[2008 – 2018] Tahiti 80, data center de la pop française

Tahiti 80
Louis 27/01/2018

En 2008, Tahiti 80 était à la croisée des chemins. Le groupe, qui venait de quitter son label « historique (Atmosphériques), débarquait chez Barclay et aller produire lui-même son quatrième album, Activity Center.


Dix ans plus tard, ce disque n’a pris aucune ride. Influencé par Neil Young et The Band, Activity Center fait prendre la tangente au groupe et nous embarque dans une atmosphère à laquelle nous n’étions pas habitués. Les cuivres de Come Around et la ritournelle de Easy way out sont autant de madeleines de Proust qui nous rappellent 2008. Et de vraies madeleines pur beurre.
Cerise sur la madeleine, Lionel Flairs avait fait un chouette remix d’Unpredictable. Que demander de plus ?

Activity Center est votre premier (et seul) album chez Barclay. Vous aviez quitté votre label « historique » Atmosphériques. Comment vous êtes-vous retrouvés chez Barclay ? Comment avez-vous vécu ce changement ?

Xavier Boyer : Ça s’est exactement passé comme les derniers jours du Mercato ! En juin 2007 Atmosphériques avait été phagocyté par Universal, c’était l’incertitude pour beaucoup d’artistes du label. Barclay nous a appelé à la toute fin du mois d’aout pour nous « transférer ». On était plutôt content, c’est une bonne maison de disque , rétrospectivement peut être pas la plus adaptée pour nous, mais sur le papier c’était une association prometteuse.
Médéric Gontier : Le truc marrant c’est qu’on a monté Human Sounds, notre propre label, pour sortir Activity Center en licence aux États-Unis.

Tahiti 80 – Unpredictable

Vous aviez voulu travailler sans l’aide d’un producteur. Comment s’est passé l’enregistrement ? Combien de temps cela vous a pris ?

Pedro Resende : On avait investi une partie du budget d’enregistrement de Fosbury dans notre studio, on s’était dit qu’on allait continuer cette méthode, assez avantageuse pour nous. Et puis après 4 albums on se sentait aussi plus en confiance. C’est l’album le plus rapide que nous ayons fait : commencé en mars 2008 sorti à l’automne 2008 !

On retrouve le fameux Angy Laperdrix (Chateau Marmont, Chevalrex) en tant qu’ingénieur son. Comment l’avez vous rencontré ?

Xavier Boyer : C’était l’ingé live pour la tournée Axe Riverboy, on avait déjà beaucoup de choses à gérer donc on voulait déléguer l’aspect technique à quelqu’un de confiance et proche de nous. Il a ensuite tourné avec nous jusqu’en 2013.

Tahiti 80
© Tahiti 80

Pour toi, quelle place occupe Activity Center dans la discographie de Tahiti 80 ?

Xavier Boyer : Pour moi, c’est notre disque le plus live et sûrement aussi le moins expérimental, on dit souvent que c’est l’album « rock »… Perso, je trouve qu’ il ressemble plus à l’album d’Axe Riverboy qu’à Fosbury mais avec l’alchimie Tahiti 80 en plus. C’est clair qu’on s’est éloigné de la musique électronique et des musiques noires. C’est aussi le dernier album qu’on a fait avec le line up originel, car Sylvain n’a pas pu enregistrer les parties de batterie qu’il avait composées et il a arrêté les concerts après les sessions…

Quels sont tes meilleurs souvenirs de l’enregistrement ?

Sylvain Marchand : Mon morceau préféré reste probablement Unpredictable dans sa conception. Nous avions beaucoup répété les morceaux en live afin de les enregistrer vite. « Slow preparation, fast excution ». Mais pour celui-ci nous étions tous les 4 dans la control room. Xavier nous a joué ce morceau à la guitare acoustique dans un tempo assez lent avec des accords septième de ce que je peux m’en souvenir. De mémoire, Pedro était à la MPC, Xavier à la basse, Médéric au clavier ou à la guitare, et moi au Juno 60, mon clavier préféré.
Xavier nous a rapidement donné les accords des différentes parties puis on a joué une dizaine de minutes dans cette configuration. Très rapidement, j’ai trouvé le thème de clavier qui compose l’intro, puis le reste des parties. La partie de clavier qui a été gravée ce jour-là n’a donc été joué pas plus de 3 fois. D’ailleurs, si on écoute bien il y a quelques accrocs, mais nous l’avons laissé telle quelle car l’énergie des premières prises étaient plus importantes à nos oreilles. En moins d’une heure, nous avions découvert un morceau, enregistré la base et donné la direction artistique.

Comment avez-vous trouvé le son de cet album ?

Pedro Resende : On avait aussi beaucoup tourné pour Fosbury, un album compliqué à adapter en live. Du coup, on voulait enregistrer un disque qui sonne comme 5 personnes jouant ensemble dans la même pièce. On a évidemment fait des overdubs, mais il a un côté sans artifice, brut, moins sophistiqué que les albums qui le précédent et qui le suivent.

