Les perroquets ont (toujours) des choses à dire

De passage à Paris en septembre dernier au milieu de leur tournée européenne, SK* a pu rencontrer les Parrots, ces madrilènes un peu barrés et surtout complètement rock !

C’est leur live.

Alors, vous venez tout juste de sortir votre premier album, Los Ninos Sin Miedo, tu te sens comment ?

Diego : Soulagé ! Et très content en même temps ! On a beaucoup bougé ces derniers temps, et on avait un peu peur de cette période de promo, post-sortie, etc mais maintenant on se sent plus relax, on est super heureux de pouvoir jouer l’album en live.

Tu peux m’en dire plus sur l’enregistrement, la création de l’album, comment tout ça s’est passé ?

On a passé 3 ou 4 mois à créer les sons, dans ma maison en Espagne, et ensuite on est allé en studio et on a tout enregistré en une semaine !

Pourquoi si vite ?

Parce-que… En soi si on avait eu besoin de plus de temps on l’aurait pris, mais là, on savait plutôt ce qu’on voulait, et en une semaine c’était fait ! On avait plein d’idées, puis le fait d’être en studio, 24h sur 24 dans le même endroit, ça a canalisé les choses, et on a pu aller droit au but.

Avant cet album, vous vous étiez déjà un peu fait connaître grâce à vos précédents EP ?

Hum oui. On avait 2 EP, 3 singles, qu’on jouait.

Et maintenant lorsque vous jouez l’album, c’est différent ? Vous le sentez comme un aboutissement, plus mature ? Ou c’est simplement une extension de ce que vous étiez déjà avec vos précédents titres ?

Un peu des deux, disons qu’avant on avait l’opportunité de ne montrer au public que 4 chansons, en gros, et qui en plus n’avaient pas forcément de liens entre elles, car elles étaient chacune dans leur singularité propre, et on sentait qu’on ne pouvait pas faire tout ce qu’on voulait avec ça, on se sentait limités. Maintenant on a enfin un moyen de jouer vraiment, de montrer qui on est avec cette création.

The Parrots @ Point FMR
The Parrots @ Point FMR

Tu l’aimes cet album ?

Bien sur que je l’aime ! Je l’adore même.

Ahah, évidemment, et heureusement. C’est quoi ton titre chéri ?

La dernière. Los ninos sin miedo, c’est ma préférée !

Je l’écouterai attentivement alors ! Donc dans le groupe, vous êtes trois, juste guitare-basse-batterie, rapide et efficace. Du coup à la guitare, tu fais tout, rythmique et solos ?

C’est ça ! Mais sur 3 ou 4 chansons, Alex, le bassiste, lâche sa basse et m’accompagne avec une deuxième guitare.

Et pas d’électronique, pas de samples, jamais ?

Non, rien du tout pour l’instant ! On prévoit à terme d’en mettre un peu, on aimerait beaucoup avoir un synthé et quelques beats plus électroniques avec notre musique, et c’est vrai qu’on a déjà deux chansons sur l’album qui ont été enregistrées avec une boite à rythme un peu rétro parce-qu’on aimait bien les sonorités, mais pas pour la tournée, pas pour l’instant.

The Parrots – Let’s do it again

Top 5

La sortie que tu attends le plus ?

Fat White Family et Ty Segall, ça va être top !

Et celle qui t’a marqué dernièrement ?

Leave me alone des Hinds ! Je l’ai produit, et beaucoup entendu, c’est très cool.

Un album que tout le monde a écouté sauf toi ?

J’ai honte parce-que ce sont de bons potes, mais Twin Peaks.

Une collaboration artistique ?

Banksy ahah.. ah non, Adam Green, j’adorerais !

Londres ou Madrid ?

J’aime les deux, mais tu sais quoi, Paris en fait. C’est sur, Paris.

The Parrots - Los Ninos Sin Miedo

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

The Parrots

The Parrots en live : Le Point FMR a faillit y rester

Le moins que l’on puisse dire à propos du trio de perroquets madrilènes, c’est qu’ils n’ont pas pour habitude de cancaner docilement. Et pour cause, hier soir au Point Éphémère, ils y sont allés à grands coups de braillements et de riffs bruyants, jusqu’à se rouler par terre, ça aurait pu être vraiment cool comme […]

Plus dans Interviews

Sweet Gum Tree

5 questions à … Sweet Gum Tree

Double sortie ce jour pour Sweet Gum Tree avec un clip où il s’expose rock et sexy, extrait de son nouvel album Silvatica, composé notamment avec Earl Harvin, batteur de Tindersticks, Air, Psychedelic Furs et Erik « Raggy » Sevret, saxophoniste de Zenzile. Avec Exposure, le roux est de mise, la guitare s’excite, le sax se glamourise […]
Faubourg

5 questions à … Faubourg

Se perdre pour mieux se retrouver. Faubourg avec Lost réalise un rêve en invitant Roya Arab qui prêtait sa voix au Londinium d’Archive. Ce morceau aux volutes enivrantes, aux sentiments stroboscopé est extrait d’un mini-ep avec un remix de Kooltrasher. On découvre un artiste qui risque d’être au centre du jeu rapidement.
Vanessa Philippe

5 questions à … Vanessa Philippe

Avant son nouvel album en janvier dédié à sa sœur disparue, Vanessa Philippe évoque ses maux et met des mots dignes et simples pour évoquer l’indicible. Il faut parfois aller au fond de la piscine pour mieux mettre un bon coup de pieds afin de surnager.
VAPA

5 questions de plus à … VAPA

En répondant à nouveau à nos questions, vous aurez votre propre avis sur VAPA. Avec son nouveau clip, Viscéral, on a envie de dire vas-y VAPA. Viscéral, qui se rapporte aux viscères, qui les contient : cavité viscérale. Qui vient des profondeurs de l’être : une haine viscérale. Avec VAPA, c’est la poésie qui sort […]