On s’attendait au pire côté météo ce dimanche soir aux Nuits de Fourvière après le dantesque orage de la veille et sa foudre fulminante.

Dans l’après-midi, Dominique A nous confiait aux balances sa phobie des orages mais le dieu Lug, protecteur des arts et de la colline en avait décidé autrement pour une des premières dates marquantes des Nuits de Fourvière 2015 à Lyon. Cette soirée était triple puisque se succédèrent successivement sur les vénérables pierres La Féline, Yael Naim et Dominique A.

La Féline est le projet d’Agnès Gayraud qui rencontre un bel accueil avec son premier album, Adieu l’enfance. Un peu plus tôt dans l’après-midi, elle faisait un showcase en solo à la librairie Le Funi et avouait une certaine appréhension à jouer devant les 4000 personnes du théâtre antique. Pourtant, armée de sa très belle Rickenbacker noire et blanche, assortie à sa tenue, c’est crânement et en trio qu’elle entonne Les fashionistes en jeune fille Moderne, les yeux fixés sur la ligne d’horizon pour sortir de la Zone, jamais dans le doute pour dire adieu à l’enfance. Un set électrique et poétique rondement mené qui donne envie d’en écouter plus.

La Féline

20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline
20150614_lafeline

Avec Yael Naim, on change d’univers et de catégorie avec trois choristes omniprésents. On aimait bien les débuts modestes de Yael Naim et on aime moins bien ce virage soul avec son show calibré pour Las Vegas. La franco-israélienne donne de la voix, peut être trop, on se croirait dans une émission de télé-crochet. Bien sûr l’ensemble est malgré tout de bonne facture et l’on est sûr que le concert intimiste du lendemain au Lavoir Public fût plus intéressant.

Yael Naim

20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim
20150614_yaelnaim

Quand Dominique A monte sur scène, la nuit est tombée, la pluie menace. Ce grand monsieur qui parcoure nos vies depuis 25 ans, qui crée un sillon régulier et intense dans la chanson française empoigne énergiquement sa guitare et entame raide et droit Cap Farvel qui ouvre son formidable dernier album, Éléor. Puis les Nouvelles Vagues emportent déjà le public dans son univers de mots et de maux marqué ces derniers temps par l’élément liquide, il regarde l’océan avec fascination. On voyage en classe A, on visite le Canada mais aussi la pléthorique discographie du nantais. il y a des moments suspendus comme cette sublime version d’Au revoir mon amour qui fait frisonner, l’amour s’enfuit du théâtre ou encore cette Eléor à la guitare récalcitrante, ou ce Rouvrir, hypnotique et tendu dans sa lente montée vers les cimes de l’émotion. Sur Immortels, Dominique A est pris d’une danse frénétique, saccadée, désarticulée pendant que Jeff, Sacha et Boris atteignent le nirvana. Il nous avait confié un peu plut tôt la difficulté de jouer un set resserré en festival, une quinzaine de titres au lieu des 29 (!!) avec deux rappels en version concert. D’autant qu’il souhaitait conserver 3 morceaux de bravoure, Music Hall et son rideau rouge, Le Convoi,son parcours sinueux et ce vers entêtant, « Et tu prendras peur de l’amour » et en rappel L’Horizon à perte de vue. 3 titres longs, épiques, importants pour Dominique A car « on ne fait pas une setlist pour le public mais pour soi, pour ce que l’on veut montrer ». Mais Bien sûr nous aurons droit au Courage des Oiseaux, hymne d’une génération introduit par un « let’s get punky » ! Oklahoma 1932 clôt le concert comme une étreinte avec ses chœurs séraphiques et bienveillants, le ciel a été clément et Dominique mérite son triple A.

Dominique A

20150614_dominiquea
20150614_dominiquea
20150614_dominiquea
20150614_dominiquea
20150614_dominiquea
20150614_dominiquea
Date : 14 juin 2015
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Interpol @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

photos : Interpol et Idles @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

L’orage sur Fourvière a galvanisé les déjà très remuants Idles jusqu’à improviser Thunderstruck d’AC/DC. Mais une fois les grondements du tonnerre et les vociférations brutalisantes de Joe Talbot passés, ce sont les classieux Interpol en maraude qui ont interpellé le public des nuits de Fourvière enfin apaisées.
Affiche Nuits de Fourviere 2019

Nuits roses à Fourvière

« 60 jours, 5 créations, 8 coproductions, 9 premières françaises. Ainsi s’annonce l’édition 2019 des Nuits de Fourvière, avec 53 spectacles de théâtre, danse, musique, opéra, cirque et 131 représentations du 1er juin au 30 juillet. » Voilà pour la première phrase du communiqué de presse de ce 12 mars pour présenter cette nouvelle édition de ce…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…