Le nouveau Jean Tonique se boit très frais

Déjà plus d'un an qu'Antoine Roux, plus connu sous le nom de Jean Tonique, ce parisien de 26 printemps seulement, avait sorti son EP "You" sur le bien connu label eclectro-ensoleillé Partyfine, et voilà qu'il revient vendredi dernier avec une nouvelle pépite pour accompagner nos apéros estivaux : l'EP deux titres Lit Up.

Si son précédent opus nous donnait déjà envie d’aller nous trémousser au bord d’une piscine en plein soleil, avec celui-ci on passe à la vitesse supérieure et c’est sur un rooftop en pleine mer que l’on s’imagine.

Ça tombe bien parce-que c’est exactement là qu’il se produisait, pas plus tard qu’hier soir, sur le R2, ce sympathique toit marseillais qui donne sur la méditerranée, accompagné qui plus est, de Bon Entendeur.

Malheureusement je n’y étais pas, donc j’en appelle à vos témoignages pour nous faire un peu rêver, car entre le cadre et le line-up, il y avait de quoi !

Une chose est sure, Jean Tonique porte bien son nom, car sa musique est parfaite pour buller. Lit Up, le titre éponyme de l’EP, est un featuring avec le trio canadien de Dirty Radio. Tout en rondeurs, on retrouve le coté apéro-pop des basses funk et des riffs de guitare très chill de l’electro d’Antoine, sur un fond de disco aux accents rétros.

Le deuxième titre, Fallin s’inscrit dans la même lignée, mais plus syncopé, presque décousu. Les influences nineties funkies sont toujours bien présentes, mais presque teintées de R’n’B, avec des samples vocaux en boucle et des beats répétitifs claquants.

En tout cas, le nouvel EP de Jean Tonique se déguste comme le cocktail du même nom : acidulé, corsé à souhait, et surtout sans modération même si avec seulement deux titres on le boit surtout d’une traite.
La prochaine fois on veut bien une double dose !

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Cela pourrait vous intéresser

Jean Tonique le pétillant

Pour le MaMa Festival, et avant sa prestation à la Chaufferie de la Machine du Moulin Rouge, SK* a eu l’occasion de discuter un peu avec le sympathique Jean Tonique, dans son antre de création, un petit studio du 17ème arrondissement.
Samba de la Muerte @ MaMa Festival, le Divan du Monde, Paris, 14/10/2016

Le marathon MaMa 2016 au rapport

C’est dans le chouette quartier de Pigalle et ses environs que s’organise le MaMa Festival : 3 jours, 120 concerts, 13 salles d’ampleurs tout à fait diverses, où les labels viennent faire souffler un vent de nouveauté sur la scène parisienne, en présentant de nombreuses découvertes françaises et internationales.
Clap Ferret 2015

Clap Ferret, Première !

Non, Rock en Seine n’est pas le dernier festival de l’été ! Pendant que certains retrouveront leur métro / boulot / dodo, d’autres seront sur la plage avec entre autres The Limiñanas à « promener Otis et rester assis sur le sable une heure ou deux avec tous mes copains, ceux dans ma tête et ceux […]

Plus dans News

Nits2

Brillant Neon !

Avec Neon enregistré avant l’incendie qui a détruit leur studio Werf à Amsterdam, les Nits bouclent une trilogie avec Angst en 2017 et Knot en 2019.
Come

Come again !

Attention, mythe underground. Come, « l’un des joyaux les plus insaisissables du catalogue Matador » selon Pitchfork avec son 11:11 en 1992, revient avec la parution en février dernier de Peel Sessions enregistrées en 1992 et 1993.
Arno

Arno à jamais

Des racines. Opex, c’est un quartier de l’est d’Ostende où les grands parents d’Arno tenaient un café, Chez Lulu, le prénom de sa mère.
Bruce Springsteen

Merci patron !

La pêche du jour vient d’un monsieur de 73 ans qui annonce un album de reprises de standards de la soul avec Do I Love You (Indeed I Do) et effectivement on l’aime. Merci Boss !