Lundi 4 juillet, chez SK* on a eu le don d’ubiquité : alors que Dadou était aux Nuits de Fourvière, à Lyon pour suivre le live très attendu de Tame Impala et Mac DeMarco, je me trouvais à quelques centaines de kilomètres de là, dans la chaleur de l’Olympia, pour écouter les non-moins-doués, Ratatat.

Tout feu tout flammes, les deux prodiges de Ratatat nous ont surpris hier soir en déboulant sur scène à 20h55 alors qu’ils devaient démarrer 20 minutes après, à 21h15 ! Les artistes en retard, ça on connait, mais eux ils devaient être pressés de commencer.
Du coup ils m’ont prise au dépourvu, et quand j’ai entendu que quelque chose se passait sur scène et que j’ai reconnu le grondement si particulier de leurs basses électroniques entamer Pricks of Brightness, alors que je n’étais même pas encore dans la salle principale, j’ai du courir pour me frayer un chemin vers l’avant, dans la pénombre étouffante de L’Olympia.

ratabis

Discographie

Et là c’était parti. Si je devais définir ce concert, je pense que le terme adéquat serait une course effrénée.
Les mecs sont des machines de guerre, ils enchaînent les morceaux sans respirer, balançant du son et des lumières à tout va, on en prend plein la figure, et ce dès le début.
Entre les visuels de félins et d’oiseaux (Cf. Classics & LP4), et les faisceaux aveuglants qui clignotent sans cesse, on se croirait dans une jungle en feu au milieu de laquelle se dressent deux créatures déchainées, toutes guitares dehors, qui nous envoient des salves de puissance.

S’il y a bien une chose qui définit les Ratatat, c’est leur musique.
Hybride, imprévisible, à la fois incroyable et inclassable, mais toujours reconnaissable entre mille. Je dirais qu’ils sont les rockeurs de l’electro, ils le confirment une fois de plus avec ce live. Les beats qui emplissent la salle à chaque début de musique font frémir le public et monter l’euphorie. Mike, le guitariste qui est juste en face de moi, semble totalement désarticulé. Il alterne pas de danse bizarroïdes et chutes inattendues, parfois on aurait presque peur qu’il se fasse mal.

Ils jouent 1h30 à pleine balle, sans s’arrêter, ils nous épuisent. Tous leurs sons y passent, à grands cris du public : Wildcat, Nostrand, Loud Pipes, Sunblocks, Bilar, Seventeen years et puis forcément, leur dernier album, de Countach à Nightclub Amnesia en passant évidemment par Abrasive.

Ratatat – Abrasive

Un live très pro au final, à l’image de la salle dans laquelle ils jouent, les Ratatat n’ont plus rien à prouver.
C’est peut-être ce que je leur reprocherais un peu d’ailleurs, leur communication avec le public est restée très limitée, on a du entendre deux ‘merci beaucoup’ et un ‘thank you’ sortir de leur bouche pendant tout le concert, difficile de se sentir vraiment proche d’eux. Ils finissent leur rappel en beauté, tambourinant en chœur sur deux gros tomes de batterie qu’ils balancent à travers la scène lorsque la tension atteint son apogée dans la salle, et que le public haletant n’en peut plus de les suivre.

C’était la première fois que je les voyais et je n’ai pas été déçue : ils ont de l’énergie à revendre et savent faire le show, entre guitares rocks et beats electro, un plaisir pour les yeux et les oreilles.

Ratatat – Nightclub Amnesia

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]