UncommonMenFromMars, Dead Pop Club et Flying Donuts au Nouveau Casino

UncommonMenFromMars, Dead Pop Club et Flying Donuts au Nouveau Casino
ZiKomAgnes - 26/11/2009

Photos concert : UncommonMenFromMars @ Nouveau Casino, Paris
Les Uncommonmenfrommars, c’est les jumeaux américains aux cheveux verts avec leur frangin au chant et Jim Spencer à la basse qui font du Skate Punk depuis la fin des années 90. Il s’en est passé des choses depuis Welcome to… sorti en 2000, notamment une flopée d’albums ; d’ailleurs ils viennent d’en sortir un nouveau : Functional Dysfunctionality. Ils étaient au Grand Palais le weekend dernier pour le Tony Hawk Show. Ce soir, ils avaient invité les Flying Donuts et les Dead Pop Club à jouer avec eux au Nouveau Casino.

Flying Donuts

Les Flying Donuts c’est un trio nancéen de pop-punk. Ils se lancent devant une salle déjà bien remplie mais encore un peu froide. Leur style est plus proche du rock, le chant est moins mélodique et les solos flirtent avec le métal. Les lumières peinent à suivre la cadence du batteur qui opère des descentes de toms vertigineuses. La salle semble parfois ne pas faire attention à leur performance, le concert semblant être l’occasion de retrouvailles chaleureuses. Les jumeaux Trint et Daff passent en capuches essayant de se fondre dans la foule mais se font aborder de bonne grâce.

Dead Pop Club

Les Dead Pop Club débarquent et essayent à leur tour de dérider la salle à coup de blagues dans le registre footballistique. Si leurs premières chansons sont un peu punk rock, les nouvelles extraites de leur nouvel album sont nettement plus longues et plus lourdes. Le chanteur a beau se démener sur scène, il chante même sa dernière chanson au milieu de la fosse… mais rien à faire, la salle semble se réserver pour les UMFM et se contente de bouger la tête en rythme.
C’est l’occasion pour moi de monter au merchandising pour jeter un coup d’œil. Les Unco sont très orientés communauté : c’est Ed le chanteur qui tient le stand, les fans discutent, remarquent son nouveau tatouage, il en profite pour leur offrir des capotes. Sur la table, des livrets de prévention en tous genres et préservatifs féminins se mélangent aux badges, CDs, posters et t-shirts.

UncommonMenFromMars

Daff Leppards ouvre à la batterie, les autres musiciens se mettent en place pendant que les ‘Hey’ fusent en provenance de la salle : le concert des Uncommonmenfrommars peut enfin démarrer. Trint Eastwood, le jumeau guitariste, nous fait quelques jumps et nous voilà dans le bain. Ils effectuent un petit retour aux sources avec ‘Get the Fuck out of my life’ et ‘Security’, tirés de l’album Vote for me, qui assure le lancement des pogos et slams. Puis ils refusent de jouer ‘Pizzaman’ : « Tu l’as écouté 20 fois, on en a plein le cul, on va jouer les nouveaux morceaux » et enchaînent sur ‘Vampire Girl’.

Ils ont une super énergie sur scène, Trint affiche un énorme sourire, ils ont vraiment l’air d’être content d’être là. Ca bouge autant sur scène que dans la fosse et c’est pas peu dire : les téméraires sautent sur scène pour des slams qui les portent presque jusqu’à l’escalier ! Mötor Ed, le chanteur taquin, en profitera même pour dérober la DC Shoes d’un pauvre slameur.

Après ‘Authority Freak’, la foule chante sur ‘Firecracker’ et les guitares vibrent au rythme de Daff qui règne sur le trio à cordes. Puis, après avoir souhaité un bon anniversaire à leur pote anglais, la salle se déchaîne, il est temps pour du lourd avec ‘Noise Pollution’ suivie de ‘Face To The Ground’.

Ed raconte beaucoup sa vie entre les chansons quand il ne répond pas à la foule – « on avait dit pas les mères ». Nous aurons même le droit à du reggae, même s’ils aiment pas en jouer, et à une reprise par Trint de ‘Rapper’s Delight’ pendant qu’Ed cherche désespérément un capodastre avant d’offrir une bière à la fosse. C’est du grand n’importe quoi dans la bonne humeur générale.

