I Me Mine sera tien

I Me Mine sera tien© Nicolas Somat
Louis - 24/02/2018

​Après un premier album sorti en 2015, la triplette toulousaine I Me Mine est de retour avec Ellipsis. Enregistré avec Olivier Cussac du studio Condorcet (Aquaserge) et Serge Faubert du studio de l’imprimerie (Kid Wise, After Marianne), I Me Mine a mis les petits plats dans les grands. Et comme ils sont bien élevés, ils ont sorti l’argenterie pour recevoir Hervé Salters de General Elektriks qui joue du clavier sur Expectations, le premier single d’Ellipsis.

Comment vous sentez vous un mois avant la sortie de votre album ?

Guillaume : Comme une équipe sur une rampe de lancement d’une fusée.
Frédéric : J’ai un peu la nausée là…
Samuel : Impatient.

I Me Mine – Expectations ft. General Elektrik

Comment s’est passé l’enregistrement de ce premier disque ?

Guillaume : Ce disque est notre deuxième album auto-produit. Nous avons appris de nos erreurs en affinant notre style et en travaillant avec des techniciens très talentueux, tous musiciens. On a tiré parti du meilleur des compétences de chacun : Olivier Cussac nous a façonné un son de batterie acoustique rond et vintage, Serge Faubert s’est focalisé sur le son des guitares, basse, piano et chant, Clément Libes a transcendé les titres avec des arrangements de cordes et synthé originaux, Lionnel Buzac au mixage a apporté une touche de fraîcheur à la production avec un mixage moderne et puissant, enfin, Alexis Bardinet a gonflé le son avec ses nouveaux outils de mastering sans dénaturer l’équilibre entre acoustique et électronique.
Frédéric : Au début bien, ensuite ça c’est un peu compliqué, mais ça c’est bien fini, merci.
Samuel : C’est notre deuxième disque. On a voulu aller plus loin pour les arrangements. On a fait appel à des gens de l’extérieur avec notamment des arrangements de cordes, de la scie musicale et bien sûr Hervé Salters de General Elektriks au claviers sur un morceau. On a pris beaucoup de temps pour composer avant de rentrer en studio. Pendant l’enregistrement il fallait être efficace car on avait beaucoup de parties à enregistrer.

Quel est votre meilleur souvenir lié à cet enregistrement ?

Guillaume : J’ai adoré les prises batterie, avec la possibilité de moduler mon kit en fonction de ce qu’on voulait exprimer dans chaque titre. Et la fin du mixage était magique avec une émulation importante et l’impression d’avoir dépassé l’objectif en terme qualitatif.
Frédéric : La naissance de mon fils
Samuel : L’écouter terminé après la session de mastering.

Expectations est le premier single de cet album. General Elektriks sont dessus… Comment s’est faite votre rencontre ?

Guillaume : Après avoir été en première partie à deux reprises, Fred a pas pu s’empêcher de lancer au milieu du repas « Hervé, tu vas bien nous faire une partie de clavier sur un de nos morceaux de notre nouvel album? » C’est comme ça qu’on a obtenu son mail. D’ailleurs ce morceau est un peu un hommage. On admire leur gestion de carrière, leur style, et surtout la claque qu’ils mettent en live depuis des années.
Frédéric : On peut dire qu’il y a eu harcèlement, mais la collaboration s’est fait avec son consentement.
Samuel : On a eu l’occasion de jouer avec eux deux fois en live. C’est un groupe qu’on adore depuis longtemps. Le courant est bien passé et on a saisi l’occasion pour demander à Hervé de jouer sur un morceau. Il a enregistré les parties claviers dans son studio à Berlin juste avant de s’envoler pour San Francisco, c’était chaud au niveau du timing parce qu’il terminait son album à ce moment là.

Vous pouvez m’en dire un peu plus sur la pochette ?

Guillaume : La pochette est signée Claude Russin, comme pour le 1er album. Derrière ce pseudo se cache un ami dont l’univers est extrêmement riche. On lui a demandé un visuel non figuratif afin que l’auditeur se pose la question de la signification. Il y a une forte portée symbolique derrière ces linogravures, évidemment en rapport avec le titre polysémique « Ellipsis », entre ellipse orbitale et points de suspension… entre fin de vie et naissance « life is a loop »
Frédéric : Là aussi il y a eu harcèlement, ce gars a toujours 20 projets en même temps, il faut arriver à le suivre, mais on est toujours content du résultat.
Samuel : C’est le travail de Claude Russin qui avait déjà fait la pochette du premier album. On adore ce qu’il fait.

TOP 10

1) Votre album préféré de 2017 ?

Frédéric : Ben on a rien sorti en 2017, du coup…
Samuel : Alt J – Relaxer.

2) L’album que vous attendez le plus en 2018 ?

Guillaume : Le nouveau General Elektriks est superbe
Frédéric : Si je dis celui d’I me mine ça va faire prétentieux… mais j’ai vraiment hâte qu’il sorte !
Samuel : Le notre !

