Pony Pony Run Run + Andromakers @ la Maroquinerie

Pony Pony Run Run + Andromakers @ la Maroquinerie
ZiKomAgnes - 03/12/2009

Photos concert : Pony Pony Run Run @ la Maroquinerie, Paris| 2 décembre 2009

Les Pony Pony Run Run ont fait un peu le tour de France à leur façon, ils ont cependant fait un stop à la Maroquinerie avant de repartir sur les routes. Le trio Nantais, qui, tel les trois mousquetaires, sont en fait quatre, ont fait danser leurs fans au son de leur power pop. Néanmoins on sent qu’ils ont des kilomètres dans les pattes. En première partie, les demoiselles d’Aix présentées sous le nom des Andromakers. Au passage, PPRR vient de ressortir leur album avec des remixes et des inédits.

Andromakers

Deux jeunes filles arrivent et se plantent derrière leur table sur laquelle sont posées toutes sortes de machines avec des fils de toutes les couleurs qui partent dans tous les sens. Elles répriment un fou-rire sûrement dû au stress pendant l’intro puis la voix s’élève et nous prend. Sa voix tend vers Björk avec tout ce qu’il y a de fascinant. Entre le mélodica, le clavier, le glockenspiel, elles n’ont pas le temps de prendre en compte le public qui répond pourtant chaleureusement. Le manque de mouvement sur scène, à part les tambourins en tous genres qui s’agitent, permet pourtant de se focaliser sur la musique. Elles ne sont pas là pour nous charmer, la musique s’en charge à leur place. Un moment très intense à (re)vivre absolument.
PS : Andromakers sont sélectionnés pour le concours CQFD 2010 [Inrocks].

2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers
2009_12_02_andromakers

Pony Pony Run Run


Les musiciens s’installent dans l’obscurité et Gaëtan débarque avec d’énormes lunettes de soleil en plastique rouge ; les filles hurlent, tout le monde est là, on démarre sur ‘Girl I Know’. Un problème technique les stoppe dans leur lancée, Gaëtan présente le groupe pour faire patienter le public : Pony à la basse, Pony au chant, Run à la batterie et Run au synthé. Heureusement, après cette blague mémorable, Antonin au synthé fait comprendre à Gaëtan qu’ils peuvent partir sur ‘Future of a Nation’ sur laquelle Gaëtan nous fera un joli solo de guitare.

Le reste du concert se poursuit sans encombres, si ce n’est que le groupe communique plus avec les ingés son qu’avec le public. Gaëtan, en jean anorexique, fait des pas de danses pendant qu’il joue et, dès qu’il le peut, des mouvements de bras mimant un robot ceinture noire de karaté. Comme au Showcase, il fait remarquer au public qu’il est très silencieux, soulignant qu’il trouve ça très agréable. Les chansons s’enchaînent et le public se laisse porter par les mélodies. Tout va pour le mieux au pays de PPRR.

Le concert décolle avec ‘Show me Show me’ où le public tape dans ses mains. Puis, alors que j’étais en train de me faire la réflexion que PPRR c’était pas le style à faire jumper la salle, ils balancent ‘1997 (She said it’s Alright)’ version plus rock que sur l’album, la batterie faisant trembler les micros qui l’entourent. Et là, juste quand le public crie que « ça déchire », Gaëtan propose de se détendre sur ‘Love Veritable’. La salle chante mais malheureusement, c’est déjà la dernière du set, ce qui donne un petit côté minimum syndical.

La foule scande ‘Hey You’, c’est vrai après tout, on a pas eu le droit au single ! Les Pony Pony Run Run reviennent et Gaëtan orchestre le chant du public sur le titre qui nous a tenu tout l’été et plus encore. Ils reviendront pour un deuxième rappel – chose qu’ils ne font jamais. C’est la première et dernière fois qu’ils font une reprise à la demande des internautes, celle de ‘Luka’ par Suzanne Vega qu’ils ont joué lors d’un passage télé. Pour ma part, connaissant l’originale par cœur, ils auraient pu s’abstenir : malgré la basse qui était intéressante, c’était trop rapide et l’intention de la chanson a été noyée dans les effets de clavier. [Pour info : l’histoire c’est une nana qui se fait violenter chez elle et qui essaye de le cacher à ses voisins qui entendent les bruits et remarquent les bleus]

Au final, Pony Pony Run Run, c’est très sympa, comme un apéro, mais en sortant j’avais besoin d’un truc plus consistant, comme un petit System of a Down

2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun
2009_12_02_ponyponyrunrun

Date: 2 décembre 2009
Photographe: D@dou

Réponses

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».