Tout le monde est venu en ce samedi ensoleillé : pas un cm² libre sur l’hippodrome de Longchamp ! Le corollaire de la foule, c’est qu’il faut jouer des coudes si on veut boire une bière, manger une glace, ou d’ailleurs assister à un concert.

Les Blérots de RAVEL

Sur la grande scène, les Blérots de RAVEL on réveillé le public avec leur rock Tzigane et jazzy et leur jeu de scène clownesque. On danse, malgré le soleil de plomb.

La Phaze

Mélanger les Bérus et Roni Size, avec un peu de dub/ragga, ça peut sembler une idée incongrue. Et pourtant ça passe excellemment bien, et quand on entend la Phaze, ce mélange détonnant apparaît comme une évidence. Un set très puissant, un public qui réagit au quart de tour, la Phase s’impose comme un excellent groupe de live.

Keziah Jones

Pour beaucoup, Keziah Jones est LE highlight de la journée. Personnellement je vote pour que Keziah Jones soit élu le mec le plus cool et le plus classieux de la planète. Quand il arrive sur scène sous des tonnerres d’applaudissements, qu’il prend sa guitare et qu’il commence à jouer, on reconnait immédiatement la touche du maître de l’afro-funk / blufunk – genres qu’il est d’ailleurs à peu près le seul à pratiquer tant on hésite à se mesurer à lui. Accompagné d’excellents musiciens, bien sûr, il nous offre une petite reprise de Bob Dylan, « All Along the Watchtower » (dont la version la plus connue est la reprise de Jimi Hendrix) et une de Fela Kuti. Le public est très souvent mis à contribution pour le plaisir de tous, y compris de Keziah Jones qui semblait ravi d’être ici.

The Virgins

Un concert aussi sympathique que le tube « Rich Girl », qui donne assez bien le ton de ce groupe new-yorkais. Pour moi c’est détente sur l’herbe à écouter leur rock indé et à regarder mes congénères se trémousser.

Friendly Fires

Ils avaient fait exploser le festival des inrocks, il avaient retourné la maroquinerie comme une crêpe, Friendly Fires étaient là ce soir pour mettre le feu à Solidays. Enfin… à une toute petite partie de Solidays car ils jouaient sous un chapiteau, bien loin des foules innombrables parties écouter Bénabar. Mais le public est quand même venu en masse pour écouter Friendly Fires, un public de connaisseurs, déjà conquis et prêts à danser sans retenue. Excellent concert, donc, avec il me semble un titre nouveau, et tous les morceaux les plus dansants de leur album : « Skeleton Boy », « Jump in the Pool », « Photo Booth »…

Benabar

Pendant le concert de Friendly Fires, je trouvais ça tellement bien que j’étais un peu triste pour tous ces gens qui avaient choisi d’écouter Bénabar au lieu de venir à l’excellent concert de Friendly Fires. Et puis en passant devant la grande scène j’ai pu constater que Bénabar, loin de faire mourir d’ennui son public, faisait une prestation décapante qui valait le détour, et à laquelle j’ai pu partiellement assister grâce aux 15-20 bonnes minutes de retard. Bénabar s’amusait bien alors il a squatté la scène un peu plus longtemps… Qui peut lui en vouloir ? Pas moi parce que c’était bien sympa !

The Ting Tings

Propulsés en partie grâce à une pub pour un gadget que je ne nommerait pas, les Ting Tings sont un duo et font une pop électro de bonne facture. Sauf que deux, c’est pas beaucoup pour occuper la grande scène de Bagatelle, et c’est en fait la chanteuse Katie White qui fait l’animatrice de la soirée dans la petite robe à paillette rose. Bon, à vrai dire, je n’ai réussi à voir la scène que dans les dix dernières minutes du concert, car il y avait foule et ça m’a pris cinquante bonnes minutes pour trouver un spot avec un minimum de visibilité. C’était très agréable de danser sur « Shut up and let me go » ou encore « That’s not my name ».

C’est la fin de la journée pour moi et je quitte Longchamp alors qu’a lieu l’hommage aux volontaires sur fond de « I will survive », chanson accompagnée de véritables scènes de liesse (et je n’exagère pas) pendant que je me dirige vers la sortie. Au moment où je marche vers le métro, j’entends derrière moi les rythmes effrénés de Beat Assailant, un peu triste de ne plus y être, mais il faut savoir s’arrêter à un moment…

Date : 27 juin 2009
Partager cet article
6 réponses sur « Solidays 2009 : live report du samedi 27 juin »

Please, qui peut me dire qui était la chanteuse blonde, avec guitare seule et une voix à tomber par terre,qui est passée sur la scène Domino juste avant LPB-Club ? J’atais venue pour eux que j’adore et j’ai flashé sur cette chanteuse incroyable à la voix cassée. Merci du tuyau !

Non c’était pas elle, mais pas moyen de la trouver sur le programme… du coup j’ai pas su non plus.

Côté concerts, je mettrai un gros bémol sur Keziah Jones. C’était bien oui, mais j’ai trouvé le public peu réactif en fait. Bref, pas emballé par sa prestation.
A l’opposé, Yodelice et The Ting Tings ont assurés de très bon sets :)

Hey! Je m’appelle Amanda et c’est moi la chose devant le fou aux lunette vertes (lui il s’appelle Quentin) sur la 15ème photo des Ting Tings ^^, serait-ce possible que tu me l’envoie?
Ce samedi au Solidays était ouf xD
Et tes photos sont superbes, good job =)
A bientôt j’espère ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Solidays 2010 – journée du 27 juin

Photos concert : -M – en concert à Solidays @ Hippodrome de Longchamp, Paris | 27 juin 2010 Troisième et dernière journée de l’édition 2010 des Solidays, avec en bouquet final -M- précédé tout au long de la journée de Gush, Ariane Moffatt, Local Natives, Java, Shaka Ponk, Nneka et Florence and the Machine !

Solidays 2010

L’édition 2010 des Solidays est lancée et la première journée annonce un week-end mémorable sous un soleil bienvenu ! Au programme : Archive, Blood Red Shoes, Féfé, Hocus Pocus, NERD, Olivia Ruiz et Revolver.

Solidays 2010 : la programmation

Du 25 au 27 juin 2010 se déroulera l’édition 2010 de Solidays avec une programmation toujours aussi riche. Voici les premiers noms de l’affiche avec 80 concerts prévus.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…