Les Invites de Villeurbanne se qualifient de "festival pas pareil". Il a lieu juste avant la très convenue et avinée  fête de la musique. Gratuit, convivial, animé par de nombreux bénévoles, artistes et associations, il se déroule sur quatre jours en mêlant arts de la rue, musique et repas de quartier le tout coordonné par les Ateliers Frappaz. Idéal pour célébrer l'été, cette huitième édition a métamorphosé la ville en un joyeux barnum et réussit la gageure de faire se rencontrer les gens pour des palabres amicales, très loin des déambulations grégaires et moutonesques de la "prestigieuse" fête des Lumières lyonnaise.


Remède anti-crise et anti-morosité, fête populaire au sens le plus noble, melting pot (pop ?) générationnel et culturel, les Invites ont accueilli près de 80 000 visiteurs, promeneurs, auditeurs, curieux, et autres flâneurs.

Cette année le Burkina Faso, « pays des hommes intègres » était à l’honneur avec les chanteurs Alif Naaba et Victor Démé, les marionnettes géantes des Grandes Personnes de Boromo ou encore la Compagnie du Fil sa visite mémorable des objets incroyables du musée Bombana de Kokologo et son regard décalé sur l’Afrique du système D.

Un melting pot musical

Côté musique donc, le mot d’ordre était le brassage des cultures et des sons. Le jeudi était consacré à l’électro pop sautillante avec les frenchies de Tahiti 80, super stars au pays du soleil levant mais moins prophètes dans leur contrée comme Phoenix qui cartonne à l’étranger. Puis la sensation hype-buzz du moment un peu décevante, le trio franco américain Naïve New Beater déversa son électro pop fluo mâtinée de guitares stridentes souvent répétitives avant que les Grand Bretons de Metronomy ne déchainent le dance floor improvisé sous le chapiteau avec des missiles tonitruants entre Devo et Kraftwerk.

Un vendredi calme

Le vendredi fut plus calme avec le folk blues de la canadienne Melissa Laveaux et sa voix rocailleuse, un peu plus excité et excitant avec le hip hop racé des sud africains de Tumi & the Volume, radicalement mélancolique voir neurasthénique avec le nouveau projet de Neneh Cherry nommé CirKus et enfin un peu convenu avec le pseudo hippie folk de Loizeau Emily sans doute pas assez « sauvage », au final trop carré et sans émotion.

Le dernier jour, nous apprîmes grâce au sympathique groupe de rock pour enfants, le Kolektif Krao que tout était bon dans le cochon, que les huertas espagnoles sont assez proches des champs de coton de Caroline du Sud avec la voix chaude et soul des Sweet Vandals mais aussi que l’homme du monde, Arthur H a viré groovy pour les bobos branchouilles et variétoches pour beaucoup qui ont écouté fastidieusement son set et qui auraient sans doute préféré la petite sœur prodige, Izia.

Fishbone en apothéose

Fishbone au Trabendo

Heureusement, la soirée se finissait en beauté avec les vétérans mais toujours verts Fishbone fusionnant slam, jazz, funk, hip hop, punk, reggae ou encore ska. 1h45 de spectacle de folie avec un Angelo Moore déchainé, jonglant entre ses saxophones, du sopranino au sax basse, boxant son Theremin et slamant toute gorge déployée dans la fosse, atteignant même, au son vrombissant de Norwood Fisher, son compère de toujours à la basse, l’un des piliers du chapiteau pour s’y balancer tel un pantin désarticulé et rigolard. Fêtant leur 30 ans d’existence, les Fishbone ont donné assurément ce soir là une leçon d’énergie sur scène, écrasant les jeunots et laissant telles les girafes géantes de l’affiche du festival, une empreinte indélébile pour cette édition 2009.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Invites 2013

On vous invite ?

12ème édition du festival pas comme les autres de Villeurbanne. Comme d’habitude, Les Invites sont gratuits et proposent un melting pot musical de qualité pour passer d’agréables soirées en ces premiers jours de l’été (si, si !), Jugez plutôt ci-dessous.
Les Invites de Villeurbanne 2012

Villeurbanne vous invite

Les Invites c’est le festival « pas pareil » de Villeurbanne. On connait enfin les noms bigarrés qui embraseront les nuits du 20 au 23 juin 2012. DiscographiesBaxter Dury ★ Boogers ★ Brigitte Fontaine ★ Didier Super ★ General Elektriks ★ Rocé ★ Saul Williams ★ Sizarr

Les invités, le festival pas pareil

Les Invites de Villeurbanne se qualifient de « festival pas pareil ». Il a lieu juste avant la très convenue et avinée  fête de la musique. Gratuit, convivial, animé par de nombreux bénévoles, artistes et associations, il se déroule sur quatre jours en mêlant arts de la rue, musique et repas de quartier le tout coordonné par les Ateliers Frappaz. Idéal pour…

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.