3) Le refrain ultime ?

Frédéric : En ce moment c’est le kitchissime Me & Michael de MGMT.
Guillaume : Frédéric : Take on me de A-Ha.
Samuel : Difficile mais celui qui me vient c’est Starman de David Bowie.

4) CD ou Vinyle ?

Guillaume : Les 2, tout dépend du style… L’idéal avec le vinyle c’est quand la chaîne de production est tout analogique, ce qui est très rare de nos jours.
Frédéric : CD bien sûr!
Samuel : Vinyle.

5) Votre bande originale de film préférée ?

Guillaume : Full Metal Jacket
Frédéric : Vous me posez une colle là…
Samuel : Trainspotting

6) Le meilleur endroit au monde pour faire un concert ?

Guillaume : Pour l’instant la Chine nous a fait un accueil assez incroyable…
Frédéric : Son lit.
Samuel : On peut pas battre le live à Pompéi de Pink Floyd.

7) Le meilleur endroit au monde pour voir un concert ?

Guillaume : Dans un beau pub anglais avec de la moquette sur les murs et une acoustique feutrée.
Frédéric : Son lit.
Samuel : Tout sauf les gros festivals.

8) Oasis ou Blur ?

Guillaume : Radiohead.
Frédéric : High flying birds ou Gorillaz ? Gorillaz.
Samuel : Blur seulement pour le morceau Sing.

9) Le producteur de vos rêves ?

Frédéric : Serge Faubert
Samuel : Danger Mouse, le rêve.

10) Si vous pouviez créer un festival de musique… Quel nom lui donneriez-vous ? Quelles seraient les têtes d’affiche ?

Guillaume : Le festival Ellipsis avec Aquaserge, General Elektriks, Slifts
Frédéric : Ce serait un festival où je programmerais les programmateurs de festival, ça s’appellerait « le Festival des programmateurs » avec Jean Louis Brossard en tête d’affiche.
Samuel : Pour le nom je sais pas mais j’inviterais Gorillaz, Jack White, Radiohead

Ellipsis des I Me Mine sera disponible le 30 mars 2018.

I Me Mine - Ellipsis

Tracklist : I Me Mine - Ellipsis
  1. Here Comes The Man
  2. Aviator
  3. Expectations
  4. Up To You
  5. Raise Them Up
  6. Elephant In The Doorway
  7. Parachutes
  8. Once
  9. Here Comes The Man II
  10. Feel

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Power to Brigid Mae Power !

Enregistré avec Alasdair Roberts à Glasgow, le nouvel album de Brigid Mae Power pourrait réunir au coin du feu les fans de folk irlandais et les ascètes qui ne jurent que par Bill Callahan.

Captifs avec Cavetown

Version slacker d’Harry Potter, Cavetown sort son premier album chez Sire Records ce vendredi après avoir enquillé les titres sur son Bandcamp. Rendez-vous est pris avec ce garçon !

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien donc avec Porridge Radio qui nous claque un uppercut avec ce nouveau disque, le tristement bien nommé Every Bad.

JacobBellens_by_MathisSchmidt_0296

Jacob Bellens change d’échelle !

Bon, Jacob Bellens ne pouvait pas prédire la claustration. Le divin danois sort le 3 avril chez Hfn son cinquième disque, My Heart Is Hungry And The Days Go By So Quickly et les jours à scruter notre cœur passeront peut être plus vite.

Planet 1999

Écouter les Planet 1999 en 2020

Planet 1999 ne nous met pas une disquette avec son premier EP publié par PC Music. Ces trois Français expatriés à Londres avaient séduit Slowdive avec leurs premiers morceaux au point d’être invités sur leur dernière tournée. De la fête, du shoegaze : bienvenue chez Planet 1999.

Sea, Sex & Sunshade

Sea, sex & Sunshade. On remplacera juste la mer par La Marne. Et on a tout bon. Les Sunshade débarquent dans notre quotidien sans prévenir. Les nouvelles chansons de ce duo français sont fortement addictives et devraient faire autant plaisir aux fans de Swell qu’aux fanatiques de folk heureux. Les titres de ce duo sont…

Bonny Light Horseman

A cheval !

Bonny Light Horseman est un super groupe composé d’Eric D. Johnson (Fruit Bats, The Shins), du vétéran multi-instrumentiste Josh Kaufman (Craig Finn, Josh Ritter, The National) et de la chanteuse Anaïs Mitchell qui a triomphé à Broadway avec Hadestown l’an dernier et honorée d’un Grammy. Et cela donne un disque somptueux, profondément amoureux de la…

Gyslain.N - Welcome

Bienvenue Gyslain.N

Découvert au tremplin du Kiwi Festival 2018 (inscription ici) initié par la Maison pour tous Salle des Rancy à Lyon, Gyslain.N est en train d’aller Au bout de [ses] rêves et on s’évade avec lui.

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

A ne pas rater dans Découvertes !