Damon Albarn était de retour aux Nuits de Fourvière pour la quatrième fois.

Damon Albarn aime les Nuits de Fourvière, affectionne Lyon, son théâtre antique sous la lune et apprécie particulièrement le catering qui a la réputation d’être l’un des meilleurs de France, capitale de la gastronomie oblige mais aussi parce que l’accueil est éminemment sympathique. Après 2007 avec The Good The Bad and The Queen, 2008 avec la soirée de son label Honest Jon’s Records et 2009 pour le retour de Blur déjà un 5 juillet, il était logique de retrouver Damon Albarn dans ce lieu magique pour présenter quelques titres de son premier disque solo, Everyday robots mâtinés de Gorillaz, de The Good The Bad and The Queen et bien sûr de Blur.

Juana Molina

C’est l’argentine Juana Molina qui ouvrait la soirée avec sa folk barrée. Difficile en plein jour de créer un univers propice à entrer dans sa musique, subtile distorsion acoustico-électronique. On reconnait là la patte du programmateur des Nuits, Richard Robert et son goût pour l’extrême diversité. Un parti pris qui permet au public découvrir une artiste foutraque entre Björk et Feist.

20140705_juanamolina
20140705_juanamolina
20140705_juanamolina
20140705_juanamolina
20140705_juanamolina
20140705_juanamolina

Photos © David Heang

Damon Albarn

Damon Albarn est fidèle aux Nuits de Fourvière qui le lui rendent bien. Dès son entrée en scène, l’ovation est immense pour ce trublion musical entouré de Seye Adelekan, Jeff Wootton, Mike Smith et de l’excentrique batteur Pauli the PSM qui forment The Heavy Seas. Il y a pile poil 5 ans, c’était Blur qui soulevait la clameur de l’antique théâtre pour un concert dans toutes les mémoires. Ce soir, la température est idéale, la lune fait de l’œil et daemon Damon a le blues, son set sera teinté de cette mélancolie diffuse qui irrigue ce disque solo introspectif et intime. A 46 ans, il n’a plus rien à prouver, il a atteint la maturité artistique mais aussi la mi-temps de sa vie ce qui nous questionne tous. Mais Damon n’est pas une tâche (!), c’est un perfomer qui dès les premiers titres vogue d’un bout à l’autre de la scène, serre les mains du premier rang, sincèrement heureux d’être une fois de plus à Fourvière mais finalement pour un projet encore différent. Il va alors nous balader de ballades en ballades dans son foisonnant répertoire, 8 titres d’Everyday robots, 2 de The Good The Bad and The Queen, 2 de Blur et 6 de Gorillaz, de l’intimiste version d’Our of Time au piano au déchaînement des chœurs sur l’imparable Clint Eastwood. Bien sûr, Damon Albarn aura droit à sa pluie de coussins qu’il attend avec gourmandise comme Patsy devant son cupcake dans Il était une fois en Amérique. « Finally someone let me out of my cage. Now, time for me is nothing cos I’m counting no age » clame innocemment notre Peter Pan musical.

20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn
20140705_damonalbarn

Photos © David Heang

Set List

Lonely Press Play
Everyday Robots
Tomorrow Comes Today (Gorillaz)
Slow Country (Gorillaz)
Kids With Guns (Gorillaz)
Three Changes (The Good the Bad and the Queen)
You and Me
Photographs (You Are Taking Now)
Kingdom of Doom (The Good the Bad and the Queen)
Hostiles
Hollow Ponds
El Mañana (Gorillaz)
The History of a Cheating Heart
Out of Time (Blur)
All Your Life (Blur)

Rappel

Clint Eastwood (Gorillaz)
Mr. Tembo
Don’t Get Lost In Heaven (Gorillaz)
Heavy Seas of Love

Damon Albarn - Everyday Robots

Date : 5 juillet 2014

Voir aussi

Photos et live report : Phoenix + Moodoïd
Photos : Breton + Erotic Market meets Spitzer + Cap Town Effects

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Portishead @ Nuits de Fourvière 2014

La belle Beth aux nuits de Fourvière

Portishead revenait en Rhône Alpes dans le cadre majestueux du théâtre antique de Fourvière après un passage à Vienne en 2012. Portishead @ Nuits de Fourvière 2014
photos concert : Franz Ferdinand @ Nuits de Fourvière - 08 Juillet 2014

Franz Ferdinand empereur des Nuits de Fourvière

Après les écossais de Mogwai, c’était au tour de leurs coturnes de Glasgow, les frétillants Franz Ferdinand de conquérir le théâtre antique de Fourvière avec pour chauffer les vieilles pierres, Mikhael Paskalev. Franz Ferdinand @ Nuits de Fourvière – 08 Juillet 2014
Mogwai @ Musilac 2011

Mogwai ne craint pas l’eau !

Timber Timbre et Mogwai partageant la scène aux Nuits de Fourvière, c’était un peu l’alliance de la carpe et du lapin. Et Pourtant… Mogwai @ Musilac 2011

Plus dans Photos de concert

Martin Luminet et les enfants de l’ALAE

Fabrice Buffart s’expose aux Chants de Mars

Dans le cadre de la 14ème édition du festival Les Chants De Mars à Lyon, Fabrice Buffart proposait à l’espace d’art de la MJC du vieux Lyon, une exposition dévoilant son regard sur ce festival printanier qui irrigue d’habitude les salles lyonnaises d’artistes qui chantent en français. Il aurait été dommage vu les circonstances de…
Eagle_in_your_mind_08sk

Photos : Wintower @ Transbordeur, Lyon | 22.02.2020

Pour les retardataires, Winter + Woodstower = Wintower. C’était la deuxième édition du festival Wintower pour 3 jours bigarrés dont ce 22 février au Transbordeur à Lyon avec le punch de Kompromat, les envolées d’Isaac Delusion, l’onirisme d’An Eagle in your Mind, l’humour de Texas Menthol et l’envoûtant Zimmer sous l’œil bienveillant de Fabrice Buffart.