Catégories
Concerts (live reports)

Noisettes + Pollux From Rio @ Trabendo

The Noisettes + Pollux From Rio @ Trabendo, Paris 29-10-2009

Les Noisettes tournent depuis maintenant plusieurs années – notamment en première partie de Muse en 2006 – pour présenter leurs compos, et ce avant même de sortir leur premier album. What’s the Time Mr. Wolf ? parut en 2007 en chemin, de nouvelles chansons se sont introduites dans leur set avant d’atterrir sur leur tout dernier opus Wild Young Hearts. C’était le groupe français Pollux From Rio qui assurait la première partie de ce magnifique concert au Trabendo pour la der de der de cette belle tournée.

Pour chauffer la salle, les Noisettes partent sur “Wild Yound Hearts”, puis sans peur mais sans reproche non plus, enchaînent déjà avec le single qui les a hissés au top des charts, le fameux “Don’t Upset the Rythm”. Shingai Shoniwa a retiré ses chaussures pour être plus à l’aise et nous montrer ses talents de gymnaste. La première chose qu’on remarque chez elle, c’est sa tenue, très fleurie, avant que sa voix ne nous frappe de plein fouet : elle a une amplitude vocale surprenante !

Les Noisettes nous démontrent ensuite avec “Don’t Give Up” à quel point ils ont beaucoup plus à nous offrir que les singles qui nous ont permis de les découvrir : un magnifique solo de guitare de Dan Smith est suivi d’un final de malade par Jamie Morrison à la batterie. Après “Sometimes”, Shingai fait monter la température en faisant valser sa veste pour se retrouver en short / soutif sur “Saturday Night”. Elle part dans une choré, monte sur la batterie, Dan entre dans la danse, le public commence à sauter… elle finit la chanson littéralement sur les genoux.

Le public reconnaît “Never Forget You” aux premières notes de basse et reprend le refrain avec elle. Puis elle disparaît pendant une intro en guitare / batterie, pour réapparaître… assise sur la console de l’ingé son au milieu de la salle ! Elle chante “Atticus” perchée sur la barrière la mezzanine du Trabendo ; la position arque boutée en arrière n’a pas l’air de lui poser de problème – sauf un raté où elle cherche ses notes, un rire lui échappe : elle est déjà pardonnée. Elle remonte alors sur scène pour reprendre la basse et nous offrir un final des plus rock avec choré de guitares et jumps de batterie sur “Sister Rosetta”.

A ce niveau là, on se demande ce qu’elle pourra bien faire de plus pour le rappel. Mais à une époque où on en demande toujours plus aux musiciens, Shingai n’est pas à court d’idées. Les Noisettes nous propose d’abord une nouvelle chanson “Every Now And Then”, une chanson, comme elle nous l’indique, « pour nous tenir chaud pendant l’hiver ».

Ils choisissent ensuite de reprendre T-Rex avec “Children of the Revolution”. Parmi les jeunes gens qui se jettent à ses pieds au premier rang, Shingai en avise un et monte sur ses épaules pour pouvoir fendre et surplomber la foule, pendant qu’elle entonne le « No you won’t fool the children of the revolution ». Après avoir fait chanter la salle, elle remonte sur scène uniquement pour effectuer un magistral jump grand écart.

Un concert sans temps mort, on est plongé dès les premières notes, Shingai, en Reine de Saba, insuffle une belle passion sur scène, et ses musiciens sont des professionnels. Les Noisettes m’ont convaincue !

Set List : Wild Young Hearts / Don’t Upset The Rhythm / Don’t Give Up / Sometimes / Saturday Night / 24 Hours Ago / Cheap Kicks / So Complicated / Never Forget You / Atticus / Sister Rosetta
Rappel: Every Now And Then / Children Of The Revolution

Date : 29 octobre 2009
Partager cet article
2 réponses sur « Noisettes + Pollux From Rio @ Trabendo »

PARFAIT CE CONCERT !!
Shingai magnifique, les musicos geniaux enfin parfait quoi !
Par contre ce n’est plus THE NOISEttes mais NOISEttes tout court maintenant =)

Sublimes ces photos ! Sublimes comme l’était le concert ! Shingai est juste impressionnante en live ! Quel plaisir que de la voir chanter et bouger autant ! Une vrai show woman ! Bravo pour ce beau boulot ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Avant Scène par Rémy Grandroques

Avant Scène par Rémy Grandroques

Voilà plusieurs années que je travaille sur des festivals, et que je suis armé de mon Holga. Un appareil très discret. Le boitier idéal pour passer inaperçu pendant les changements de plateau ou les balances, et faire cette série « Avant Scène » en tout tranquillité. Enfin presque ! Il m’est arrivé de me faire…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…