Catégories
Découvertes

I Me Mine sera tien

© Nicolas Somat

​Après un premier album sorti en 2015, la triplette toulousaine I Me Mine est de retour avec Ellipsis. Enregistré avec Olivier Cussac du studio Condorcet (Aquaserge) et Serge Faubert du studio de l’imprimerie (Kid Wise, After Marianne), I Me Mine a mis les petits plats dans les grands. Et comme ils sont bien élevés, ils ont sorti l’argenterie pour recevoir Hervé Salters de General Elektriks qui joue du clavier sur Expectations, le premier single d’Ellipsis.

Comment vous sentez vous un mois avant la sortie de votre album ?

Guillaume : Comme une équipe sur une rampe de lancement d’une fusée.
Frédéric : J’ai un peu la nausée là…
Samuel : Impatient.

I Me Mine – Expectations ft. General Elektrik

Comment s’est passé l’enregistrement de ce premier disque ?

Guillaume : Ce disque est notre deuxième album auto-produit. Nous avons appris de nos erreurs en affinant notre style et en travaillant avec des techniciens très talentueux, tous musiciens. On a tiré parti du meilleur des compétences de chacun : Olivier Cussac nous a façonné un son de batterie acoustique rond et vintage, Serge Faubert s’est focalisé sur le son des guitares, basse, piano et chant, Clément Libes a transcendé les titres avec des arrangements de cordes et synthé originaux, Lionnel Buzac au mixage a apporté une touche de fraîcheur à la production avec un mixage moderne et puissant, enfin, Alexis Bardinet a gonflé le son avec ses nouveaux outils de mastering sans dénaturer l’équilibre entre acoustique et électronique.
Frédéric : Au début bien, ensuite ça c’est un peu compliqué, mais ça c’est bien fini, merci.
Samuel : C’est notre deuxième disque. On a voulu aller plus loin pour les arrangements. On a fait appel à des gens de l’extérieur avec notamment des arrangements de cordes, de la scie musicale et bien sûr Hervé Salters de General Elektriks au claviers sur un morceau. On a pris beaucoup de temps pour composer avant de rentrer en studio. Pendant l’enregistrement il fallait être efficace car on avait beaucoup de parties à enregistrer.

Quel est votre meilleur souvenir lié à cet enregistrement ?

Guillaume : J’ai adoré les prises batterie, avec la possibilité de moduler mon kit en fonction de ce qu’on voulait exprimer dans chaque titre. Et la fin du mixage était magique avec une émulation importante et l’impression d’avoir dépassé l’objectif en terme qualitatif.
Frédéric : La naissance de mon fils
Samuel : L’écouter terminé après la session de mastering.

Expectations est le premier single de cet album. General Elektriks sont dessus… Comment s’est faite votre rencontre ?

Guillaume : Après avoir été en première partie à deux reprises, Fred a pas pu s’empêcher de lancer au milieu du repas « Hervé, tu vas bien nous faire une partie de clavier sur un de nos morceaux de notre nouvel album? » C’est comme ça qu’on a obtenu son mail. D’ailleurs ce morceau est un peu un hommage. On admire leur gestion de carrière, leur style, et surtout la claque qu’ils mettent en live depuis des années.
Frédéric : On peut dire qu’il y a eu harcèlement, mais la collaboration s’est fait avec son consentement.
Samuel : On a eu l’occasion de jouer avec eux deux fois en live. C’est un groupe qu’on adore depuis longtemps. Le courant est bien passé et on a saisi l’occasion pour demander à Hervé de jouer sur un morceau. Il a enregistré les parties claviers dans son studio à Berlin juste avant de s’envoler pour San Francisco, c’était chaud au niveau du timing parce qu’il terminait son album à ce moment là.

Vous pouvez m’en dire un peu plus sur la pochette ?

Guillaume : La pochette est signée Claude Russin, comme pour le 1er album. Derrière ce pseudo se cache un ami dont l’univers est extrêmement riche. On lui a demandé un visuel non figuratif afin que l’auditeur se pose la question de la signification. Il y a une forte portée symbolique derrière ces linogravures, évidemment en rapport avec le titre polysémique « Ellipsis », entre ellipse orbitale et points de suspension… entre fin de vie et naissance « life is a loop »
Frédéric : Là aussi il y a eu harcèlement, ce gars a toujours 20 projets en même temps, il faut arriver à le suivre, mais on est toujours content du résultat.
Samuel : C’est le travail de Claude Russin qui avait déjà fait la pochette du premier album. On adore ce qu’il fait.

TOP 10

1) Votre album préféré de 2017 ?

Frédéric : Ben on a rien sorti en 2017, du coup…
Samuel : Alt J – Relaxer.

2) L’album que vous attendez le plus en 2018 ?

Guillaume : Le nouveau General Elektriks est superbe
Frédéric : Si je dis celui d’I me mine ça va faire prétentieux… mais j’ai vraiment hâte qu’il sorte !
Samuel : Le notre !

