raté sa couleur échappée du bus de Priscilla... Pourtant c'est un grand monsieur qui après avoir joué son chef d'oeuvre, Paris 1919 à Pleyel l'an dernier revient pour une tournée sobre et chic et une poignée de nouvelles chansons.

John Cale

John Cale sera en concert ce 2 novembre au centre Pompidou à Paris et le 5 novembre à L’Epicerie Moderne de Feyzin près de Lyon. Inclassable, entre musique contemporaine (il a été l’élève de Xenakis, a collaboré avec John Cage, Aaron Copland ou La Monte Young ) et musique populaire (Les Stooges, Nick Drake, les Modern Lovers, Brian Eno, bien sûr le Velvet avec son âme héroïnée, Lou Reed) ou musiques de films (avec Assayas, Beauvois ou Garrel), il vient de sortir un nouvel EP, Extra Playful avec un single guilleret et d’actualité, Catastrofuk qui parle malgré tout de lui : Take a look at the future, Think about the past, Hurry up to the present. Il se dit parfois « perplexe, désorienté, mais jamais lassé par le rock ! Cette perplexité est d’ailleurs bien utile si vous cherchez à faire quelque chose de différent. » Pas sur qu’il décapite un poulet ou se déguise en Michael Myers ce samedi mais l’ombre d’un géant se propagera assurément sur L’Epicerie Moderne pour à peine 20 euros pendant que son alter ego féminin, la pythie Smith investira le Transbordeur pour un concert – lecture le 14 novembre pour 55 euros (!!). Si vous voulez être plus calé sur John, n’hésitez pas à lire son autobiographie parue en mai dernier au Diable Vauvert.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Brlin-stateoffear

[EXCLU] Vidéo : Bärlin – State of Fear

Attention, ce titre n’est pas en faveur de la retraite à 64 ans. La crainte doit changer de camp. Il ne reste que la poussière de nos rêves. La tempête doit tout emporter.
Daughter-beonyourway

Vidéo : Daughter – Be On Your Way

« Je pense que c’est plus optimiste que nos précédents disques ». Be On Your Way s’ouvre sur des guitares scintillantes et des lueurs blafardes. Une sortie du tunnel ? Quand point la batterie, la lumière se fait et on avance sur le chemin.
Heyheymymy-restlessmind

Vidéo : Hey Hey My My – Restless Mind

« Quand je regarde la poitrine d’une femme, je vois double » affirmait Jules Renard. Hey Hey My My nous reveille en pleine nuit avec ce Restless Mind agité avant la sortie de leur nouvel album, High Life chez Vietnam le 3 février.

Plus dans News

Richard-dawson---pc-kuba-ryniewicz--13---300-dpi

Dawson craque

Notre peasant préféré de Newcastle Richard Dawson chevauche une monture imaginaire pour mieux nous dépayser avec Horse and Rider extrait de son génial dernier album, The Ruby Chord.
Talisco-human

De la nature humaine

Retour sur terre pour Talisco avec un titre, Human qui annonce un nouvel album.
Jeanfelzine-cettefemmeestunmystre

Le Roy Jean

« Ne dépouillez pas la femme de son mystère » écrivait Friedrich Nietzsche. C’est souvent elle qui pourtant nous dépouille de nos certitudes et de nos illusions. Jean Felzine adapte magistralement en français le She’s a Mystery to Me chanté par Roy Orbison paru en 1989 sur son album posthume.
Miossec-mesvoitures

Au volant avec Miossec

Miossec nous conte son épopée automobile. On prend alors la route à rebours où les voitures sont des compagnes, presque des amantes défuntes.