Miossec et Alan Corbel à la Cigale

Miossec et Alan Corbel à la Cigale
Rob - 26/10/2009

Photos concert : Miossec @ La Cigale, Paris. 25 octobre 2009

Alan Corbel

2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel
2009_10_25_alan_corbel

Miossec


Tout commence par des huées et des invectives : celles du public de la Cigale, amusé puis exaspéré par l’étrange introduction du concert de Miossec. La bande-son façon musique de chambre, qui semble devoir annoncer l’entrée en scène du chanteur et de son groupe, semble ne plus devoir s’arrêter, et les minutes qui passent semblent bien longues pour les spectateurs. Un temps, on craint que le Miossec d’antan soit de retour, celui qui renonçait aux concerts juste avant le début ou après à peine quelques morceaux, trop aviné pour pouvoir poursuivre. Mais non : le voici qui débarque finalement sur la scène, justifiant par sa simple apparition cette étrange période d’attente.

Venu défendre notamment les titres de Finistériens, le Brestois démarre son set par 3 extraits issus de son dernier album. Un ’’Nos plus belles années’’ très carré mais néanmoins très rock laisse entrevoir un doux rêve : en vieillissant, Miossec se serait-il enfin aguerri ? Aurait-il enfin retenu les paroles de ses nouvelles chansons, mémorisé leurs changements de rythme ? La réponse arrive bien vite, dès le morceau suivant en fait : il bouffe sans vergogne la moitié des couplets des ’’Joggers du dimanche’’, suit difficilement le tempo, ne doit son salut qu’à l’attention particulière de ses musiciens, qui le surveillent comme le lait sur le feu. Non, Miossec n’a pas changé : il est toujours cette boule de stress imbibée d’alcool, ce gamin pas franchement décidé à améliorer ses points faibles.
Et pourtant, comme d’autres avant lui, Christophe Miossec tient debout, et nous rappelle régulièrement qu’un grand artiste qui titube reste un grand artiste. Après un ’’Haïs-moi’’ hésitant, il stupéfie l’audience par la fougue absolue d’une ’’Fidélité’’ faisant à chaque fois office d’électro-choc. La soirée est enfin lancée, et l’enchaînement imparable : un ’’Je m’en vais’’ dévastateur puis un ’’30 ans’’ poignant ne souffrent même pas des habituels trous de mémoire du chanteur. Acquis à sa cause, le public découvre des ’’Bonnes manières’’ de grande qualité, sans doute l’un des titres de Finistériens les plus convaincants sur scène.

Nouveau moment de grâce, l’inévitable ’’Brest’’ fait véritablement vibrer un public toujours bouleversé par l’un des vrais monuments de la carrière du chanteur, lequel en profite pour glisser un ’’Fermer la maison’’ sans doute amené lui aussi à devenir l’un des sommets d’émotion des concerts de l’artiste. Puis vient le temps des traditionnelles ’’Bières aujourd’hui s’ouvrent manuellement’’, capables de faire danser la foule la plus inerte. Avant que la nouvelle session d’extraits de Finistériens (’’CDD’’ – ’’Les chiens de paille’’ – ’’Jésus au PMU’’) ne fasse à nouveau douter du potentiel scénique de ce nouvel album. En revanche, un ’’Défroqué’’ sorti de derrière les fagots et interprété avec rage relance une nouvelle fois la machine de façon convaincante.

Foirant chacune des blagues tentées entre deux chansons (dont une vanne pourrie sur Franck Vandenbroucke), Miossec se régale visiblement à tourner en dérision des morceaux dont il n’assume pas l’aspect tragique. C’est ainsi que le titre suivant, ’’À Montparnasse’’, est présenté comme « chanson sur la gare la plus moche de Paris ». Très classe. Plutôt bien exécuté, le morceau est immédiatement suivi d’une ’’Mélancolie’’ fort réussie et d’une ’’Fortune de mer’’ prometteuse. La suivante, ’’Loin de la foule’’, confirme son statut de morceau assez oubliable.

À l’heure des rappels, pas de prise de risque mais une efficacité maximum : au classique ’’Non non non non (je ne suis plus saoul)’’ succède un ’’Pentecôte’’ toujours surprenant de violence contenue ; puis vient ’’Dom-Tom’’, morceau très apprécié par le chanteur mais ne dépassant jamais le stade du sympathique. Pour achever ces deux heures de montagnes russes, Miossec s’acquitte avec brio de ’’Seul ce que j’ai perdu’’, probablement le prochain single de son album. À la sortie, des fans satisfaits mais moins transcendés que d’habitude, et des néophytes inégalement séduits par le manque d’unité certain de la prestation du soir et par l’absence d’un Yann Tiersen qui avait peut-être mieux à faire.

En première partie, Alan Corbel avait auparavant dispensé une folk polie et bien léchée, sa voix dure et frêle rappelant un étrange croisement entre Thom Yorke et Damien Rice. Défendant son premier EP avec énergie, le chanteur breton (lui aussi) a capté sans grande peine l’attention du public. Et en solo s’il vous plaît, sauf lors de l’apparition d’Edith Fambuena (ex-Valentins), réalisatrice du disque et venue lui prêter main forte sur deux morceaux.

Setlist Miossec : Nos plus belles années | Les joggers du dimanche | Haïs-moi | La fidélité | Je m’en vais | 30 ans | Les bonnes manières | Brest | Fermer la maison | Les bières aujourd’hui s’ouvrent manuellement | CDD | Les chiens de paille | Jésus au PMU | Le défroqué | À Montparnasse | La mélancolie | Fortune de mer | Loin de la foule | Non non non non (je ne suis plus saoul) | Pentecôte | Dom-Tom | Seul ce que j’ai perdu (m’appartient à jamais).

2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
2009_10_25_miossec
Date : 25 octobre 2009
Photographe : Alain
Réponses
  1. A écouter la diffusion ce samedi sur Inter du Pont des artistes. Miossec (pertinent & drôle) et Alan Corbel étaient bien. Bonne soirée

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…