Catégories
Interviews

[1997 – 2017] Et Smog sortit du brouillard…

Originaire du Maryland, Bill Callahan alias Smog débuta sa carrière dans les années 90 uniquement accompagné de sa guitare. En 1996, Smog publia The Doctor Came At Dawn (son cinquième album) et nous plongea dans la plus belle des dépressions.

En 1997, tout change. Callahan sort de sa zone de confort et fait rentrer des musiciens dans son univers (donc dans son studio). L’album Red Apple Falls est donc l’album de la rupture. Callahan écrit toujours les plus belles chansons du monde mais ces dernières ont une sacrée plus-value. La production de Jim O’Rourke rend des chansons comme I Was A Stranger totalement enivrantes.

Se confiant à Gilles Dupuy des Inrocks en 1997, Callahan expliquait qu’il n’avais pas le contrôle sur sa musique. Red Apple Falls est donc le fruit d’une longue mutation de ce compositeur américain à la voix d’outre-tombe et à la mémoire discrète.

Pourquoi avoir appelé ce disque Red Apple Falls ?

Bill Callahan : Il s’agit des deux côtés de la vie : le fait d’avoir une vie saine (comme les pommes rouges que tu manges quand tu es enfant) et la chute de l’homme. A partir de quel moment l’enfant est responsable du péché originel ?

Pourquoi as-tu choisi Jim O’Rourke comme producteur de ce disque ?

Je l’ai rencontré quand il est venu jouer du violon sur une paire de chansons de l’album Wild Love. Quand est venu le moment d’enregistrer Red Apple Falls, Drag City m’a dit : « Te rappelles-tu du type qui est venu jouer du violon sur Wild Love ? Et bien c’est aussi un très bon ingénieur son ». J’ai dit « ok, essayons-le ». Il n’était pas familier avec ce que j’avais fait auparavant. J’ai au final juste pris au mot les gens de Drag City.

Quels sont tes meilleurs souvenirs liés à cet enregistrement ?

Après avoir suivi les chants principaux pour Inspirational, Jim m’a demandé: « Pourquoi souris-tu quand tu chantes ça ? »
C’est vrai. Tu peux l’entendre quand tu écoutes la chanson. C’était l’une des premières fois que je chantais avec un groupe complet, avec une batterie et tout le reste – et cela te fait sentir fort. J’ai apprécié le fait d’ajouter des synthétiseurs sur Ex-Con. C’était une démarche inconsciente et immédiat Je me suis donc dit que je ne pouvais pas me tromper. On a traité la batterie de Stranger comme si on était Jeff Lynne. Ce fut assez drôle.

Smog – Ex-Con

Ce fut un enregistrement facile ?

Je crois que nous avons enregistré et mixé le tout en cinq jours. Ce fut donc très rapide et très facile. Jim a tout mixé après que nous ayons enregistré le tout. Et tout a été enregistré live.

Comment as-tu trouvé le son de Red Apple Falls ? Il est bien plus sophistiqué que celui de The Doctor Came At Dawn.

Avec l’album Doctor, je me suis embêté avec des ingénieurs charmants mais assez perplexes que j’avais trouvé dans les Pages Jaunes. J’étais heureux de travailler ainsi car cela a donné une plus-value au disque. Je pense que les arrangements de Red Apple Falls sont plus solides et plus costauds. Surtout grâce à la pedal steel et au cor d’harmonie. Et il y a aussi le piano de Jim qui est assez évocateur.

Comment perçois-tu ce disque aujourd’hui ? Comment le classes-tu par rapport à tes autres albums ? Il est assez singulier au niveau du son.

Je ne l’ai pas écouté depuis qu’il est sorti. Je me rappelle qu’il y a avait une ambiance automnale et assez classique. Je suis sur qu’il aurait un son assez étranger à mes oreilles si je l’écoutais aujourd’hui.

Quelle est l’histoire de la chanson Ex-Con ?

Cette chanson a commencé avec l’image d’un homme avec une veste en jeans et une cravate. C’était une image importante pour moi quand j’étais enfant. Elle me donnait aussi beaucoup d’espoir et me donnait envie de me battre. J’ai construit cette histoire à partir de cette image.

Et cette pochette ?

J’ai fait une cathédrale qui ressemble aux gratte-ciels. Cette pochette fait écho au titre de l’album. Elle évoque la chute de l’homme et le fait d’avoir une vie saine.

Smog – Red Apple Falls

Red Apple Falls de Smog est disponible via Drag City.

