Catégories
Interviews

[Micro-Photos] Steve Gullick, les pellicules du désir

© Steve Gullick

Originaire de Coventry en Angleterre, Steve Gullick a parcouru les Etats-Unis avec son Widelux pour immortaliser les géants du rock indé dans leur ville. Avec Gullick, on se surprendra à croiser Jason Molina sur le toit d’un building anonyme de Chicago et Kurt Wagner devant un club de strip-tease de Nashville. Autodidacte, il a appris son métier sur le tas (de fanzines de son appartement) et a croisé les meilleurs. Rapide entretien avec le meilleur photographe de rock. Et oui, rien que ça.


Kurt Wagner (Lambchop)

Où as-tu pris ce cliché ?

Steve Gullick : J’ai demandé à Kurt de m’emmener dans un de ses endroits préférés de Nashville. C’est l’un d’entre eux – ‘Showtime’. Je pense que c’était un bar à strip-tease … J’ai d’ailleurs utilisé ce mot pour le titre de mon livre. C’est l’une des mes photos préférées.

Kurt Wagner
Kurt Wagner (Lambchop) © Steve Gullick

Pourquoi as-tu utilisé ton Widelux ?

Cela me semblait approprié. J’aime cet appareil photo et la façon dont il met les choses en perspective. L’objectif est sensationnel.

Punk As Fuck – A short film about Steve Gullick

Cette photographie de Kurt me rappelle celle de Jason Molina… Tu aimes jouer avec la ville et ses immeubles. J’ai faux ?

Non, tu as raison. J’aime photographier mes sujets dans leur environnement. Jason a été photographié dans son quartier de Chicago.

Magnolia Electric Co. – Ring The Bell

Billy Childish

Billy Childish
Billy Childish © Steve Gullick

Où a-été prise cette photographie ?

Dans sa maison de Chatham.

Comment l’as-tu rencontré ? Tu te rappelles de cette journée ?

Je l’ai rencontré sur place. Je pense que ce devait être pour un contrat pour Mojo. Nous avons seulement fait des photographies dans sa cuisine et son jardin. Dans le couloir, dans le loft, dans sa cuisine et son jardin … Dans son environnement … Ce fut parfait !

Quel souvenir gardes-tu de ce shooting ?

Un vrai gentleman.

Comment as-tu appris à prendre en photo les gens ?

Sur le tas. J’ai toujours voulu faire cela, j’ai toujours aimé la musique et je voulais la combiner avec mon amour de la photographie qui me poursuit depuis que j’ai 14 ans.

Quel appareil as-tu utilisé pour cette photographie ? Et quelle pellicule ?

J’ai shooté Billy avec un 50 mm 1.4 fixé sur un Leica R6. Mon appareil préféré. La pellicule doit être une Fuji Press 800 ou une Kodak Portra 800.

Bill Callahan (Smog)

Pourquoi avoir utilisé un film noir et blanc?

Je préfère généralement faire du noir et blanc. J’utilise une chambre noire dédiée à la couleur depuis seulement 1997. Avant cela, je ne faisais que du noir et blanc. Cette photographie est ma préférée de Bill. J’ai dû faire de la couleur mais c’est de la diapositive.

Bill Callahan
Bill Callahan (Smog) © Steve Gullick

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

En 1993 ou en 1994. Je pense que je l’ai photographié quand il jouait avec Will Oldham à Dublin, juste avant que Smog n’ouvre pour Sebadoh à Hambourg.

Tu es directif avec tes sujets ? Pourquoi tourne-t-il la tête ?

Je dirige parfois mais préfère généralement ne pas – j’aime quand les gens sont détendus et font leur propre truc… Quelque chose a dû attirer l’attention de Bill, je ne sais pas… Il y a plein de photos dans lesquelles on voit son visage mais cette photo est ma préférée.

Smog – I Was A Stranger

Retrouvez le travail de Steve Gullick sur son site officiel.

English text


Kurt Wagner (Lambchop)

Where did you shoot this picture ?