3) Le refrain ultime ?

Frédéric : En ce moment c’est le kitchissime Me & Michael de MGMT.
Guillaume : Frédéric : Take on me de A-Ha.
Samuel : Difficile mais celui qui me vient c’est Starman de David Bowie.

4) CD ou Vinyle ?

Guillaume : Les 2, tout dépend du style… L’idéal avec le vinyle c’est quand la chaîne de production est tout analogique, ce qui est très rare de nos jours.
Frédéric : CD bien sûr!
Samuel : Vinyle.

5) Votre bande originale de film préférée ?

Guillaume : Full Metal Jacket
Frédéric : Vous me posez une colle là…
Samuel : Trainspotting

6) Le meilleur endroit au monde pour faire un concert ?

Guillaume : Pour l’instant la Chine nous a fait un accueil assez incroyable…
Frédéric : Son lit.
Samuel : On peut pas battre le live à Pompéi de Pink Floyd.

7) Le meilleur endroit au monde pour voir un concert ?

Guillaume : Dans un beau pub anglais avec de la moquette sur les murs et une acoustique feutrée.
Frédéric : Son lit.
Samuel : Tout sauf les gros festivals.

8) Oasis ou Blur ?

Guillaume : Radiohead.
Frédéric : High flying birds ou Gorillaz ? Gorillaz.
Samuel : Blur seulement pour le morceau Sing.

9) Le producteur de vos rêves ?

Frédéric : Serge Faubert
Samuel : Danger Mouse, le rêve.

10) Si vous pouviez créer un festival de musique… Quel nom lui donneriez-vous ? Quelles seraient les têtes d’affiche ?

Guillaume : Le festival Ellipsis avec Aquaserge, General Elektriks, Slifts
Frédéric : Ce serait un festival où je programmerais les programmateurs de festival, ça s’appellerait « le Festival des programmateurs » avec Jean Louis Brossard en tête d’affiche.
Samuel : Pour le nom je sais pas mais j’inviterais Gorillaz, Jack White, Radiohead

Ellipsis des I Me Mine sera disponible le 30 mars 2018.

I Me Mine - Ellipsis

Tracklist : I Me Mine - Ellipsis
  1. Here Comes The Man
  2. Aviator
  3. Expectations
  4. Up To You
  5. Raise Them Up
  6. Elephant In The Doorway
  7. Parachutes
  8. Once
  9. Here Comes The Man II
  10. Feel

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

I Me Mine

5 Questions à … I Me Mine

SK* a demandé à une soixantaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de I Me Mine, le trépident trio toulousain qui emprunte son nom au célèbre titre de Georges Harrison, un des derniers…
RIL_bourges

Rock in Loft au Printemps de Bourges 2018 !

Voilà l’Printemps de Bourges et donc forcément son Rock in loft le 27 avril avec ses rencontres pro, ses showcases de qualité, son buffet déjeuner et son bar dans une convivialité rare et précieuse.
General Elektriks

Les General Elektriks visent dans le mille

La sortie des Carry No Ghosts sonne le grand retour de General Elektriks. Hervé Salters et sa troupe reviennent et en français ! La preuve avec Au tir à la carabine, leur nouveau single.
Les Invites de Villeurbanne 2012

Villeurbanne vous invite

Les Invites c’est le festival « pas pareil » de Villeurbanne. On connait enfin les noms bigarrés qui embraseront les nuits du 20 au 23 juin 2012.

Plus dans Découvertes

La beauté Belfour

Lucie Mena et Michael Sacchetti nous emmènent sur les routes d’Auvergne avec une superbe chanson. Que demander de plus ? Un EP. Souhait exaucé dans quelques mois.
Chico Bernardes

Place à Chico Bernardes !

Il y a des conjonctions par la pensée, des combinaisons d’étoiles et l’on est à notre place. Avec Em Meu Lugar, Chico Bernardes balance un coup de boule de douceur, on a envie de le suivre dans sa pérégrination introspective même si penser à l’autre se perd, où l’oubli devient une punition.
Gabriel Edé

L’archange Gabriel

Pour faire vite, Gabriel Edé pourrait être le pendant chilien/brésilien de l’italien Andrea Laszlo De Simone avec ses mélodies barrées, ses harmonies bancales, ses arrangements luxuriants.

L’amour selon Buzzy Lee

Buzzy Lee, 30 ans, n’est pas vraiment une découverte. Mais avec son journal intime Spoiled Love c’est assurément une artiste à suivre.

Mark Pickerel et ses reprises

Le nom de Mark Pickerel ne vous dit rien ? C’est tout à fait normal. Vous trouvez les trois extraits de Rebel in the Rearview formidables ? C’est normal !

Tout est ok avec iAN Ottaway

Roadie des Black Rebel Motorcycle Club, proche de Mark Lanegan, iAN Ottaway a publié un disque ravageur aussi sombre que punk. Séance de rattrapage.