Catégories
Concerts (live reports)

Days Off, quand l’Hexagone conquiert la Philharmonie

Pour la septième année consécutive la Philharmonie de Paris organise le Festival Days Off, et propose un savant mélange de musiques aux influences différentes mais toutes très actuelles, mêlant concerts, expos, et projets collaboratifs dans le cadre mythique de la Cité de la Musique et la douceur estivale de ce début de mois de juillet.

Un vent de fraîcheur souffle sur le parc de la Villette depuis le 30 juin, et c’est bel et bien ce que j’ai ressenti hier soir lors de la soirée Hexagone, où se produisaient Bagarre, L’Impératrice et Isaac Delusion en une même soirée.

Bagarre @ Soirée Hexagone
Bagarre @ Soirée Hexagone

La soirée commence à 20 h avec Bagarre, ces cinq fauves en veste Adidas et grosses chaines en argent qui font beaucoup parler d’eux en ce moment. Ils ont été plutôt bons, déterminés en tout cas, ils ont su mettre l’ambiance et occuper l’espace, fidèles à eux-même dans leur registre de violents torturés, mais avec une touche de romantisme. Il faut avouer que ce n’est pas évident de jouer dans une salle comme la Philharmonie, grandiose, spacieuse et à l’acoustique impressionnante, où l’on viendrait plus aisément voir un orchestre symphonique qu’un petit groupe d’electro-pop-funk énervé. Ajoutant à cela le fait que la grande majorité du public était venu pour voir L’Impératrice ou Isaac Delusion, les Bagarre ont quand même eu du mérite. Mention spéciale pour le petit clin d’œil à leur univers de baston, matérialisé par atèle et les béquilles factices du mec au synthé, dommage par contre qu’ils soient partis sans se retourner dès la fin de leur setlist.

Bagarre – Mourir au club

Discographies

Le live de L’Impératrice était sympa, groovy comme il faut, agréable à regarder, même si c’est plus le genre de groupe qu’on verrait sur une plage ou un rooftop que dans une salle comme celle-ci. Harmonieux dans leurs chemises tropicales en soie verte, ils ont été pros et c’était chouette, mais pas très surprenant.

À part peut-être leur rappel à coup de violon et violoncelle, très en symbiose avec le lieu. J’ai bien aimé, mais je pense définitivement aller les revoir dans une salle plus petite, ou paradoxalement, leur musique aura surement plus d’ampleur.

L’Impératrice – Agitations Tropicales

Non, le VRAI concert de la soirée c’était tout de même Isaac Delusion. Les deux premiers m’avaient plus, mais là ils ont relevé le niveau d’un cran. Le chanteur, dont la voix toujours aussi indomptable emplissait à merveille la Philharmonie avait une prestance incroyable, très bien accompagné par le reste du groupe. Ce qui est fou quand on les regarde, c’est qu’ils dégagent une grande simplicité, et en même temps une puissance capable d’occuper un stade.

Isaac Delusion @ Soirée Hexagone
Isaac Delusion @ Soirée Hexagone
Très polyvalents, les membres du groupes « jumpaient » tous sans soucis d’un instrument à un autre, toujours dans la plus grande maîtrise de leur musique. Ils ont joué presque 1h30, des chansons exclusives comme leurs classiques, noyant tout simplement le public dans leur tourbillon musical. C’était parfait de se laisser emporter ainsi par la déferlante Delusion, le temps d’une soirée, ils ont su posséder la Philharmonie et on les en remercie.

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Vous avez aimé ? Partagez !
3 réponses sur « Days Off, quand l’Hexagone conquiert la Philharmonie »

Isaac Delusion, tout simplement génial. J’en ai encore des frissons. Très belle chronique Noémie

Merci beaucoup Lia :) un plaisir de voir que mon ressenti est partagé !
& Ly, le « mec » sautait tellement partout avec son attele que j’ai cru à du fake !! Ca aurait pu etre un clin d’oeil amusant, mais desolee pour la boulette du coup !

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Eagle_in_your_mind_08sk

Photos : Wintower @ Transbordeur, Lyon | 22.02.2020

Pour les retardataires, Winter + Woodstower = Wintower. C’était la deuxième édition du festival Wintower pour 3 jours bigarrés dont ce 22 février au Transbordeur à Lyon avec le punch de Kompromat, les envolées d’Isaac Delusion, l’onirisme d’An Eagle in your Mind, l’humour de Texas Menthol et l’envoûtant Zimmer sous l’œil bienveillant de Fabrice Buffart.
PITCHFORK_2018

Le Pitchfork 2018 fait fort !

Ah…Novembre. L’heure d’hiver. Les matins où il fait encore nuit quand on part travailler et déjà noir quand on en revient. La Toussaint. Le froid qui s’installe. Les écharpes et les manteaux. Le gel sur la voiture le matin. Le repli dans l’entre soi de 4 murs et d’un radiateur. Alors pour lutter contre la […]
Isaac Delusion — Distance

Vidéo : Isaac Delusion – Distance

Imagination chantait it’s just an illusion mais avec Isaac Delusion on est dans le réel où la distance est une notion relative même dans les bas fonds de Saïgon.
Polo and Pan @ Paris Pitchfork Festival 2017

Paris Pitchfork Festival 2017

Après ces trois jours de Pitchfork dans l’antre indie de la Grande Halle de la Villette, SK* revient sur ses coups de coeur de l’édition 2017.

Isaac attaque l’Elysée Montmartre

En ce mardi 25 avril, la célèbre salle de Pigalle affichait complet pour la venue d’Isaac Delusion et vu la prestation grandiose qu’ils ont faite, je pense que personne n’a regretté l’achat de son billet.
ISAAC_DELUSION_HD_11 __ © PE TESTARD

Delusion sans désillusion

Ce début d’année sonne le retour d’un groupe qui a fait ses preuves et que l’on attendait avec impatience. Rust & Gold, le nouvel album d’Isaac Delusion sort le 7 avril prochain, avec Isabella, premier extrait disponible à l’écoute.

Plus dans Concerts (live reports)

The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.
Kevin Morby @ Lune des Pirates, 11-02-2020

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ? […]
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes, […]