Solidays 2009 : journée du vendredi 26

Solidays 2009 : journée du vendredi 26
Cecile - 27/06/2009

Photos Solidays 2009 : Sinsemilia @ 26 juin 2009

Sinsemilia – Solidays 2009 | 26 juin 2009

Solidays, c’est cinq scènes sur un immense hippodrome, une soixantaine de groupes, plus de 800 bénévoles, des dizaines de milliers de personnes, presque autant de sandwichs immangeables, et tout cela aux portes de Paris pour soutenir la lutte contre le sida.
En attendant les photos de Benjamin que vous pourrez voir sur ce même billet, voici un compte rendu de la première journée.

Il y a quelques petites choses à prévoir quand on va à Solidays. Il faut prévoir, en vrac dans un grand sac, la crème solaire, éventuellement le K-way, on ne sait jamais, au cas où Météo France aurait raison, et la bouteille d’eau (car cette année l’organisation a eu la bonne idée d’autoriser les bouteilles d’eau. Merci.) Il faut aussi prévoir les chaussures de marche, car quand le site internet dit « à 500m d’une station de métro », alors ça c’est un gros gros mensonge, ça veut dire en réalité 2 km, c’est-à-dire une vingtaine de minutes pour rejoindre l’entrée du festival. Pas merci.

Une fois tout cela prévu, vous pouvez au choix voir plein d’expos, jouer à la Xbox, sauter à l’élastique, manger une tartiflette, faire un peu de shopping, ou – quelle drôle d’idée – aller voir des concerts.

Neimo

Ouvrir Solidays, le vendredi à 16h ? Cette année c’est Neimo qui s’y colle, et avec brio, sous un chapiteau plutôt rempli malgré l’horaire. La prestation fut très bonne avec la plupart des titres phares de leur second album « Moderne Incidental » mais aussi leurs deux autres machines à danser : « Johnny Five » et « Hot Girl », chanson qui fut agrémentée de vrais morceaux de Billie Jean dedans en hommage au roi de la pop. Il a fallu au chanteur Bruno pas moins de cinq ou six chansons pour enlever sa chemise – c’est largement au-dessus de sa moyenne – mais peut-être sentait-il comme moi que le public n’était pas encore très chaud et qu’il fallait y aller mollo.

Debout sur le Zinc

Debout sur le Zinc, c’est du rock festif avec des trompettes et de la clarinette sur la scène Bagatelle, idéal pour danser comme dans une guinguette des temps modernes. Bonne ambiance dans la foule, chouette prestation, c’était un moment vraiment agréable.

Sinsemilia

Sur la grande scène, Riké et ses potes nous ont offert un Sinsé sans surprise. Si j’avoue ne pas trop aimer « Tout le bonheur du monde », je réécoute avec plaisir « Douanier 007 » dans une prestation grand format et très appréciée du public. Pour moi, c’est surtout idéal pour siroter une bière avec des amis en cette fin d’après-midi clémente.

Stuck In The Sound

Deux ans après leur premier passage à Solidays, les Stuck reviennent mais cette fois-ci sur la grande scène Bagatelle. Stuck in the Sound a pour coutume d’alterner les morceaux hyper-pêchus (« Never on the Radio », « Cramp », « Shoot Shoot », « Ouais », « Toy Boy », « It’s (Friday) »…) avec d’autres, plus calmes comme « Dirty Waterfalls », et c’est une formule qui fonctionne très bien. Une super énergie, un public très en forme, tout est réuni pour que le concert soit un excellent moment, et il le fut ! On en redemande, une heure, c’est vraiment trop court…

The Dø

On commence à connaître la voix suraiguë d’Olivia, la chanteuse de The Dø. Pour ceux que j’entends déjà soupirer « on en a marre de ‘why would I carry such a weight on my shoulder’ parce qu’on l’a entendu des milliers de fois à la radio, la télé, etc. », je réponds simplement : The Dø en concert, c’est une autre dimension. Parce qu’ils réinterprètent toujours leurs morceaux de manière surprenante, parce que la présence scénique d’Olivia justifierait tout et n’importe quoi, il ne faut pas rater un concert de The Dø. Et pis c’est tout.

NTM

Suite à l’annulation de Joey Starr, retenu ailleurs, Solidays a donné carte blanche à Kool Shen. Bien que ce soit une déception pour beaucoup, ils étaient nombreux à aller écouter la moitié de NTM ce soir et à apprécier la prestation. Moi j’ai préféré voir Poni Hoax.

Poni Hoax

Rejeton musical improbable de Joy Division et d’ABBA, Poni Hoax en concert, ça relève de l’expérience légèrement surréaliste. Sur scène, on voit surtout un chanteur aux allures dandy-esques fumer comme un pompier et se parer de ses quelques fausses notes comme d’autant d’accessoires de mode. Dans le public, à cette heure tardive tout le monde est chaud comme la braise, et c’est de loin la meilleure ambiance que j’ai vue dans une fosse jusqu’ici. Tout le monde danse sur cette dark disco dont les rythmiques sont, avouons-le, diablement bien fichues. Au total, un excellent concert qui vient clôturer en beauté cette première journée de festival, sauf pour ceux qui sont partis pour danser jusqu’au bout de la nuit sur les rythmes electros de Yuksek ou Digitalism… ce qui ne sera pas mon cas aujourd’hui !

Date : 26 juin 2009
Lieu : Solidays, Hippodrome de Longchamp, Paris
Réponses

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».