clip : The Heavy – What Makes A Good Man

clip : The Heavy - What Makes A Good Man
Le troisième album des anglais de The Heavy parraitra le 20 aout. En attendant, ils nous ont laissé un premier single assorti d'un clip, dejà taillé pour faire un carton sur la bande FM.

The Heavy

The Heavy serait quelque chose comme les cousins anglais de TV On The Radio. Avec What Makes A Good Man, ils publient un titre soul/funk version nouvelle génération, au motif entêtant. On pourra se le passer en boucle en attendant la sortie de The Glorious Dead le 20 Aout.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Cela pourrait vous intéresser

Bruce Springsteen

Merci patron !

La pêche du jour vient d’un monsieur de 73 ans qui annonce un album de reprises de standards de la soul avec Do I Love You (Indeed I Do) et effectivement on l’aime. Merci Boss !
Jeykhemeya-dice

Vidéo : Jey Khemeya – Dice

Les dés sont jetés. Lady J. devient Jey Khemeya et l’alchimie de sa voix chaude et du groove de ses musiciens fait monter une température déjà caniculaire.

Plus dans Son du jour

Timdup-lesimmortelles2

Vidéo : Tim Dup – Les immortelles

Tim Dup fait petit à petit sa place dans la chanson en français. Avec Les immortelles, déjà son quatrième album depuis 2017, il touche par sa simplicité.
Lauraclauzel-minuit

Vidéo : Laura Clauzel – Minuit

On a besoin d’amour, quelle que soit l’heure. Mais à Minuit, les corps s’éveillent et Laura Clauzel nous propose de nous « perdre encore un peu dans des volutes d’amour, ivres de vie et d’envie. »
Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

[EXCLU] Vidéo : Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

LA ville du Havre comme vous ne l’avez jamais vue. Stéphanie Acquette la métamorphose en ville de science fiction où deux héroïnes extra terrestres s’affrontent à coups de pistolets laser dans une quête quasi spirituelle.
Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Vidéo : Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Évidemment, si vous avez vu Phase IV de Saul Bass, vous ne regardez plus les fourmis de la même façon. Avec la musique d’Orval Carlos Sibelius, c’est encore plus déroutant avec la fin inédite du film pour cette ode à l’inévitable apocalypse.