Les tribulations sauvages de Fakear

Fakear a sorti son album, Animal, avant l'été, et est actuellement en pleine tournée, il a notamment joué au Zénith de Paris, le 10 novembre, et continue sur les routes de France et d'Europe. SK* a eu l'occasion de rencontrer le jeune prodige de Caen, pour discuter un peu de ses inspirations, de cet album, et de cette tournée.

Un animal amoureux

Cet album, il est vraiment si sauvage que ça ?

C’est surtout l’album d’un mec amoureux, qui parle beaucoup d’amour et d’émotions, c’est la rencontre avec ma copine qui me l’a inspiré.

Discographie

Et tu arrives à faire passer des émotions comme l’amour sans paroles justement ?

Ben, ça passe par plein de trucs, tu peux arriver à faire transparaître des émotions à travers des grilles d’accords par exemple, des textures, les synthés que t’utilises. J’ai essayé de faire un album assez solaire, même par le choix des synthés, c’est toujours des notes très aériennes et légères, rien de sombre ou de gras. Les voix aussi, majoritairement féminines, je ne sais pas, peut-être que si je faisais un album qui parlait de politique je prendrais des voix de mecs, mais là c’était au feeling et c’est venu comme ça, je ne l’ai pas vraiment mentalisé. Je dirais aussi qu’il est plus minimaliste que ce que j’ai pu faire avant, parce que l’amour c’est une émotion qui prend toute la place, il ya moins de choses différentes à exprimer que quand on mélange les sentiments comme la joie, la colère.

Dans cet album, on retrouve beaucoup de tes EPs précédents, comme si c’était le point d’orgue de tout ce que tu as fait jusqu’à présent. C’est la fin d’un cycle ? Le commencement d’un nouveau ?

Hum ben je ne le vois pas forcément comme une conclusion mais comme une sorte de bulle un peu à part, liée à des évolutions et des événements extérieurs, comme la rencontre amoureuse par exemple, alors que tous les EPs précédents étaient un peu dans la continuité les uns des autres, et c’est vrai que du coup c’est un peu comme si je prenais du recul sur tout le reste en me disant « ben voilà, j’en suis là ». Mais il y a déjà dans Animal les prémices de ce qui va suivre, je ne sais pas encore vraiment comment, mais probablement quelque chose de plus lent, plus lourd, tout en restant solaire. Plus des tracks dans la continuité de My Own Sun ou Ankara, je pense.

Et du coup cet album « bulle » tu l’exprimes différemment sur scène ?

Oui et non, disons que déjà depuis plus d’un an je joue sur scène avec des musiciens, ce qui donne une dimension plus « rock and roll » aux lives. Et Animal s’y prête complètement, on a un esprit de groupe et on met du coeur dans les chansons, pour reproduire cette énergie solaire, ce lâcher-prise que j’ai essayé de faire passer dans l’album.

Fakear - Animal

Tu joues aussi d’anciens morceaux que tu n’avais pas imaginé dans un but de formation live comme celle-ci aussi j’imagine, est-ce que ça a modifié ta façon de les percevoir, de les jouer, les émotions que tu fais passer avec ?

Oui par exemple un Morning in Japan, on le réadapte, et oui ça change complètement, c’est moins chiant à jouer, je redécouvre mes propres morceaux ! Ça balance une énergie différente, il y a un truc super mystique qui s’en dégage !

Donc tu penses continuer avec ce type de formation pour tes futures compos, après cet album ?

Oui carrément, et même l’étoffer. De toute façon le processus de composition reste le même, c’est moi qui compose tout, et on réadapte. Moi je ne change pas de « recette » en terme de création, c’est l’adaptation live après qui va être de plus en plus conséquente. Ce sont deux boulots différents du coup.

Et la réception du public, tu sens qu’elle est différente ?

Ça change oui. Déjà Fakear du coup c’est plus un artiste electro que tu programmes en fin de soirée et que tu ne regardes pas trop, ça devient un concert, un show à part entière. Les gens vont plus regarder, chiller, se laisser porter par ce qu’ils voient, et moi c’était ce que je recherchais : le lâcher-prise, mais pas dans le côté club, plus dans le coté contemplation, ouverture d’esprit, échappatoire.. un truc instinctif, une connexion presque primitive à la musique.

Ce côté « Animal » du coup.

C’est ça, un retour aux sources, à la nature, histoire de rappeler qu’on est des animaux parmi les animaux, avec ce truc complètement spontané.

https://www.youtube.com/watch?v=vl74mcJiMGU

Et au fait, ça fait quoi d’avoir écrit la chanson de « Mimi Mathy » (Cf: La Lune Rousse) ?

Ahah ben je trouve ça génial que les gens se soient approprié la chanson comme ça. C’est un moyen mnémotechnique comme un autre, et ça me fait marrer, j’aime bien.

Fakear en concert.
DateLieuTickets
04
Juil
2024

Transbordeur

Lyon 01 (FR)
TICKETS
05
Juil
2024

Transbordeur

Lyon 01 (FR)
TICKETS
06
Juil
2024

Transbordeur

Lyon 01 (FR)
TICKETS
20
Juil
2024

Parking des Tonneliers

Mèze (FR)
TICKETS
26
Juil
2024

Week-end Nowadays x Le Goéland 1951 - [Birthday edition]

Reville (FR)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Cela pourrait vous intéresser

Fakear-cluciebascoul-presspicture22

2X1 places pour Fakear au Transbordeur

Talisman le nouvel album de Fakear vient de sortir chez Nowaday Records et il le défendra sur scène en France et en Europe ce printemps avec un passage au Transbordeur le samedi 18 mars.
Fakear @ L’Elysée-Montmartre, Paris | 13.04.2018

Photos : Fakear @ L’Elysée-Montmartre, Paris | 13.04.2018

Fakear a sorti son album, Animal, avant l’été, et est actuellement en pleine tournée, il a notamment joué au Zénith de Paris, le 10 novembre, et continue sur les routes de France et d’Europe. SK* a eu l’occasion de rencontrer le jeune prodige de Caen, pour discuter un peu de ses inspirations, de cet album, et de cette tournée. Un…

Plus dans Interviews

Cmathieuteissier1

Rêve éveillé avec Lescop

Lescop sort du bois avec un nouvel album, Rêve parti qui fera danser Les garçons et vous retirera la raison avec la femme papillon. Entretien avant son concert à La Rayonne à Villeurbanne le samedi 9 mars.
Julienshelter-matthieudortomb4

5 questions à Julien Shelter

Avec Island, Julien Shelter nous propose un album cocon, un disque refuge pour se ressourcer avec des titres délicats évoquant l’amour, la nature ou l’enfance.
Chroniquenicolas-commentchicmediaschristophe-3

Fortunate semper magis tempus

Nicolas Comment vient de signer Chronique du temps qui passe, un superbe livre qui mêle des textes intimes et des photos d’artistes au gré des rencontres incroyables qu’il a pu faire. Il était récemment à Lyon pour une rencontre dédicace et une présentation de son travail à la galerie Poltred, l’occasion pour SK* d’évoquer avec […]

5 questions à … AbEL K1

Après avoir écrit pour d’autres et principalement pour Blondino dont il est l’indissociable compagnon de ses échappées, AbEL K1 sortira en mai son premier album. Un album porté par sa poésie toujours si personnelle et tendue, un lyrisme rock et direct, et une voix singulière. Prélude (à la folie) en est le premier aperçu, ainsi […]