Catégories
Découvertes

Jef d’Athènes !

Jef Maarawi et Inner Ear nous offrent une double exclusivité, le clip de Forest et l’écoute de son deuxième album, Comfort Food à paraître le 11 décembre.

Jef Maarawi comme son nom l’indique vient d’Athènes où les athéniens l’atteignirent. La Grèce serait-elle le nouvel eldorado musical, une sorte de Belgique, de Suède, d’Islande du sud ? Né à Sao Paulo en 1990, d’un père syrien et d’une mère grecque, Jef est un véritable melting pot musical influencé par Bonnie ‘Prince’ Billy, Elliott Smith ou Father John Misty.

Jef Maarawi © Danillo Arenas
Jef Maarawi © Danillo Arenas

A l’écoute de Reverend Jones, de son cri et de son saxophone démoniaque, on est happé par l’univers de ce barbu jovial. Jef Maarawi faisait parti d’un groupe, Egg Hell dont il a fait une omelette pour partir en retraite spirituelle au Brésil et en Californie. Il revient en solo avec un disque solide, Comfort Food, véritable épopée mentale personnelle. On part du Corcovado à Rio pur traverser la Forest rencontrer le sinistre Reverend Jones qui a « cyanuré » les disciples de son temple du peuple. Puis direction la tentaculaire L.A à la recherche de Confort food pour retrouver le moral ou mieux, d’un Dread and breakfast ce qui n’évite pas les drames comme ce Someone Jumped in Front of a Train ou le souvenir terrible du regard d’Omayra Sanchez, morte en Colombie sous le regards des caméras putrides du monde entier. Un périple éprouvant, mais fulgurant de beauté et de sincérité.

Jef Maarawi explique que « les images pour le titre Forest ont été tournées de manière improvisées en deux jours par son ami et photographe Danilo Arenas. Après une longue conversation à propos de la chanson, nous avons décidé de tourner dans cette maison à Salto de Pirapora au Brésil, à l’ouest de Sao Paulo où il a passé une partie de son enfance. Nous ressentions que l’atmosphère de la chanson serait plus directe et familière. Le concept est basé sur la chanson qui évoque l’effort de se sentir à l’aise dans une forêt. »

Jef Maarawi – Comfort Food

Jef Maarawi - Comfort Food

Tracklist : Jef Maarawi - Comfort Food
  1. Corcovado
  2. Forest
  3. Reverend Jones
  4. LA
  5. Eggshell
  6. Comfort Food
  7. Coming Going
  8. Dread & Breakfast
  9. Someone Jumped in Front of a Train
  10. Oh my God
  11. Omayra!

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Melorman - Eliquis

Vidéo : Melorman – Eliquis

Pour les cloîtrés volontaires ou les amateurs de grands espaces, Melorman vous offre 5 minutes d’ailleurs, d’ambiance vaporeuse et ensoleillée.
Freedom Candlemaker

5 questions à … Freedom Candlemaker

SK* a demandé à une soixantaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Freedom Candlemaker le projet barré du grec Lefteris avec un album hallucinogène, Beaming Light, un clip où vous le découvrirez…
Post Lovers

[EXCLU] Post Lovers, Gorgious Preview !

Et si la France tombait amoureuse de Post Lovers avec la voix d’Eleni Karageorgou que l’on avait découverte l’an dernier avec Melbourne sur un premier EP chez Inner Ear Records qui a de l’oreille.
The Fog Ensemble

[EXCLU] The Fog Ensemble dans la lumière

The Fog Ensemble ne vient pas d’un faubourg de Londres mais de Thessalonique et oscille entre un puissant shoegaze et une pop atmosphérique qui dessinent les contours d’un paysage parfois torturé à l’image des phénomènes atmosphériques violents qu’a connu la Grèce cet été.
Melt Mountain

[exclu] Fascinants Melt Mountain

Melt Mountain vient d’une Grèce ensoleillée avec en exclusivité avant la sortie de leur premier album, Superfetish chez Inner Ear, Fascinating Things un titre parfait pour l’été qui s’annonce radieux.

Plus dans Découvertes

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
OBI © Frank Loriou

La force d’OBI

Obi-Wan Kenobi affirme « l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas ». Alors il faut écouter OBI et suivre son odyssée jusqu’au collège Maurice-Scève délabré de la Croix Rousse à Lyon, métaphore ironique de nos sociétés sans valeurs.
Slight Of © Gracie Pendleton

Slight Of par petits bouts

On a découvert Slight Of avec Winter’s Maze et son clip poético -humaniste qui va à la rencontre des autres de son quartier, Brooklyn, ces Other people qu’on ne voit pas d’habitude. Il vient de sortir un album qui sent bon les 90′, sans Trump et virus.

Vote for Kiwi Jr. !

A cheval entre les Strokes et Pavement, les Canadiens de Kiwi Jr. font coup double avec leur nouveau single. En plus de nous faire remuer la tête comme au bon vieux temps, ces natifs de Toronto viennent de signer chez Sub Pop.
Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.