Tahiti 80
© Tahiti 80

Quelle est ton morceau préféré de ce disque ?

Sylvain Marchand : Il y en a quelques uns sur ce disque, notamment Tune In pour lequel je considère que l’osmose entre le songwriting de Xavier et l’arrangement que nous y avons apporté en groupe est très réussi, surprenant et subtil.
Xavier Boyer : Je préfère la face B du disque. J’aime un morceau comme Ear To The Ground. Comme on ne l’a pas beaucoup joué en concert il est toujours neuf pour moi. J’aime la production avec la stéréo très large qui rétrécit sur les refrains. On a enregistré les voix très tard un soir avec tous les gens qui étaient dans notre studio à cette époque là (Mehdi Zannad, José Butez…) ; J’aime pour les mêmes raisons Whistle qui est très étrange finalement… One Parachute aussi. Je crois qu’on est toujours plus libre sur ce genre de morceaux qui ne sont pas des singles.

Nous étions en 2008. Quels disques vous ont marqué lors de cette année ?

Médéric Gontier : Je crois qu’on était en vase clos, en mode sous marin ! Pas de souvenir de disques marquants, j’ai jeté un coup d’oeil sur les top de cette année-là… j’ai l’impression d’être passé à coté, ou alors qu’il n’y a rien eu de bon.
Xavier Boyer : En 2007, j’écoutais beaucoup Richard Swift avec qui on a fini par travailler pour Ballroom. Sinon, en 2008 on a découvert Leboncoin! J’ai acheté plein de trucs au fur et à mesure des sessions…des orgues, un wurlitzer, un ampli vox…on peut tous les entendre sur le disque.

Vous avez tourné pour défendre ce disque. Quels souvenirs gardez-vous de vos concerts de 2008/2009 ?

Xavier Boyer: On a édité un livre photo à usage interne. La tournée s’appelait Many People Complain Tour suite à un léger tapage nocturne dans un hôtel à Séoul. Un vigile très impressionnant est venu nous voir une puis deux fois en nous disant cette phrase…il a été convaincant et on a arrêté notre fête de fin de tournée. On a joué partout en Asie, Europe, Amérique du Nord et du Sud… C’était assez génial.

Tahiti 80 – Unpredictable (Pony Taylor remix)

Au final, avez-vous des regrets concernant ce disque ?

Xavier Boyer : On avait une web cam dans notre studio qui tournait 24h/24h, donc les gens pouvaient nous voir en direct, le seul problème c’est qu’on avait une connexion tellement merdique au Tahitilab que les gens ne devaient voir que des pixels…

Laurent Fétis

Laurent Fétis est graphiste et a réalisé la pochette du disque.

Comment as-tu rencontré les Tahiti 80 ? Via Xavier et son projet solo ?

Laurent Fétis : Je les ai tous rencontrés à la fin des années 90, dans les bureaux du label Atmosphèriques. je travaillais à l’époque avec Mellow et Grand Popo Football Club, deux autres groupes, aussi signés là-bas. j’ai aussi bien plus tard accompagné Xavier plus tard sur son premier album solo Axe Riverboy, Tutu To Tango.

Comment as-tu travaillé avec ce groupe ? Quelles méthodes avez-vous adoptées ?

La première fois c’était une compétition pour réaliser la pochette de leur premier album, ils ont choisi mon projet on avait pas vraiment discuté on a commencé à travailler comme ça, par la suite j’ai été assez libre de leur proposer des choses ça a toujours été assez ouvert en fait, pas réellement de « méthode »

Quel souvenir gardes-tu de cette collaboration ?

Prolifique ! Entre les albums, les maxis, les singles, les compilations on a bien fait une trentaine de pochettes ensemble.

Quelle est la technique utilisée pour la pochette ? Un collage ?

Photographie et photomontage. On a monté ce décor dans mon bureau et ma fiancée avait prêté ses yeux mais c’est presque le logo qui était le point de départ du projet j’en ai dessiné un nouveau pour chaque projet du groupe.

Quelle est ta chanson préférée de cet album ? Pourquoi ?

Unpredictable.

Tahiti 80 - Activity Center

Activity Center de Tahiti 80 est disponible chez Barclay.
Et pour rappel, Xavier Boyer a sorti l’excellent Some/Any/New (via Human Sounds) il y a quelques semaines.

