Kaleo @ le Trianon, Paris | 27.01.2017

Kaleo @ le Trianon, Paris, 27/01/2017
Les nouveaux Islandais à la mode remplissent le Trianon pour leur première vraie date française.

Comme quoi placer son tube dans bon nombre de séries étasuniennes (Vinyl et Orange Is the New Black en tête) paie : Le Trianon est complet depuis des semaines.

Lorsque les lumières s’éteignent, c’est la voix de JJ Júlíusson, chanteur fluet à la belle gueule et à la belle mèche de jeune premier qui emplit l’espace, entonnant I Can’t Go on Without You en contre-jour. Le timbre du meneur de Kaleo est rauque et chaud, en totale contradiction avec son physique et son âge, un peu à la George Ezra. C’est lui qui fait tout le show, en pleine lumière. Les trois autres restent en retrait pendant que s’enchaînent des morceaux bluesy, voir americana, tous repris en chœur par les premiers rangs.

Discographie

Blues

Le blues, Kaleo font cela très bien. Il suffit d’écouter Broken Bones ou Automobile pour s’en convaincre. Ils ont seulement tendance à verser un peu trop dedans. Quand le concert prend son envol et qu’un Hot Blood volcanique et un No Good marteleur mettent le Trianon KO debout, les islandais repartent dans les morceaux lents (dont Vor í Vaglaskógi, seul titre écrit dans leur langue natale, qui permet toutefois de repérer les islandais du public à leur façon de chanter parfaitement ses paroles) au lieu d’enfoncer le clou. On a ainsi droit à une version du Bang Bang (My Baby Shot Me Down) de Cher langoureuse, par ailleurs fort bien exécutée, mais un peu frustrante.

Way Down We Go (le tube que la majorité de la salle attendait) provoque l’effet attendu, puis Ladies Man et Rock ‘N’ Roller en rappel closent le set avec plus de hargne. Le tout se termine lumières allumées, au son des cris du public, bras en l’air et ravi. Tout cela est convaincant, mais le serait encore plus avec un peu moins de lenteurs dans les virages. Une fois qu’un deuxième album sera sorti, peut-être, et que leur répertoire se sera étoffé.

20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
20170127-kaleo
Date : 27 janvier 2017

J'aime le noir et blanc qui bave et le rock garage bien gras.

Cela pourrait vous intéresser

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.