Mais le concert se finit trop tôt : un petit ‘Get Back On Your Horse’ suivi de ‘I don’t care’ et ils quittent la scène. Ils reviennent et tout le monde joue des coudes pour rejoindre les premiers rangs sur ‘You Can Be Evil’. Ils font bien car ce sera la seule chanson du rappel. En plus, ils se sont pas déshabillés cette fois !

Date : 25 novembre 2009
Réponses
  1. Oui c’était tout à fait ça et presque en mieux encore. Il manquait juste de parler du slam du bassiste en jouant, j’avais encore jamais vu ça !!!

  2. Mais oui! je savais bien que j’oubliais un truc important!
    Le bassiste qui monte sur le retour, saute dans la fosse et qui continue à jouer en slamant sur le dos!!!
    Comment j’ai pu oublier ça!! Merci de me rappeler à l’ordre!!!
    Toutes mes excuses à Jim!

  3. J’étais au concert aussi, c’était la 5eme fois que je voyais les Uncos et c’est toujours aussi bon! Toujours la même énergie sur scène. Mon seul regret est que je n’avais pas encore acheté le dernier album (je préfère leur acheter directement histoire qu’ils se fassent plus de fric) et que du coup à part ceux du myspace je ne connaissais pas les derniers titres. Erreur réparée depuis donc et le dernier album est toujours aussi bon, c’est dans la continuité avec comme sur les derniers albums des titres beaucoup moins punk rock et d’autre un peu plus « à l’ancienne », en tout cas ça fait du bien aux oreilles. ^^

    Pour ceux que ça intéresse j’ai pris des photos plus 2 vidéos qui illustrent ce dont tu parles: Trint qui reprend Rapper’s Delight pendant qu’Ed sort sa valise sur scène (du grand n’importe quoi) et Ed qui vole la chaussure au slammeur avant que Big Jim ne lui slam dessus sur I Don’t Care:

    – Flying Donuts: http://www.flickr.com/photos/nejibboubaker/sets/72157622902958682/

    – Dead Pop Club: http://www.flickr.com/photos/nejibboubaker/sets/72157622902936692/

    – Uncommonmenfrommars (avec 2 vidéos « bonus » ^^): http://www.flickr.com/photos/nejibboubaker/sets/72157622902973348/

    Je m’excuse pour les vidéos coupées et pas forcément bien filmées j’ai eu des problèmes avec le firmware Magic Lantern (pour les connaisseurs) et du coup je faisais pleins de réglages en même temps! Aussi je n’ai pas eu le temps de les étalloner donc ce sont juste les fichiers d’origine réduit à 720p et recoupé pour le web. De plus l’encodage de flickr ne m’a pas l’air vraiment optimal… Bref c’est plus un test qu’autre chose ;-)

    Ps: Alain je n’arrive pas à te contacter… j’attends de tes nouvelles!

  4. @Nej : Moi j’ai trouvé ça bizarre mais terrible comme concert, j’ai déjà vu les unco et à chaque fois j’suis bluffé…

    Pourquoi bizarre ? Ed avait pas l’air bien ce soir là, il nous a dit qu’il avait repris la clope, qu’il se minait tous les soirs… Bon normal pour un punk.

    Maintenant il était vachement lunatique (ou drunk ?) sur scène, ça avait l’air de carrément faire chier son frère (Trint fait la gueule à la fin de ta vidéo Rapper’s Delight)

    Comment il s’est énervé aussi Trint sur Ed à la fin, apparemment il voulait jouer encore des chansons après You can be evil, mais par manque de temps ils ont pas pu… Ed veut partir mais Trint veut rester, regards entre les deux :) Ed sort de la scène par dépit.

    Espérons juste que ça soit une bonne vieille embrouille entre frangins ;)

  5. Oui je suis assez d’accord avec toi au final, j’étais avec ma soeur (avec qui je fais tous les concerts) et on s’est fait la même réflexion…
    L’ambiance était un peu chelou entre Ed qui était à l’ouest et Trint qui tirait plus ou moins la tronche… Oui j’ai une vidéo de la fin et tu vois Ed parler à Daf prêt à jouer une autre chanson et tu vois Trint lui dire que non c’est la dernière… :S Comme quoi j’ai ptet compris l’inverse lol

    Je penses que c’est passager en effet ils doivent être bien crevés surtout!

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».