Catégories
Concerts (live reports)

Photos : Tamino & Ben Howard @ Nuits de Fourvière | 03.07.2018

Tamino @ Nuits de Fourvière | 03.07.2018 © D@dou

Nuit câline aux Nuits de Fourvière pour cette soirée dans la moiteur d’un théâtre rempli à craquer pour Tamino déjà très haut et Ben Howard qui a du mal à faire rêver.

Tamino

Quand Tamino entre sur la scène de Fourvière, devant son mur de public en sueur, il semble frêle malgré sa taille imposante. Un accord de guitare et sa voix ample emplie le théâtre qui fond de bonheur. Il y a des artistes qui dès les premières notes subjuguent et dont on pressent une carrière unique. Bien sûr on pense à Buckley, à Cohen, à son mentor Maarten Devoldere (Warhaus, Balthazar) puisque Tamino (c’est son vrai prénom, une mère passionnée d’opéra) vient de Belgique avec des racines égyptiennes et des études à Amsterdam.

Sun may sunshine chante t-il et le soleil brille pour lui en ce début de soirée, mais c’est surtout lui qui brille pour nous, subjugués par tant de beauté, une voix instrument balayant quatre octaves et un physique entre Louis Garrel pour certaine ou un Tadzio brun du chef d’oeuvre de Visconti pour d’autre. Cigar donne envie de fumer la boite (ne ratez pas son clip réalisé par son frère à seulement 17 ans !), Indigo night suspend le temps avec cette voix qui volute dans l’air et cette sublime déclaration à l’être aimé, cet Habibi nous consume : Something hides in every night brings desire from the deep and with it comes a burning light to keep us from our sleep caresse t-il d’une voix envoûtante.

Dans un des airs célèbres de la Flûte enchantée de Mozart, le personnage de Tamino chante « Wie stark ist nicht dein Zauberton », quelle puissance ton son magique n’a t-il pas. Cela fonctionne à merveille pour le Tamino de 2018, néo romantique nihiliste fan à la fois de Chris Cornell et d’Oum Kalthoum qui nous confiait avant le concert sa joie de jouer dans ce lieu magique avant Charlotte Gainsbourg et d’autres belges, Girls in hawaii le 16 juillet et la formidable nuit du Moyen-Orient le 24 juillet avec son compagnon de label, Bachar Mar-Khalifé et le Trio Joubran.

20180703_tamino
20180703_tamino
20180703_tamino
20180703_tamino
20180703_tamino
20180703_tamino
20180703_tamino
20180703_tamino
20180703_tamino

Ben Howard

Quand Ben Howard monte sur scène, la nuit est tombée et il n’est pas seul. Accompagné par huit musiciens (entre autre deux batteries, un trio à cordes), les fans qui pour certains sont venus de loin vu la rareté du monsieur (il a joué à la salle Pleyel en juin dernier) trépignent d’impatience. Ils sont comblés dès l’entame avec cette voix si particulière et ce jeu de guitare hors norme.

Ce n’est clairement pas le concert le plus rock de l’année mais Ben Howard et son orchestre arrivent parfois à faire naître une certaine tension dans des morceaux principalement issus de son troisième album, Noonday Dream qui est un succès en Grande Bretagne. Avec autant de musiciens on s’attendait à des moments plus amples et l’on rêve presque d’une formation plus resserrée, plus proche du public sans ce barnum de lumières d’un autre âge. Bien sûr, Ben Howard excelle dans la musique impressionniste, tantôt sa voix emporte vers l’ailleurs, tantôt on ronge son frein, peu convaincu par les distorsions sur Towing The Line par exemple.

On voudrait aussi davantage de connexion avec le public pour un artiste qui foule les plus grandes scènes dans le monde entier. Toujours concentré sur son jeu, il nous laisse un peu sur la touche, on aurait souhaité être davantage touché, ému, bouleversé surtout un 3 juillet et l’on a juste assisté à un concert, un de plus. Alors bien sûr cela reste de bonne facture mais l’on est loin des prestations de Bon Iver, Villagers ou Damien Rice ici même ou encore de The Tallest Man on Earth de Junip ou du regretté Gravenhurst à l’Epicerie Moderne ou des concerts stratosphériques de RY X avec orchestre.
Ben Howard se qualifie donc de justesse comme les three lions pour son concert de Paris au Zénith le 5 décembre.

20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
20180703_benhoward
Date : 3 juillet 2018
Clic. Clac. Merci Kodak !Photographe dans les fosses et même un peu au dessus. Sur Lyon et sa région
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Ken Boothe

Reggae night together !

Les Nuits thématiques des Nuits de Fourvière sont toujours des moments de partage, d’émotions, de surprises qui restent en mémoire plus que d’autres concerts. Mais quand en plus ce samedi 21 juillet se rencontrent La Havane et Kingston, la soirée ne peut être que caliente et ondoyante.
Trio de choc !

Capitaine Hubert

Pas facile de rendre hommage à un ami, pas facile de rendre hommage sur ses terres à une figure attachante, Hubert Mounier que l’on croisait régulièrement à Lyon. La gageure sera relevée le temps d’une soirée exceptionnelle par Benjamin Biolay et ses invités Kent, Raphaël, Pascal Obispo pour une création d’après une idée originale de…
Jack White © D@dou

Photos : They Call Me Rico & Jack White @ Nuits de Fourvière | 08.07.2018

Nuit électrique à Fourvière avec le blues enflammé du montréalais They Call Me Rico venu présenté quelques titres de son nouvel album Sweet Exile à paraître le 12 octobre et Jack White en maître de cérémonie survolté pour offrir entre autre son dernier disque, Boarding house Reach.
Mahmoud Ahmed

Vos nuits Éthiopiques

Les Nuits de Fourvière fêteront les 20 ans d’une collection de disques mythiques initiée le musicographe Francis Falceto, le Alan Lomax des musiques du monde avec une nuit ‘Éthiopiques’ où se mêleront rock’n’roll, soul, jazz et mélopées pentatoniques le dimanche 22 juillet.

Vidéo : GAËL FAYE – PARIS MÉTÈQUE

Paris, ville lumière où les papillons bigarrés viennent percuter les néons blafards. Paris, ville musée sujet de maintes chansons qui ne lassent pas surtout quand c’est le tendre et délicat Gaël Faye qui propose ses mots bienveillants

Plus dans Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…