Cette fois c’est sur, la petite Jain devient grande. Après un passage aux Solidays en 2015 sous le Chapiteau Nova en tant que « découverte », c’est la grande scène Bagatelle que Jain a investi hier, un an, un EP et un album plus tard, un joli bond en avant pour la demoiselle !

Elle ne manque d’ailleurs pas de nous le rappeler « Je crois que je n’ai jamais été devant une foule aussi grosse, il n’y a que vous les Solidays pour faire ça. » Pour ma part, je suis plutôt loin de la scène, et Jain semble toute petite vue d’ici, elle est un peu impressionnée et nous l’avoue, mais cela ne l’empêche pas d’assurer comme une bête.

Elle joue avec son public, fait participer la foule en nous enregistrant lorsqu’elle balance les loops de voix en arrière plan sur Come, ou en nous faisant danser tous ensemble sur Lil’ Mama.

Les beats électroniques et sa voix folk ressortent très bien, et donnent envie de s’agiter en rythme, mais la foule reste tout de même très difficile à apprivoiser sur un festival de grande ampleur comme celui-ci. Je ne suis pas fan de ce genre de live, toujours peu intimistes, on a du mal à attraper au vol les vagues d’émotions que l’artiste nous envoie tellement elles se diffusent et s’évaporent rapidement dans l’immensité du lieu et des activités qui s’y déroulent en simultané.

C’est un challenge d’autant plus important pour les artistes, qui doivent redoubler d’efforts et de prestance pour convaincre la foule, et surtout l’atteindre « en profondeur ».

Jain @ Solidays 2016
Jain @ Solidays 2016

Jain se débrouille bien, elle finit sur Makeba, définitivement ma préférée de l’album, qui rend malheureusement un peu moins bien en live, mais je lui pardonne totalement, vus les deux titres « exclusifs » précédents qu’elle nous a envoyés : d’abord Paris, une balade électronique qui a pris une tournure différente depuis les événements de novembre, qui nous touche et nous emporte entre douceur et puissance. Et la suivante, qui est sans doute ce que je retiendrai de ce concert, la découverte d’une pépite. Il s’agit de Dynabeat, sans aucun doute LA chanson qui nous fera danser cet été. Dès les premières notes, j’ai senti le potentiel incroyable de cette musique aux basses funkies sur fond de beats eighties très très lourds, qui ne peuvent absolument pas laisser indifférent. Dès mon retour du festival, il a fallu que je la retrouve, d’ailleurs je n’ai plus qu’une hâte, entendre une version studio de cette petite bombe.

En attendant, on n’hésite pas à (re)faire tourner en boucle le très chouette Zanaka dans les écouteurs, avant que la géniale Jain ne nous fasse cadeau de nouvelles perles aux inspirations rétro comme on aime tant !

Jain - Zanaka

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Le Souldier Tour de Jain fait étape à La Halle Tony Garnier

« C’est la plus grande salle que j’ai jamais faite ! » s’est exclamée Jain devant le public de la Halle Tony Garnier. L’artiste, pourtant déjà détentrice d’une double victoire de la musique, à laquelle s’est ajoutée une nomination aux prestigieux Grammy Award, tout cela dans le cadre d’une tournée mondiale n’a pourtant rien d’une débutante. Elle…
JAIN

JAIN-ial

En 2015, on avait fait le pari que JAIN allait bouleverser l’algorithme Google en imposant sa musique dans les charts. C’est désormais le cas. JAIN s’est imposée en quelques mois comme la référence de la pop française et domine le paysage musical français.
Europavox 2018

Europavox en éruption !

Europavox existe depuis 2006 et évolue encore ! Cette année la grande scène s’installe sur la pelouse Place du 1er mai pendant que la scène Factory occupera le parvis de la Coopérative de Mai sans oublier son Club !

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…