Les Invites de Villeurbanne se qualifient de « festival pas pareil ». Il a lieu juste avant la très convenue et avinée  fête de la musique. Gratuit, convivial, animé par de nombreux bénévoles, artistes et associations, il se déroule sur quatre jours en mêlant arts de la rue, musique et repas de quartier le tout coordonné par les Ateliers Frappaz. Idéal pour célébrer l’été, cette huitième édition a métamorphosé la ville en un joyeux barnum et réussit la gageure de faire se rencontrer les gens pour des palabres amicales, très loin des déambulations grégaires et moutonesques de la « prestigieuse » fête des Lumières lyonnaise.

Remède anti-crise et anti-morosité, fête populaire au sens le plus noble, melting pot (pop ?) générationnel et culturel, les Invites ont accueilli près de 80 000 visiteurs, promeneurs, auditeurs, curieux, et autres flâneurs.

Cette année le Burkina Faso, « pays des hommes intègres » était à l’honneur avec les chanteurs Alif Naaba et Victor Démé, les marionnettes géantes des Grandes Personnes de Boromo ou encore la Compagnie du Fil sa visite mémorable des objets incroyables du musée Bombana de Kokologo et son regard décalé sur l’Afrique du système D.

Un melting pot musical

Côté musique donc, le mot d’ordre était le brassage des cultures et des sons. Le jeudi était consacré à l’électro pop sautillante avec les frenchies de Tahiti 80, super stars au pays du soleil levant mais moins prophètes dans leur contrée comme Phoenix qui cartonne à l’étranger. Puis la sensation hype-buzz du moment un peu décevante, le trio franco américain Naïve New Beater déversa son électro pop fluo mâtinée de guitares stridentes souvent répétitives avant que les Grand Bretons de Metronomy ne déchainent le dance floor improvisé sous le chapiteau avec des missiles tonitruants entre Devo et Kraftwerk.

Un vendredi calme

Le vendredi fut plus calme avec le folk blues de la canadienne Melissa Laveaux et sa voix rocailleuse, un peu plus excité et excitant avec le hip hop racé des sud africains de Tumi & the Volume, radicalement mélancolique voir neurasthénique avec le nouveau projet de Neneh Cherry nommé CirKus et enfin un peu convenu avec le pseudo hippie folk de Loizeau Emily sans doute pas assez « sauvage », au final trop carré et sans émotion.

Le dernier jour, nous apprîmes grâce au sympathique groupe de rock pour enfants, le Kolektif Krao que tout était bon dans le cochon, que les huertas espagnoles sont assez proches des champs de coton de Caroline du Sud avec la voix chaude et soul des Sweet Vandals mais aussi que l’homme du monde, Arthur H a viré groovy pour les bobos branchouilles et variétoches pour beaucoup qui ont écouté fastidieusement son set et qui auraient sans doute préféré la petite sœur prodige, Izia.

Fishbone en apothéose

Fishbone au Trabendo

Heureusement, la soirée se finissait en beauté avec les vétérans mais toujours verts Fishbone fusionnant slam, jazz, funk, hip hop, punk, reggae ou encore ska. 1h45 de spectacle de folie avec un Angelo Moore déchainé, jonglant entre ses saxophones, du sopranino au sax basse, boxant son Theremin et slamant toute gorge déployée dans la fosse, atteignant même, au son vrombissant de Norwood Fisher, son compère de toujours à la basse, l’un des piliers du chapiteau pour s’y balancer tel un pantin désarticulé et rigolard. Fêtant leur 30 ans d’existence, les Fishbone ont donné assurément ce soir là une leçon d’énergie sur scène, écrasant les jeunots et laissant telles les girafes géantes de l’affiche du festival, une empreinte indélébile pour cette édition 2009.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

MaMA2020

MaMA MiA Festival 2020 !

Incontournable MaMA chaque automne. Indispensable MaMA en cette année si spéciale où Paris se doit d’être à nouveau une fête pour la musique, les musiciens et le public les 14, 15 et 16 octobre 2020 avec 130 concerts en 3 jours dans 10 salles de Pigalle.
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…

I’m Waiting For Emily Loizeau

Emily Loizeau arrive chez December Square (Emmanuel Tellier, Matthew Edwards & The Unfortunates, Oaks) et publiera bientôt Run Run Run, un double album du spectacle hybride sur Lou Reed qu’elle a joué de 2016 à 2018 au 104 et dans toute la France.
Tahiti 80

[1999 – 2019] Puzzle (Never Forget)

En 1999, on a assisté à la dernière éclipse totale du soleil, on a vu l’Assemblée Nationale adopter le PACS et on a été peu nombreux à apprécier Eyes Weyed Shut de Stanley Kubrick. En 1999, un groupe français va éclipser toute la concurrence au point de se faire adopter par le public européen ET…

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.
Tahiti 80

C’est le grand jour pour Tahiti 80 !

Quel groupe a eu la meilleure idée de la rentrée 2019 ? Tahiti 80 pardi ! Le groupe va publier un « best of accoustique » au mois d’octobre. Une belle occasion pour redécouvrir les morceaux les plus emblématiques.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…