Brent Cash : Machine à tubes

L'Américain Brent Cash vient de publier son troisième album chez les teutons de Marina Records (Shack).


Ce natif de l’état de Georgie (The Black Crowes, R.E.M.) vient de frapper un grand coup dans le rayon de la pop en renversant la table sur les pieds de ses concurrents et en faisant chavirer avec ses mélodies.

The New High pourrait en effet finir dans notre top 5 de cette année 2017. Il est pratique ce Cash. Nous sommes encore au mois de janvier et nous voilà déjà avec un de nos albums de l’année. Entretien avec le présumé coupable.

The New High

Pourquoi avoir appelé ce nouvel album The New High ?

Brent Cash : Marina Records a aimé le fait que ce titre de chanson devienne le titre de l’album. Il sonnait bien. Et c’était bon pour moi.

Brent Cash – Every Inflection

Qu’as-tu fait pendant ces 5 années ?

Brent Cash : J’ai travaillé sur ce disque. J’ai essayé de communiquer sur le fait qu’enregistrer un disque de qualité coûte cher et peu de gens m’ont entendu ou cru. Et puis, pour être tout à fait honnête, il me faut pas mal de temps pour être satisfait des paroles et d la musique. Les deux passent subissent de nombreuses améliorations avant que je sois satisfait. Les paroles de The Wrong Thing ont été réécrites deux ou trois fois avant que je pense que cette chanson soit un hit potentiel. J’en suis satisfait car j’ai donné le meilleur de moi même. Et puis les arrangements ont pris du temps. Beaucoup des parties instrumentales des morceaux ont été enregistrées sur le moment même. Certaines parties de basse ont été créées pendant l’enregistrement du disque pour donner l’illusion qu’un groupe les a enregistrées en une prise. Sur mes deux précédents disques, ces parties avaient été pré-enregistrées. Mais la raison principale de ce délai de cinq années est l’argent.

Marina Records

Pourquoi as-tu joué intégralement ce disque ?

Brent Cash : Oui, j’ai décidé de jouer intégralement ce disque (sauf les cordes évidemment) cette fois-ci à la différence des deux premiers. Je voulais que cela sonne comme si un groupe jouait ce disque, un peu comme ceux de la période dorée du Laurel Canyon. Il y a donc quelques erreurs qui sonnent bien et que nous avons laissées alors que sur les deux derniers albums, j’étais un peu comme dans la série télévisée The Partridge Family où aucune erreur où aucun signe n’était toléré par Wes Farrell. Pour ce disque, j’ai joué les batteries, les pianos, les guitares et enregistré toutes voix.

Comment as-tu rencontré les gens de Marina Records ?

Brent Cash : Je les ai rencontrés grâce à un chic type du nom de Frank Jastefelder qui avait travaillé avec Stefan Kassel sur de nombreux projets. Marina a entendu le mix final de mon album How Will I Know If I’m Awake en 2007 et a voulu le publier. C’est comme si j’avais trouvé ma maison. Ils forment une superbe équipe !

The Way You Were

L’enregistrement de The New High a été facile ?

Brent Cash : Il a été plus facile que les deux précédents. J’ai abandonné les règles que je m’étais fixé auparavant et les choses sont venues de manière plus naturelles. J’ai du travailler dur pour les paroles et les cordes. Mais en ce qui concerne les parties rythmiques, j’ai pu expérimenter. Par exemple, sur la chanson Fade/Return, j’ai utilisé la méthode de Laura Nyro et j’ai enregistré le piano en premier. J’ai enregistré les batteries et les guitares après. Sur cette chanson, je voulais capturer un sentiment très sombre et je pouvais le figer uniquement grâce au piano. Il fallait passer par là en premier pour que le reste sonne bien. Sur la chanson The Way You Were, tout sonnait bien dans ma tête mais je n’étais pas sûr du chiffrage des mesures. Comme il régnait une certaine liberté, j’ai profité de la technologie et j’ai fait jouer de la caisse claire pendant 7 minutes. Quand j’ai compris comment changer le chiffrage de la mesure, j’ai changé le programme en passant du mesure 3 temps au lieu d’avoir une mesure de 4 temps. J’ai été libre car certaines choses n’étaient pas prévues à l’avance de ne pas avoir à prévoir certaines de ces choses à l’avance… Sur The Way You Were, je n’avais rien planifié même si j’avais des idées concernant la batterie. Il y a donc eu beaucoup de plaisir! De plus,The Dusk Song n’a pas été mixée. Nous l’avons laissée telle quelle. J’avais trop peur d’y toucher.

Out of America ?

Bon… Tu vas venir le jouer en Europe ce disque ?

Brent Cash : J’aimerais rencontrer mes amis européens en personne (ainsi que tous les autres) mais je ne vois pas comment cela pourrait se faire. Cela serait trop cher. De plus mon travail me prend beaucoup de temps. Disons que l’album est un peu la tournée et j’espère qu’il donne beaucoup d’amour aux personnes qui l’écoutent.

Quelle est l’histoire d’Out for Blood ?

Brent Cash : Avec tout mon respect, je ne peux pas te répondre. J’espère cependant que vous apprécierez la chanson.

Comment écris-tu tes chansons ?

