Aldis Morrison et sa guitare

Aldis Morrison et son folk font des petits miracles. Ce Rouennais nous rappelle certains héros des 90's et fait sonner des compositions assez étonnantes.

Pourquoi t’es-tu appelé Aldis Morrison ?

Aldis Morrison : Il y a de nombreuses années, alors que je jouais pas mal en groupe, j’ai eu envie de faire mes petits morceaux et d’y mettre de la voix. Je me rendais bien compte que ça faisait pas mal de trucs. Donc, plutôt que de me risquer à l’écriture des textes, j’ai choisi d’en chercher des tout-faits. J’ai utilisé ceux d’un poète des années 60, alors, un peu en remerciement, j’ai inclus son nom de famille à mon nom de projet. Aldis, c’est mon troisième prénom, je trouve que l’ensemble sonne bien, j’ai donc choisi ça.

Tu écris tes chansons seul ? Comment arrivent-elles à toi ?

J’écris mes chansons seul. Elles viennent quand je leur donne le temps d’arriver. Pour écrire les textes, je m’assois à une table avec un crayon, du papier et des dictionnaires, ceux qu’on utilise pour la traduction français-anglais. Des fois je lis Emily Dickinson avant.

Si on dit que tes chansons évoquent Smog & Jason Molina… Comment le prends-tu ?

Je le prends bien. Je trouve ça cool que des chansons en évoque d’autres…

Quelle est l’histoire d’Army ?

C’est marrant que tu poses la question pour cette chanson spécifiquement, parce que c’est une sorte de charnière. Ce texte est le premier dans lequel j’ai mis des mots à moi.
Un autre bout d’histoire d’arme, c’est la ligne de chant de la deuxième partie du morceau, qui, pour le coup a bien mis le temps pour arriver.

Tu montes sur scène ce soir… Que ressens-tu à l’idée de monter seul sur scène ? Pourquoi joues-tu seul ?

Je ressens ce petit mélange entre les chocottes et l’excitation, et je continue parce que c’est un bon moyen pour voyager, rencontrer des gens et des lieux différents.
Cela dit jouer seul n’est pas forcément une finalité. On joue mes morceaux en groupe avec des copains et c’est super bien aussi, y a du partage.

TOP 5

1) Ton album préféré de 2017 ?

Shannon WrightDivision.

2) L’album que tu attends le plus en 2018 ?

Presque Maudit.

3) Ta bande originale de film préférée ?

Ça compte Director’s cut de Fantômas ?

4) Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert ?

Les lieux à taille humaine qui n’ont pas trop de comptes à rendre.

5) Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert ?

Pareil.

Aldis Morrison - Obey The Ropes

Obey The Ropes d’Aldis Morrison est disponible via Bandcamp.

Aldis Morrison - Obey The Ropes

Tracklist : Aldis Morrison - Obey The Ropes
  1. Tomorrow
  2. Army
  3. In the gloom
  4. Eating Each Other
  5. Under...
  6. Hairy legs
  7. Lords...

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Plus dans Découvertes

Just Mustard

Just married to Just Mustard

Ecouter Just Mustard c’est ressentir le délicieux et parfois violent picotement de la moutarde sur votre langue. La voix diaphane de Katie Ball et les plaintes tailladantes des guitares de ce quintette irlandais augurent de concerts fiévreux.
Bryon Parker

Mile High Bryon Parker !

Denver c’est la terre du milieu et celle de David Eugene Edwards ou de … Earth, Wind & Fire. Mais en écoutant Bryon Parker on est plus proche d’un early Ben Lee ou du Jeff Martin d’Idaho avec ces trois titres d’un EP, 3 Consecutive Championships disponible chez VanGerrett Records (Kramies)
tillmann

L’envol de Tilmann

Tilmann sort de sa Chrysalis avec un EP composé de six titres désormais à quatre.
Zen Gatha - minutes de calme intérieur

Zen Gatha !

Gatha nous gâte avec son nouveau titre, Minutes de Calme Intérieur ou MDCI en exclusivité. Elle passe à l’orange pour mieux mettre un carton rouge à notre société productiviste et décérébrante.