Ça barde à Rock in the Barn

Ça barde à Rock in the Barn © Charlotte Romer
Noémie - 30/09/2017

Si le festival Rock in the Barn nous a fait une frayeur l’année dernière en annonçant la fin de cette aventure champêtre des plus rocks, c’était sans compter sur la ténacité de la team d’orgas de Giverny.

Eh oui, malgré un déménagement, ils sont revenus plus en forme que jamais, dans un lieu tenu secret qui n’a finalement pas déçu son public de rockeurs acharnés.

Ça danse dans les granges !

Cette année, ce n’est pas dans une, mais dans deux granges que les guitares ont résonné ! Et pas celles de n’importe qui car si la programmation de RIB avait déjà fait ses preuves par mille sur les éditions précédentes (Night Beats, Forever Pavot, Carpenter Brut, Rendez-vous, Kaviar Special) celle-ci était également à la hauteur de nos espérances.

Rock in the Barn est un festival à taille humaine où l’on ne fait jamais la queue et où il est possible d’acquérir une chemise vintage au prix d’une pinte sur un coup de tête pendant que d’autres jouent à Mario kart ou au babyfoot au milieu du foin. Mélange agréable me direz-vous, et ce n’est pas Léo, le batteur des Madcaps qui dira le contraire puisqu’il y a fait l’acquisition d’un incroyable gilet sans manches à motifs léopard qui aurait pu appartenir à sa petite soeur de 9 ans dans les années 90, qu’il a très élégamment porté pendant tout leur concert. Du côté de la Grange B, les voix caverneuses et les riffs glacés de Servo ont fait redescendre un peu toute la tension électrisante ambiante pour un joli répit avant d’enchaîner.

S’il a fallu essuyer une petite déception à l’annonce de l’absence des australiens de The Babe Rainbow, le reste de la programmation a su rattraper cette bavure comme il fallait.

En tête de file avec l’un des meilleurs concerts de la soirée, les très bons Madcaps ont enflammé la scène de la Grange A. Leur rock rétro et énergique est toujours aussi efficace en live, et le moins qu’on puisse dire est qu’ils se donnent à leur public avec une ardeur digne d’une scène de Zénith. Les musiciens sont en place, Thomas n’hésite pas à sauter dans la foule pour pogoter avec nous et Léo finit torse nu. Ils reviennent au rappel pour nous régaler de trois chansons supplémentaires, dépassant allègrement leur temps imparti pour le plaisir d’un public épuisé et conquis.

The Madcaps – Moon Night

Au tour de JC Satan de mettre le feu à la grange à coups de guitares acérées ! Leurs voix étaient légèrement couvertes par la musique, du moins au premier rang, mais à vrai dire, l’ambiance était tellement aux pogos acharnés que personne ne pouvait réellement écouter attentivement. Un set à leur image, très adapté au contexte rock en folie qui a su ravir tous les festivaliers, pour la plupart déjà bien motivés par les shows précédents.

J.C. Satan – DRAGONS

Il ne fallait pas rater l’étrange Psychotron, un lieu aux allures de pigeonnier qui prend une dimension mystique lorsqu’on rentre à l’intérieur : dans une ambiance de rituel chamanique, musiciens et festivaliers s’essayent à un concert d’instruments étranges, mis à dispositions pour que le boeuf soit continu. Chorales, discussions animées, danses étonnantes et instruments bizarres y résonnaient donc continuellement dans une joyeuse harmonie.

Pour finir la nuit comme il se doit avant de rejoindre le minuscule et chaleureux camping, la musique de RAFU, et les DJs sets de Venus in Fuzz et The Giver ont clôturé la soirée en faisant danser les derniers éveillés.

Date : 23 septembre 2017
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…