Rencontre avec Zaza Fournier dans le cadre du Nancy Jazz Pulsations.
Photos : Arno Paul (www.arnopaul.net)

Le nouveau regard de Zaza Fournier

Depuis son expérience de la vie à deux, la jeune parisienne a bien grandi. Elle nous invite maintenant à consommer une vodka fraise. Zaza Fournier s’épanouit ainsi dans un deuxième album sorti en mai dernier, qu’elle écrit à la maison avec son nouveau chouchou : un orgue à bouton, qui vient détrôner son fidèle instrument qu’était l’accordéon. Ses chansons deviennent alors plus électriques… résultat d’un album plus rock, plus sixties. A 26 ans, fini les chansons d’amour à la française : « J’avais 19 ans lorsque j’ai écrit ma première chanson et évidement à cet âge, on parle d’amour. Maintenant je me suis dit que l’enfance était terminée. » Alors sans pour autant s’opposer à ce qu’elle avait déjà écrit, Zaza se force à réaliser son souhait : composer des chansons bien à elle, aux sonorités inspirées par Piaf comme par Elvis, dans lesquelles elle se livre, « bizarrement, j’en dis plus dans mes chansons que dans la vie », avoue t-elle. Sa mère, son frère, sa vie, la chanteuse se confie. Le titre de l’album Regarde-moi est alors tout trouvé.

Zaza Fournier - Vodka Fraise

Et comme dans l’écriture, l’interprète, compositrice, chanteuse se libère en concert. « Je me suis rendu compte que l’endroit où je me sentais la plus libre était la scène. Je me lâche, je suis plus drôle. » Et c’est peut être ça la clé de son succès, puisque le 15 octobre dernier, Zaza a pu admirer son nom en lettres rouges sur la devanture de l’Olympia. Et même si la peur était présente, la demoiselle s’est éclatée.

Plus à l’aise sur scène que dans la vie, l’ancienne étudiante en théâtre ne laisse pas de côté l’idée de se retrouver un jour sur les planches pour y jouer un personnage autrement qu’en chanson. « Je suis encore jeune. Je ne me projette pas mais ça pourrait être possible. » En attendant, cette « môme » parisienne qui avait débuté sa carrière avec pour seul accompagnement son accordéon et son iPod dans divers lieux de la capitale, continue son petit bout de chemin et est en tournée dans toute la France.

Photo portrait : Zaza Fournier @ NJP, Nancy | 6 octobre 2011

Merci à Zaza, Michèle, Virginie, Cécile et toute l’équipe du NJP !

© Diane Charbonnel / Arno Paul – Tous droits réservés.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…