Brent Cash : La plupart du temps j’écris la musique en premier. Je te fais une confidence : chaque album contient une chanson que j’ai rêvé. Ceux qui écoutent mes disques entendent donc ce que j’ai rêvé : la même sensation liée à la batterie, la même signature, la même mélodie.
C’est un peu farfelu, non ?

Brent Cash - The New High

The New High de Brent Cash est disponible via Marina Records.

Brent Cash - The New High

Tracklist : Brent Cash - The New High
  1. The New High
  2. Out For Blood
  3. The Wrong Thing
  4. Every Inflection
  5. Dim Light
  6. The Way You Were
  7. I'm Looking Up
  8. Edge of Autumn
  9. All In The Summer
  10. The Dusk Song
  11. Fade/Return
  12. Perfection Comes Near

English text

What’s the reason behind the title « The New High » ?

Marina Records liked the way that song’s title looked and sounded for an album title.And that was fine with me.

What do you do during your five year long hiatus ?

I worked on this record! I have been trying to communicate how expensive it is to make quality records for years now and so few people seem to hear or believe that.But,to be fair-it also takes me a long time to be satisfied with the lyrics and the music and both go through sometimes several refinements before I am satisfied that they are my best efforts. »The Wrong Thing » had its lyrics re-written two or three times before I thought it had hit its potential.And of course,the orchestral arrangements are fussed over as well.However,lots of the instrumental parts on the rhythm tracks were created « on the spot » and some of the bass parts,for example were created as the song was being recorded to give it a « first take by a band » feel versus the last two records,which were almost exclusively pre-planned.But mostly,money is the reason.

Why did you play all the instruments on your new album ?

Yes,I decided to play everything this time(except the strings,of course)as one of the production changes on this one versus the last two.I wanted it to sound like a band playing-maybe in the golden age of Laurel Canyon.So,if some mistakes sounded good,we left them in whereas on the last two-I was going for a Partridge Family feel,and no mistakes or edginess was welcome with Wes Farrell.I played the drums,bass,pianos and guitars and did all the vocals this time.

How did you meet Marina Records ? How did you work with Stefan Kassel ?

I got in touch with Marina through a gentleman named Frank Jastfelder who’d worked with Stefan Kassel on many projects before.Marina heard my finished album(« How Will I Know If I’m Awake ») back in 2007 and wanted to release it.I felt like I’d found my home.What a great team they are.

How easy was the recording process ?

It was easier and more fun than the last two records,really.I got rid of the « rulebook » from the last two and let a lot of things just happen naturally this time.I still had to work hard on the lyrics and string parts,but as far as the backing rhythm tracks went I experimented this time.Some examples: I took a page from Laura Nyro’s methods on « Fade/Return » and recorded the piano first.I put the drums and guitars on after that.I knew I had to capture a very deep feeling on that song and I felt it had to be ingrained on the piano performance and that everything else would be OK if we achieved the feeling *there* first. »The Way You Were »-I had the feel in my head already but I wasn’t sure about the time signatures,so…freedom reigned and I decided to take advantage of modern editing and played the straight drum feel for about 7 minutes.When the time signature changes came to me,we would just edit out a drum hit when we needed a measure of 3/4 instead of the mostly 4/4 groove.It was very liberating to not have to plan some of those things out ahead of time.Most of the foundations for the drums I knew beforehand,but on « The Way You Were » I decided not to pre-plan it too much.So much fun! Also, »The Dusk Song » wasn’t even mixed-we left it as is.I was too afraid to touch it.

So… Do you want to play this album in Europe ?

I would love to meet my European (and everywhere else)friends in person,but I just don’t see it happening in the form of performances.Too expensive,plus my job won’t allow such long times away.So,the records « are » the tours and hopefully will give out plenty of love to the folks who hear them.

What’s the story of Out for Blood ?

Respectfully,I can’t comment on this.I hope you enjoy the song,though.

How do you write our songs ? Lyrics or Music in first ?

Almost always the music first. A side note for you:each album has contained one song each that I dreamed.So,those who have heard my stuff have literally heard something I heard in my dreams-the exact drum feel,same key signature,same melody. Isn’t that wild?

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Plus dans Interviews

Timolonlejardinier-zombiep

5 questions à … Timoléon Le Jardinier

Tout est bon dans le Timoléon. Qu’il hésite entre Vishnou ou Arinna, entre Proust et Engels, Thibauld Labey (Trumpets of Consciousness) nous emballe avec une playlist enthousiasmante et quelques conseils pour l’été.
Jeromedidelotsonparapluiemarch2022thomasguerigen

5 questions à … Son Parapluie

A l’heure où Jacqueline Taieb revient sur le devant de la scène, il faut absolument écouter Son Parapluie avec son EP plantureux, Paris n’existe pas disponible chez 80 Proof records et Hot Puma Records.
Skopitone Sisko

5 questions à … Skopitone Sisko

Skopitone Sisko s’offre avec Remember Tomorrow une quête intemporelle, pas à pas dans des paysages désertiques espagnols majestueux.
Lady J.

5 questions à … Lady J.

Vous connaissiez Lady Oscar ou Lady D. Découvrez Lady J.. Après Calm Belt, vient la tempête de douceur de Soul Whispers. L’occasion de mieux cerner l’Audrey Hepburn de la soul lyonnaise avant son concert pour la fête de la musique sur la scène du tremplin Kiwi organisé par la Maison pour Tous salle des Rancy […]