Catégories
Interviews

L’aventure poétique de Diagrams

L’électron libre Genders est de retour ! C’est peut-être la meilleure nouvelle de cette fin d’année. Après avoir quitté Tunng alors en pleine gloire, Genders a monté Diagrams et a publié deux beaux albums qui jouent à jeu égal avec ceux de Gruff Rhys. C’est dire le niveau du garçon.

Pilier du catalogue Full Time Hobby, Genders est souvent là où ne l’attend pas. Son nouveau disque se fera sans le label qui l’accompagne dans tous ses projets (Diagrams, Throws) mais avec la poète Dorothy Trogdon. La sortie de l’album sera financée via une campagne de financement participatif.

Dorothy Trogdon

Comment as-tu rencontré Dorothy ?

Sam Genders : Une amie, Marion, m’a donné le recueil de poésie Tall Woman Looking qui a été publié par Dorothée alors qu’elle avait 87 ans. Marion (McLaren) est une artiste et une architecte qui a passé un été chez Dorothy quand elle était étudiante. Elles sont restées en contact et j’ai ainsi pu lui envoyer un mail pour savoir si elle voulait bien écrire avec moi. Nous nous étions jamais rencontrés avant que l’album soit terminé. Je me suis rendu sur l’île Orcas pour la rencontrer.

Diagrams – The Dorothy Project teaser

Pourquoi avoir choisi la voie du financement participatif ?

Sam Genders : C’est une « vraie » expérience. Si ça marche, je gagnerai les droits sur ma propre musique. C’est un vrai changement par rapport à mes précédentes façons de travailler. Les gens sont plus enclins à te tendre la main quand tu agis de cette façon. Je crée aussi de nouvelles connexions avec des gens qui sont intéressés par cette stratégie.

Mnemosyne

Comment as-tu eu l’idée de travailler avec Dorothy ?

Sam Genders : Quand j’ai lu son livre j’ai découvert le poème Mnemosyne. Marion voulait que je le lise car elle pensait que je pouvais l’aimer car il allie de belles images et un langage scientifique. Il m’a inspiré une chanson qui n’avait pas trop de sens. Je voulais vraiment finir cette chanson. Je me suis aperçu que je devais avoir la permission de Dorothy pour utiliser ses mots. Cela m’a donnée l’idée de lui demander de m’aider à écrire quelques paroles.

Comment as-tu travaillé avec Dorothy ?

Sam Genders : Tout s’est fait par mail. Nous avons échangé des poèmes, des paroles et des morceaux de musique. Elle m’a envoyé ses poèmes et en retour je lui envoyé mes paroles et ma musique. J’ai mélangé les poèmes à mon travail et écrit des chansons avec nos mots.

Lindsay & Harris

Mike Lindsay et Kristofer Harris sont les producteurs de ce disque. Comment as-tu organisé on travail ?

Sam Genders : J’ai enregistré la majorité des titres avec Kristofer Harris dans son studio du Kent. Son ami Rob a fait les batteries et j’ai assuré les guitares, la basse, le chant et le piano. Après, j’ai manqué de temps et d’argent. Je ne sais plus comment cela s’est passé mais après avoir joué les morceaux avec Mike une nuit après une session de mixage pour l’album de Throws et après avoir bu quelques bières, il m’a proposé de m’aider à terminer ce disque. A ce moment, j’avais un disque dur rempli d’arrangement joués par Kelly Pratt, Sam Ewens, Danual Dhondy et Astra Forward à la maison. Mike a construit le disque à l’aide de ces sessions. Mike a tout rassemblé, ajouté des nappes de guitares, de claviers et de basses et à mixé l’album terminé.

Combien de temps a pris l’enregistrement ?

Sam Genders : Cela a pris quelques années ce qui est plus long que la normale mais les choses ont été faciles. D’une certaine façon, c’est comme si cet album s’était fait lui même et que je l’avais un peu aidé. Au début de l’aventure, j’ai demandé une petite subvention au PRS pour financer certains enregistrements. J’ai donc contacté des musiciens et des producteurs pour avoir des devis. Les gens ont adoré le fait que Dorothy fasse partie du projet et ont proposé de m’aider. Il y a eu pas mal de temps perdus mais je n’avais pas d’argent, je travaillais (j’enseigne la guitare) et je tournais avec Diagrams et Throws. Les choses se donc faites tout doucement.

It’s Only Light

Quelle est l’histoire de la chanson It’s Only Light ?

Sam Genders : J’ai eu cette idée grâce à la physique des particules et au fait que nous percevons le monde comme quelque chose plein d’objets alors qu’il est vide. Il s’agit que d’une illusion. J’ai envoyé mes idées à Dorothy (les accords et quelques paroles) et elle m’a renvoyé un poème magnifique qui est devenu le cœur de la chanson. L’enregistrement est une prise live. Je joue et je chante sur une piste électronique. J’ai rajouté des overdubs fait à la trompette par Sam Ewens.

Diagrams – It’s Only Light

Peux-tu m’expliquer le choix du visuel de ta campagne ?

Sam Genders : C’est une image de Jesse Treece. J’adore son travail et j’espère pouvoir utiliser cette image pour la pochette de l’album. D’une manière ou d’une autre mes chansons et cette image vont très bien ensemble. Je ne suis pas sûr de pouvoir expliquer pourquoi mais elles vont dans le même sens. Elles sont toutes les deux ouvertes et lumineuses.

