Avec Shilpa Ray, nous allons vérifier l’adage « On n’est jamais si bien servi que par soi-même ».
Après avoir publié des disques avec des groupes de garçons (Shilpa Ray with Beat The Devil, Shilpa Ray with Her Happy Hookers), Shilpa Ray a viré tout le monde et se produit sous son propre nom.
Le verdict est sans appel : Last Year’s Savage est son meilleur album.

Shilpa Ray vient de Brooklyn et est fan des Cramps. Le résultat est bluffant. Shilpa chante comme si sa vie en dépendait et récupère au passage Nick Cave en groupe. C’est pas beau la vie ?
Entretien avec la dame avec sa tournée française.

Comment vas-tu ?

Shilpa Ray : On fait aller.

Comment écris-tu tes chansons ?

Shilpa Ray : Je n’ai pas vraiment de méthode. Je suis surprise à chaque fois que j’arrive à terminer une chanson.

Shilpa Ray – Burning Bride

Où as-tu trouvé la photographie que tu as utilisée pour la pochette de Last Year’s Savage ? Elle est assez terrifiante !

Shilpa Ray : J’ai trouvé ce masque et je l’ai mis. Ebru Yildiz, un photographe vraiment talentueux, m’a prise en photo avec ce masque.
Cela symbolise comment je me vois dans la société. Une sauvage échouée au milieu des autres.

Shilpa Ray – Johnny Thunders Fantasy Space Camp

Quelle est ton éducation musicale ?

Shilpa Ray : J’ai étudié la musique indienne quand j’étais plus jeune. J’ai pas mal travaillé le solfège et ma voix. Après j’ai appris à jouer du piano mais je ne suis une piètre pianiste.

Comment as-tu rencontré les gens du label Northern Spy ?

Shilpa Ray : J’avais besoin d’un coup de main pour mon dernier disque. J’aimais bien leur catalogue. Il alterne entre du noise experimental et du jazz. Un vrai label new-yorkais. Je suis heureuse de voir qu’ils soutiennent des artistes qui ne font pas de pop.

Quelles sont les différences entre un album de Shilpa Ray et un album de Shilpa Ray and Her Happy Hookers ?

Shilpa Ray : Aucune. Je change de nom, de line-up mais je garde toujours le contrôle sur mon travail. Disons que j’ai mis le pied dans un monde très masculin qui reconnait uniquement le travail masculin, même quand ce n’est pas son travail ! Je voulais sortir de ce monde.

Quelle est l’histoire de Pop Song For Euthanasia ?

Shilpa Ray : Je vivais avec une sangsue et je devais supporter son soit-disant « génie ». J’ai écrit cette chanson après l’avoir viré de mon appartement.

Où a été enregistré ton disque ? L’endroit est important pour toi ?

Shilpa Ray : J’ai enregistré ce disque aux studios Emandee à Brooklyn avec Mark Ospovat. Aujourd’hui l’endroit n’existe plus. Mais Mark a été quelqu’un de très important pour moi. Il m’a appris les rudiments de l’enregistrement et m’a encouragé pour que je me remette aux claviers. Il m’a laissé une grande liberté quant à mes décisions. Et cela m’a permis de résoudre pas mal de problèmes. J’ai adoré cette période. Mark, tu es le meilleur !

C’est la première fois que tu viens en France je crois. Tu la sens comment cette tournée européenne ?

Shilpa Ray : Oui, c’est la première fois que je vais jouer dans pas mal de villes. On devrait bien s’amuser. Je suis impatiente.

Tu travailles sur de nouvelles chansons ?

Shilpa Ray : Oui. Je suis en train de composer un nouvel album.

TOP 10

1) Le meilleur album de 2015 ?

Shilpa Ray : Sometimes I Sit and Think and Sometimes I Just Sit de Courtney Barnett.

2) Ton artiste français préféré ?

Shilpa Ray : Edith Piaf, Françoise Hardy, Laetitia Sadier. Pour moi, La France est symbolisée par ses chanteuses.

3) Psychedelic Jungle ou Songs the Lord Taught Us ?

Shilpa Ray : Songs the Lord Taught Us. Rien que pour Sunglasses After Dark !

The Cramps – Sunglasses After Dark

4) New York ou Los Angeles ?

Shilpa Ray : Los Angeles. S’il te plait, ne dis pas à New York que j’ai dit ça.

5) Le producteur de tes rêves ?

Shilpa Ray : Curtis Mayfield, R.D Burman, Alex Chilton… Le choix est impossible. Bon ok, ils sont tous morts.

6) CD ou Vinyle ?

Shilpa Ray : Les deux formats. Tu ne peux pas passer de vinyle dans ta voiture !

7) Le meilleur endroit pour faire un concert ?

Shilpa Ray : Dehors.

8) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

Shilpa Ray : Humm… C’est le groupe qui est important, pas l’endroit !

9) Le refrain ultime ?

Shilpa Ray : Récemment, nous avons repris Space Oddity. J’adore chanter avec l’accent britannique.

10) Ton plaisir coupable en musique? ?

Shilpa Ray : Eddie Money.

Shilpa Ray - Last Year's Savage


Shilpa Ray sera en concert les :

  • 22/03 : Bordeaux (Bootleg)
  • 23/03 : Nantes (Stereolux)
  • 24/03 : Tours (Le Temps Machine)
  • 25/03 : Saint Lô (Le Normandy)
  • 26/03 : La Roche/Yon (Fuzz’Yon)
  • 27/03 : Vendôme (La Chapelle St Jacques)
  • 29/03 : Paris (Divan du Monde)
  • 30/03 : Strasbourg (La Laiterie)
  • 31/03 : Besançon
  • (La Rodia)

  • 01/04 : Annecy (Brise Glace)
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Pas d’chichi avec Shilpa Ray »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Death And Vanilla

Les rêves éveillés de Death & Vanilla

Les excellents Death & Vanilla débarquent enfin en France. Les Suédois seront en concert le jour de la Fête de La Musique (logique) à L’Institut Suédois (logique). Et vous passerez un excellent concert (logique).
The Limiñanas

Les Limiñanas ne nous barbent pas

On a découvert les The Limiñanas en 2013. A cette époque, Lionel (la partie masculine du duo) n’avait pas de barbe. En 2015, le label Because Music a publié l’anthologie Down Underground. La France a découvert ce duo catalan et la barbe du Père Lionel a commencé à pousser. Il y a quelques heures, Because…

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…