Golden Silvers + White Rabbits @ Point Ephémère

Golden Silvers
Le trio londoniens de Golden Silvers aime mélanger les genres et ça leur va bien. Leur premier album, sorti en avril dernier, True Romance, rassemble sous un air de pop des mix de funk, disco et d’electro-psychédélique d’après le magazine Q. Ils ont gagné le tremplin jeune talent du célèbre festival Glastonbury, ont reçu un coup de pouce de Damon Albarn et ont aussi suivi Florence & the Machine lors de sa tournée en Angleterre. Les Golden Silvers jouaient au Point Ephemere en compagnie de Pyramiddd et des White Rabbits.

Pyramiddd

Pyramiddd est un quatuor nous venant tout droit de Portland. Ils viennent tout juste de changer leur nom le 1er novembre de Starfucker à Pyramiddd pour une raison qui me reste inexpliquée. Ils sont comparés aux Yeasayer pour leur musique mais à Flaming Lips pour leur performance scénique. Malheureusement, pour une question d’organisation défectueuse, je n’ai pas eu la chance de vérifier ces dires. Leur premier album Medicine 7’’ est sorti le 16 novembre en Angleterre.

White Rabbits

La scène du Point Éphémère est bien remplie : on distingue pas moins de six musiciens sur scène. Les White Rabbits c’est un clavier et un guitariste se partageant le chant, un bassiste qui fait les choeurs, un batteur qui assure, et deux multi-instumentistes qui sont tantôt aux percussions tantôt aux guitares additionnelles. Tous les musiciens toucheront la batterie au court du bref set qui nous est donné quand ils ne jouent pas tous aux chaises musicales avec leurs instruments.
L’ambiance va crescendo, la ferveur des musiciens gagnant les rangs. Les percussions sonnent tribal, comme une injonction à bouger notre corps au son des toms basses. Je vois en eux un petit côté garage des Arctic Monkeys qui ne me déplaît pas. Pour vous donner un avant goût, voilà le clip ‘Percussion Gun‘ tirée de leur deuxième album It’s Frightening. De mon côté, je vais garder un œil ouvert car ils repassent en janvier !

White Rabbits – Percussion Gun

Golden Silvers

Le moins qu’on puisse dire c’est que quand il n’y a pas de guitare, ça fait ressortir les lignes de basse de Ben Moorhouse. Mais celui qui attire l’œil, c’est Robden Alexis Nunez, le batteur, torse nu dès le début du concert, qui a la ride qui frétille. Gwilym Gold, le chanteur a une voix qui me fait penser à celle de Chris Martin. Derrière, dans l’ombre, un quatrième musicien se cache derrière un deuxième clavier. Malgré des problèmes techniques, le public se laisse aller à la pop psychédélique des Golden Silvers.
Une lumière très sacristaine, des paroles morbides sur une musique enjouée, Golden Silvers aiment la contradiction sur ‘Another Universe’. Comme leur single ‘True N°9 Blues’ enchante la foule, ils en profitent pour proposer une nouvelle chanson de leur prochain album encore en chantier. ‘Please Venus‘ fait succomber les derniers réticents du public à entrer dans la danse, pour finir sur ‘Arrows of Eros‘ qui pour moi est la chanson qui les rapproche le plus de Madness. Le batteur devient dément sur la fin du morceau pour une accélération inopinée.
Le rappel sera pour le moins déconcertant puisqu’il consistera en une chanson au clavier chantée par Gwilym Gold avec les trois autres musiciens aux harmonies vocales.

Date : 23 novembre 2009

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.