Diagrams
© Jessee Treece

Quels sont tes projets pour 2017 ?

Sam Genders : Je vais être très occupé car je vais partir en tournée avec Throws et Diagrams. et je vais continuer de co-écrire avec quelques artistes. Je vais continuer d’enseigner et je vais probablement continuer mes ateliers d’écriture à la maison. J’ai quelques idées pour Diagrams mais tout est à l’état de projet… L ‘album sort en mai.

Retrouvez les détails du projet sur ce lien.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « L’aventure poétique de Diagrams »

How did you meet Dorothy ?

My friend Marion gave me Dorothy’s book of poetry ‘Tall Woman Looking’ which was published when Dorothy was 87.
Marion (McLaren) is an artist and architect and once spent a summer staying with Dorothy as a student. They’ve kept in touch and I was able to email Dorothy to ask if she’d consider writing with me. We never actually met until the album was almost finished and I visited Orcas Island to meet her.

Why did you choose to use the way of crowfunding ?

It’s an experiment really – if it works I’ll won the rights to my own music. That’s quite different to the way I’ve worked in the past. What I’m finding interesting about it is that people seem much more willing to reach out to you when you do something like this so I’m making lots of new connections with like minded people in the process.

And how did you get the idea to work with Dorothy ?

I get the idea to work with Dorothy then it was when I read her book – the first poem I read actually was called Mnemosyne (Marion had pointed it out because she thought I’d like its combination of beautiful imagery and scientific language) and I found myself turning it into a song in my head without really meaning to. I really liked the finished song and realised I’d need to contact Dorothy to ask her permission to use her words – that gave me the idea of asking her if she’d consider helping me write some lyrics.

How did you work with Dorothy ?

It was entirely by email. We swapped poems, lyrics and musical sketches (she sent me poems and I sent her lyrics and music) and I either set the poems to music or wrote songs taking elements of both our words.

Mike Lindsay and Kristofer Harris are the producers of this album. How did you work with them ?

I did most of the tracking for the album with Kristofer Harris in his studio in Kent. His friend Rob Wilks played drums and I laid down guitars vocals bass and piano. I then ran out of time and money for a while and wasn’t sure how to proceed but I played the tracks to Mike one night after a Throws mixing session and a couple of celebratory beers and he offered to help finish it. By this time I had a hard drive full of arrangements that other people had recorded at home and sent to me – Kelly Pratt, Sam Ewens, Danyal Dhondy and Astra Forward and Mike constructed the finished record from all the various sessions. Mike collated everything, added his own touches of guitars, bass and synths and mixed the finished album.

How easy was the recording process ? How long did it take you ?

It look a couple of years which is much longer than things normally take but it was also really easy. In a way it’s like this album made itself and it just needed a bit of help from me. At the beginning of the process I applied for a small grant from PRS to fund some recording and began to contact musicians and producers to see who might be willing to get involved and how much they might charge. People just loved the fact that Dorothy was involved and they loved the songs and offered to help. There were lots of gaps when I had no money or was working (I teach guitar in schools) or touring with Diagrams or Throws but piece by piece it cam together with the slightest encouragement from me.

What’s the story of « Its Only Light » ?

I had an idea of a song inspired by particle physics and the fact that what we perceive as the world of objects is mostly empty space and in a sense a kind of illusion. I sent my idea for the verses to Dorothy along with the chorus and chords that I’d already written and she responded with a wonderful poem that became the core of the lyrics.
The recording is a live take of me playing and singing with some electronically manipulated field recordings in the background and some overdubbed trumpet recorded at home by Sam Ewens added.

Could you explain to me the choice of this picture ?

It’s an image by Jesse Treece. I absolutely love his work and have actually been hoping for a while that i might be able to use this particular image for an album cover. Somehow I felt like these songs and this image just go together. I’m not sure I can explain why except that they on some way feel the same to me. There’s a lightness and openness to them both.

What are your projects for 2017 ?

I’m going to busy touring with Throws and Diagrams and I’m going to be doing some co-writing with a few other artists.
I’ll keep on with the teaching and will probably run a couple of songwriting workshops at home too. I have some ideas for Diagrams too but they’re all in the planning stages at the moment. The album comes out in May so I’m excited to get the music out there.

http://www.dorothycampaign.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Diagrams - General Relativity

La relativité selon Diagrams

Il n’y a que des Anglais capables de sortir des chansons qui fêtent le centenaire de la théorie de la relativité d’Einstein. Enfin des Anglais… Un Anglais surtout. Et l’heureux élu est Sam Genders, la tête pensante des Diagrams.
Diagrams

Diagrams

Sam Genders pourrait avoir caché dans les cartons de la réserve du label Full Time Hobby le meilleur disque du début de l’année 2015. En effet, Chromatics, le deuxième disque de sa tribu pourrait émouvoir plus d’un fan de pop élégante.

Plus dans Interviews

Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
BEBLY © Nicolas Demare

5 questions à … BEBLY

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de BEBLY qui longe les murs et déboule dans nos vies avec un nouvel EP, ULDO. Et cela fait du bien d’entendre…