Smog - Red Apple Falls

Tracklist : Smog - Red Apple Falls
  1. The Morning Paper
  2. Blood Red Bird
  3. Red Apples
  4. I Was A Stranger
  5. To Be Of Use
  6. Red Apple Falls
  7. Ex-Con
  8. Inspirational
  9. Finer Days

Thx to Bart.

English text

What’s the reason behind the title Red Apple Falls ?

Bill Callahan : It had the taint of two sides of life — wholesomeness (those red apples we ate as kids) and the fall of man. At what point does a child become guilty of the original sin?

Why did you choose to record this album with Jim O’Rourke ? How did you meet him ?

I’d met him when he played cello on a couple songs on Wild Love. When it came time to record Red Apple Falls, Drag City said, “Remember that guy who played cello on Wild Love? Well, he’s also a great recording engineer….” So I said, “OK, I’ll try him.” I wasn’t familiar with anything he’d done, I just took Drag City’s word.

What are your best memories about this recording process ?

After tracking the lead vocals for Inspirational, Jim asked me, “Were you smiling while you sang that?”. I was — you can hear it in the performance. It was one of the first times I’d sung with a full band — the drums and all that — and it makes you feel high. I enjoyed adding synthesizer parts to Ex-Con, because it was unconscious and immediate and it seemed I could do no wrong. And the Jeff Lynne treatment on Stranger’s drums was fun to witness.

How easy was this recording process ?

I believe we recorded and mixed it in five days. Which is super fast and easy. Jim was mixing it as we tracked. All the band and lead vocal was tracked live.

How did you find the sound of Red Apple Falls ? Red Apple Falls is more sophisticated than The Doctor Came At Dawn.

With Doctor I was muddling through by myself with these puzzled but cheerful engineers I found in the Yellow Pages. I was happy to work that way ‘cos it gave it an edge of necessity. I think the instrumentation of RAF itself shaped a lot of the sound — pedal steel and french horn. Plus Jim’s evocative piano style.

How do you see this album today ? What are your feelings about it -sonically speaking- (especially compared to your other albums) ?

I haven’t listened to it since it was released. I remember it as having a classic and Autumnal feel. I’m sure it would sound foreign
to me if I listened to it now.

What’s the story behind the song of ‘Ex-Con’ ?

It started with the image of a man in a jean jacket with a tie. That was a heavy image when I was a kid. It had a lot of hope
and fight and a touch of sympathy. I just built the story from that image.

What’s the story of the cover album ?

I made the cathedral into skyscrapers. It was similar to the title — a touch of wholesomeness mixed with the fall of man

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Will Vs Bill

Ils sortent chacun un disque en septembre, l’un vous donnera la pêche avec un titre joyeux et introspectif, Surrender qui pose pas mal de questions existentielles, l’autre avec une ode à la Lune pour mieux se retrouver vous procurera cette agréable douleur qui apaise les violentes solitudes de l’été.
Bill Callahan @ La Cigale, 05-10-2019

Bill Callahan ne nous prend pas pour des pigeons

Bill Callahan accélère méchamment le rythme. Pendant des années, notre héros était réglé comme une horloge suisse et publiait un disque tous les deux ans. Il a cassé une première fois le rythme en mettant cinq années pour écrire la suite de Have Fun With God. Il le casse de nouveau cette année en mettant…
Bill Callahan @ La Cigale, 05-10-2019

Bill Callahan @ La Cigale, Paris I 05.10.2019

Il a fallu attendre cinq ans pour que Bill Callahan donne une suite à Have Fun With God avec l’imposant Shepherd in a Sheepskin Vest. Il a fallu aussi attendre cinq ans pour que celui qui se faisait appeler Smog dans les années 90 revienne jouer en France. Et il nous faudra encore du temps…

Bill Callahan et les six morceaux

Chez Drag City, on ne fait rien comme personne. On annonce la sortie du prochain Callahan un mois avant sa sortie. Et on balance six titres de ce fameux disque sur la toile en une seule fois.
Jason Molina © Steve Gullick

[Micro-Photos] Steve Gullick, les pellicules du désir

Originaire de Coventry en Angleterre, Steve Gullick a parcouru les Etats-Unis avec son Widelux pour immortaliser les géants du rock indé dans leur ville. Avec Gullick, on se surprendra à croiser Jason Molina sur le toit d’un building anonyme de Chicago et Kurt Wagner devant un club de strip-tease de Nashville. Autodidacte, il a appris…

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…