Villeurbanne vous Invite !

Naïve New Beater
Guimauve - 23/06/2009

Les Invites de Villeurbanne se qualifient de « festival pas pareil ». Il a lieu juste avant la très convenue et avinée  fête de la musique. Gratuit, convivial, animé par de nombreux bénévoles, artistes et associations, il se déroule sur quatre jours en mêlant arts de la rue, musique et repas de quartier le tout coordonné par les Ateliers Frappaz. Idéal pour célébrer l’été, cette huitième édition a métamorphosé la ville en un joyeux barnum et réussit la gageure de faire se rencontrer les gens pour des palabres amicales, très loin des déambulations grégaires et moutonesques de la « prestigieuse » fête des Lumières lyonnaise.

Remède anti-crise et anti-morosité, fête populaire au sens le plus noble, melting pot (pop ?) générationnel et culturel, les Invites ont accueilli près de 80 000 visiteurs, promeneurs, auditeurs, curieux, et autres flâneurs.

Cette année le Burkina Faso, « pays des hommes intègres » était à l’honneur avec les chanteurs Alif Naaba et Victor Démé, les marionnettes géantes des Grandes Personnes de Boromo ou encore la Compagnie du Fil sa visite mémorable des objets incroyables du musée Bombana de Kokologo et son regard décalé sur l’Afrique du système D.

Un melting pot musical

Côté musique donc, le mot d’ordre était le brassage des cultures et des sons. Le jeudi était consacré à l’électro pop sautillante avec les frenchies de Tahiti 80, super stars au pays du soleil levant mais moins prophètes dans leur contrée comme Phoenix qui cartonne à l’étranger. Puis la sensation hype-buzz du moment un peu décevante, le trio franco américain Naïve New Beater déversa son électro pop fluo mâtinée de guitares stridentes souvent répétitives avant que les Grand Bretons de Metronomy ne déchainent le dance floor improvisé sous le chapiteau avec des missiles tonitruants entre Devo et Kraftwerk.

Un vendredi calme

Le vendredi fut plus calme avec le folk blues de la canadienne Melissa Laveaux et sa voix rocailleuse, un peu plus excité et excitant avec le hip hop racé des sud africains de Tumi & the Volume, radicalement mélancolique voir neurasthénique avec le nouveau projet de Neneh Cherry nommé CirKus et enfin un peu convenu avec le pseudo hippie folk de Loizeau Emily sans doute pas assez « sauvage », au final trop carré et sans émotion.

Le dernier jour, nous apprîmes grâce au sympathique groupe de rock pour enfants, le Kolektif Krao que tout était bon dans le cochon, que les huertas espagnoles sont assez proches des champs de coton de Caroline du Sud avec la voix chaude et soul des Sweet Vandals mais aussi que l’homme du monde, Arthur H a viré groovy pour les bobos branchouilles et variétoches pour beaucoup qui ont écouté fastidieusement son set et qui auraient sans doute préféré la petite sœur prodige, Izia.

Fishbone en apothéose

Fishbone au Trabendo

Heureusement, la soirée se finissait en beauté avec les vétérans mais toujours verts Fishbone fusionnant slam, jazz, funk, hip hop, punk, reggae ou encore ska. 1h45 de spectacle de folie avec un Angelo Moore déchainé, jonglant entre ses saxophones, du sopranino au sax basse, boxant son Theremin et slamant toute gorge déployée dans la fosse, atteignant même, au son vrombissant de Norwood Fisher, son compère de toujours à la basse, l’un des piliers du chapiteau pour s’y balancer tel un pantin désarticulé et rigolard. Fêtant leur 30 ans d’existence, les Fishbone ont donné assurément ce soir là une leçon d’énergie sur scène, écrasant les jeunots et laissant telles les girafes géantes de l’affiche du festival, une empreinte indélébile pour cette édition 2009.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…