clip : Amanda Fucking Palmer - Want It Back
Tétons, nudités, poils pubiens, aisselles … C’est ce qu’on peut entendre du dernier clip d’Amanda Palmer, ex Dresden Dolls, qu’il convient aujourd’hui d’appeler AFP, comme Amanda Fucking Palmer.

Amanda Fucking Palmer

Après deux albums solos, un album de reprise de Radiohead, une multitude de collabarations et un passage d’une major à artiste indé, Amanda Fucking Palmer sort Théâtre Is Evil. Pour l’occasion, elle lance un projet de financement kickstarter, s’entoure de nouveaux musiciens et mobilise tout un tas d’artistes. Elle parle de sa démarche dans une video :

Want It Back est le premier extrait de ce nouveau projet dont le clip déclenche une petite polémique. Et il est donc possible de voir une version du clip exempte de poils pubiens et de tétons.
Quoi qu’il en soit il est certain qu’Amanda Palmer possède sa propre esthétique et une imagerie faite de cabaret, d’art de rue (qu’elle a performé pendant longtemps) et de féminisme queer. Et le clip en stop motion de Want It Back en est le reflet. Lorsqu’il s’agit d’expliquer son choix artistique, voilà ce que raconte Amanda Palmer au Guardian :

« Je me sens tellement bien nue, que je l’avais oublié. Je suis fière qu’il y ait de la nudité dans cette vidéo, mais que ce ne soit ni érotique, ni sexuel. Elle utilise le corps comme une toile brute, ce que j’adore. »

Theatre Is Evil sort en Septembre et Amanda Fucking Palmer sera en concert à La Maroquinerie (Paris) en Novembre.