Tahiti 80 - Activity Center

Tracklist : Tahiti 80 - Activity Center
  1. 24 X 7 Boy
  2. Unpredictable
  3. All Around
  4. Brazil
  5. Fire Escape
  6. One Parachute
  7. Tune In
  8. Dream On
  9. White Noise
  10. Come Around
  11. Whistle
  12. Ear To The Ground

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Interviews

5 questions à … Decibelles

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour du trio lyonnais Decibelles qui fait du Rock Français qui tabasse. Il ne faudra pas les manquer à la Messe de Minuit…

5 questions à … Von Pourquery

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour du touche à tout Von Pourquery dont on a aimé entre autres les BO pour les films d’Antonin Peretjatko ou le travail…

5 questions à … Blondino

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes, appréciés par les membres de l’équipe, de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Blondino qui avait allumé nombre de nos jours avec son album Jamais sans la nuit, et deux EP tout aussi brûlants.…

Departure Lounge

[1999 – 2019] L’envol de Tim Keegan and Departure Lounge

Attention, grand disque ! Attention, grand monsieur ! Avant d’attirer le regard de la presse française avec Too Late To Die Young en 2002, Tim Keegan et ses Departure Lounge publièrent en 1999 Out Of Here, un grand disque de pop. Retour sur l’enregistrement de ce disque avec Tim Keegan.

We Hate You Please Die

Live Forever We Hate You Please Die !

C’est incontestablement la révélation de l’édition 2019 de Rock En Seine. A Saint-Cloud, il y avait la barbe d’Eels, la basse de Simon Gallup (The Cure) et les chaussettes rouges de Raphaël Balzary, étonnant chanteur de We Hate You Please Die. Vindicatif comme Lux Interior et tranchant comme un Stooges, ce Rouennais emmène son groupe…

Rubin © Christophe Roué

5 questions à … Rubin et le Paradoxe

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Rubin et le Paradoxe que l’on avait découvert avec un premier EP où il invitait Brigitte Fontaine et Calypso Valois. Il…

Lysistrata

5 questions à … Lysistrata

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Lysistrata sur le point de lâcher leur nouveau missile Breathe In/Out le 18 octobre chez Vicious Circle. En attendant, on ne…

Miossec

Christophe Miossec par Thierry Jourdain

Dans la vie, il est important d’avoir de bonnes idées. Thierry Jourdain a eu l’excellente idée de faire un livre qui narre la carrière de Christophe Miossec. Superbe chanteur, carrière exemplaire et excellent écrivain font de Miossec, une bonne carcasse l’un des livres essentiels de la rentrée.

5 questions à … Gérald Genty

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Gérald Genty qui sort le 30 août, Là-Haut, un album poétique en apesanteur qui fait planer et rêver. Il troque les…

5 questions à … Hein Cooper

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Hein Cooper, jeune australien découvert au MaMA 2018 et qui revient après sa belle échappée du premier disque avec un deuxième…

5 questions à … Clément Chassaing

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Clément Chassaing qui quand il ne réalise pas le disque de Jil is Lucky ou de Dead Fox écrit des chansons…

David Assaraf - Et que rien ne m'éveille

5 questions à … David Assaraf

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de David Assaraf auteur d’un premier album Ceux qui dorment dans la poussière très personnel tout comme sa généreuse playlist où…

Paul Weller par Nicolas Sauvage

Passionnant depuis 1977, Paul Weller est toujours présent et ne compte pas prendre sa retraite comme le reste de la promo de la même année. En attendant le prochain disque de l’ex Jam, on peut lire la biographie que lui consacre Nicolas Sauvage. Ouvrage imposant et passionnant, Life From a Window, Paul Weller et L’Angleterre…

5 questions à … Claire Faravarjoo

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Claire Faravarjoo dont le nouveau single, Tequila vous fera tourner la tête et danser sur la plage tout l’été tout…

Shame (on me)

En 2019, les Londoniens de Shame sont toujours vivants et c’est une sacrée bonne nouvelle. En 2018, ces cinq jeunes lads ont débarqué sans prévenir avec le très correct Songs of Praise. Très correct pour un premier album… Et puis il y avait leurs prestations live. Qui elles, étaient et sont toujours merveilleuses.

H-Burns

M. H-Burns

« Les mecs seuls sur scène sont les plus forts. » La preuve en a été faite avec Jason Molina à l’époque de Songs: Ohia. Et cette maxime est toujours vraie aujourd’hui grâce à Bill Callahan et Renaud Brustlein aka H-Burns. Auteur d’un des disques de l’année (Midlife), H-Burns est venu jouer ses belles chansons, accompagné de…

Arche

5 questions à … Arche

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Arche, un groupe lyonnais qui s’aventure dans la pop pop pop pop et ne se perd par en route avec leur…

B77

5 questions à … B77

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de B77, un duo Fribourgeois dont l’électro pop florale est parfaite pour chiller en mode vacances. On les découvre un peu…

Silly Boy Blue

[RES 2019] Royale Silly Boy Blue

La première écoute de Cecilia avait été un choc. Bonne nouvelle : quelques mois après, la force de ce morceau est toujours intacte. Entretien avec Silly Boy Blue qui va bientôt jouer, pour la première fois à R.E.S. !

Shack

[1999 – 2019] Sa majesté Shack

En 1999, Shack met fin à onze ans de silence et revient sur le devant de la scène anglaise. En 1999, Shack publie un des disques de l’année comme à chaque fois qu’il sort un disque. Il y a vingt ans, les frères Head prenaient enfin la place qu’ils méritaient depuis le début.

A ne pas rater dans Interviews !