Just Rock ? #2 Tout en douceur !

Just Rock ? #2 Tout en douceur !
Guimauve - 30/10/2009

Vandaveer, H-Burns et Sébastien Schuller ont partagé avec beaucoup de complémentarité  l’affiche  du festival Just Rock ? à Lyon

Bien belle soirée pour le second soir du festival Just Rock ? à Lyon devant un public clairsemé au Ninkasi Kao, les beaufs préférant s’engourdir le cerveau devant un écran géant pour admirer les trottinements patauds de vingt-deux handicapés velus qui poussent des balles comme on pousse un étron, en ahanant des râles vulgaires de boeufs éteints (Merci Pierre D.) et s’avachir la bière à la main devant la fessée magistrale qu’une salade niçoise a donné à la prétentieuse andouillette lyonnaise.

L’affiche était pourtant alléchante avec des artistes bigarrés, accessibles et talentueux . Les premiers à investir la scène du Kao tout en douceur furent Vandaveer, duo Amerikana qui mêle un archange incandescent de beauté au chant et Rose – Raymonde Bidochon – Guerin, cheveux fushia, chaussettes en laine remontées aux genoux et robe à fleurs (fanées) importées directement d’ex RDA aux backing ‘angel’ vocals. Les voix sont aériennes, tricotant de délicates et sobres mélodies avec une grâce à faire marcher sur l’eau ce bon Jeff (Buckley), un duo de troubadours folk qui renvoie Winston se faire fumer dans les cyprès ou Yodelice à sa manucure.

Changement d’ambiance après cette overdose de douceur et de simplicité avec le dromois H-Burns qui vient présenter son nouvel album We go way back avec sa somptueuse pochette par Richard Bellia (sortie le 16  novembre chez Discograph). Après deux premiers albums plutôt orientés blues, Renaud Brustlein et sa troupe (les fidèles amis de Thousand and Bramier et Jonathan Morali de Syd Matters) proposent un set abrasif et accrocheur, une voix toujours aussi intense, un songwriter qui vit ses chansons désormais beaucoup plus électriques, quasi en transe, les yeux mis clos. Les titres prennent de l’ampleur sur scène, la tension monte petit à petit, l’orage gronde et éclate pour mieux s’apaiser. Même les deux magnifiques anciennes chansons Horse with no medals et Big city blues sont transfigurées. H-Burns devrait avec ce nouvel album changer de stature et rallier logiquement  Bourges dont il fait les sélections Découvertes Rhône Alpes, le 28 Novembre prochain a l’espace St Germain de Vienne.

Enfin, la bande à Schuller vient clore la soirée en beauté avec ses bombinettes sensorielles. Ni progressif, ni post rock, ni électro pure, ni pop atmosphérique, Sébastien se fait la belle avec une musique hybride qui atteint des sommets d’émotion et de frissons. Chaque titre vous enlace, vous emporte  dans son univers parallèle, avec une musique amniotique, une sorte de post prog où les machines seraient enfin humanisantes et chaleureuses. Keziah Jones dit très justement que la clé de la qualité pour un artiste est de trouver un son, une originalité et Schuller en France semble assez unique et singulier, comme un Radiohead sans prise de (grosse) tête.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Night Flight to Rouen

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Stupéfiant Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods in a good mood !

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».