Steve Gullick : I asked Kurt to take me to some of his favourite spots in Nashville this is one of them – ‘Showtime’ I think it was a strip bar… I went on to use it as the title of a book, this is one of my favourite pictures.

How did you decide to use your Widelux Camera ?

Seemed appropriate – I love that camera – love the way it messes with perspective… the lens is beautiful.

This picture of Kurt reminds me your picture of Jason Molina… You like to play witht the city and the building. I’m wrong ?

youre right, I love to photograph my subjects in their own environment – JM was photographed in his Chicago neighbourhood.

Billy Childish

Where did you shoot this picture ?

In Billy’s Chatham home.

How did you meet him ? Do you remember the day of the shooting ?

I met him there – I think it was a Mojo magazine commission…yes – we only shot in his house & garden – hallway, loft, kitchen & garden… in his environment… perfect!

What are your best memories of this shooting ?

Just that he’s a nice & accommodating gentleman.

How did you learn to shoot some pictures of musicians ?

On the job – I always wanted to do this, I always loved music & wanted to combine it with a love of photography that consumed me at the age of 14.

Which camera did you use ? And which film ?

Billy was shot with a 50mm 1.4 lens on a Leica R6 – my ultimate favourite! The film would be either Fuji press 800 or Kodak Portra 800

Bill Callahan (Smog)

Why did you choose to use a monochrome film ?

I generally prefer black & white – I set up a colour darkroom in 1997, my darkroom had previously been exclusively black & white, this Bill Callahan shot goes back to 1996, I believe I also shot colour but that would have been on slide film… This is my favourite Bill shot – so glad it’s black & white!

How did you meet Bill Callahan ?

1993 or 94 – I think it was when I photographed him & Will Oldham when they played a show together in Dublin – actually, it was the previous year when Smog supported Sebadoh in Hamburg.

Are you directive with the musicians ? Why is he turning his head ?

I sometimes direct but generally prefer not to – I like people to do their own thing & for them to relax… something must have caught Bill’s eye, there are plenty of shots in which his face is visible but this one is certainly my favourite.

All the pictures are the propierty of Steve Gullick.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Bill Callahan @ La Cigale, 05-10-2019

Bill Callahan ne nous prend pas pour des pigeons

Bill Callahan accélère méchamment le rythme. Pendant des années, notre héros était réglé comme une horloge suisse et publiait un disque tous les deux ans. Il a cassé une première fois le rythme en mettant cinq années pour écrire la suite de Have Fun With God. Il le casse de nouveau cette année en mettant…
Jason Molina © Steve Gullick

Le testament à l’anglaise de Jason Molina

Tragiquement disparu à l’âge de 39 ans en 2013, Jason Molina (Songs: Ohia et Magnolia Electric Co) a laisse derrière lui quelques secrets dont ce disque, Eight Gates, enregistré à Londres entre 2007 et 2008 que Secretly Canadian publiera cet été.
Bill Callahan @ La Cigale, 05-10-2019

Bill Callahan @ La Cigale, Paris I 05.10.2019

Il a fallu attendre cinq ans pour que Bill Callahan donne une suite à Have Fun With God avec l’imposant Shepherd in a Sheepskin Vest. Il a fallu aussi attendre cinq ans pour que celui qui se faisait appeler Smog dans les années 90 revienne jouer en France. Et il nous faudra encore du temps…

Bill Callahan et les six morceaux

Chez Drag City, on ne fait rien comme personne. On annonce la sortie du prochain Callahan un mois avant sa sortie. Et on balance six titres de ce fameux disque sur la toile en une seule fois.
Goshen Electric Co.

La tour grise des Goshen Electric Co.

On savait Tim Showalter de Strand of Oaks fan de Jason Molina (Songs Ohia, Magnolia Electric Co.). Après avoir participé à un album de reprises, voilà que Showalter reprend des morceaux de feu Molina avec ses proches.

Plus dans Interviews

Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
BEBLY © Nicolas Demare

5 questions à … BEBLY

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de BEBLY qui longe les murs et déboule dans nos vies avec un nouvel EP, ULDO. Et cela fait du bien d’entendre…