Rock ‘n’ Rosborough

Rosborough
Louis 15/01/2019

Et si l’Irlandais Rosborough était The Next Big Thing ? Après une année 2018 passé sur les routes, il s’apprête à repasser son année 2019 sur les routes pour défendre ses nouvelles chansons. Un Irlandais qui reprend Daniel Johnston ne peut pas foncièrement être mauvais. Et quand on écoute le reste de son répertoire, on se dit que ce garçon a pas mal d’atouts dans sa poche.

Comment as-tu découvert Daniel Johnston ? Te rappelles-tu de ce moment ?

Je m’en souviens assez bien. C’était comme recevoir quelque chose de sacré, mais sous la forme d’une cassette. J’avais environ 10 ans et mes amis, grand frère, étaient conscients que j’avais commencé à jouer de la guitare. Je regardais la pochette de Hi How Are You à côté de sa chaîne et il m’a laissé l’emprunter. La pochette était dessinée à la main, l’enregistrement très low-fi. Tout cela semblait si facile à faire. J’étais un jeune musicien à cette époque. La beauté de ces chansons étaient hallucinante.

Rosborough – True Love Will Find You In The End (Daniel Johnston Cover)

Pourquoi avoir choisi de rependre True Love will find you in the End ?

Faire un choix a été difficile. Parmi tous ses morceaux, celui-ci semble résumer la beauté dans sa simplicité. Un thème récurrent dans tout son travail.

Quels sont tes projets pour 2019 ?

J’ai deux tournées qui vont m’occuper de février à avril. Je vais sortir quelques morceaux et faire des festivals cet été. Je suis assez excité à propos de tout cela. 2019 rime donc avec beaucoup de voyages et beaucoup de concerts.

Tu as récemment fait une tournée avec DMA’S. Quel est ton meilleur souvenir ?

Le concert donné aux Barrowlands à Glasgow. C’est un super endroit. Les DMA’s ont fait un super set et on a bu pas de mal de whisky après.

Quelle est l’histoire de Fall To Earth ?

Je me suis basé sur le sens donné à la réalité, ou plutôt son absence de sens. Nous sommes aujourd’hui nourris par les médias. C’est assez facile de critiquer les réseaux sociaux. Mais les médias et les gouvernements ont leur responsabilité et les utilisent comme des distractions. Il s’agit d’une dernière tentative pour convaincre tout le monde. On sait désormais qui tire les ficelles. Nous savons désormais nous informer et partager nos connaissances.

Rosborough – Fall To Earth

TOP 10

1) Ton disque préféré de 2018 ?

Historian de Lucy Dacus.

2) Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert ?

Derry (Irlande).

3) Le refrain ultime ?

Comfortably Numb.

4) Ton plaisir coupable ?

You Might Need Somebody de Shola Ama.

5) Ta bande originale de film préférée ?

Blade Runner.

6) Ton artiste français préféré ?

Air. Mon grand frère était totalement obsédé par eux quand nous étions enfants. Sinon, j’ai pas mal écouté La Femme récemment.

7) Londres ou Paris ?

Paris. Londres est trop londonienne pour moi. Si tu vois ce que je veux dire.

8) Ta pochette d’album préférée ?

Transformer de Lou Reed.

9) Quelle est ta chanson préférée des DMA’S?

Break Me.

Pour tout savoir sur Rosborough, rendez-vous sur son site officiel.

English text

How did you discover the songs of Daniel Johnston ? Do you remember the first time ?

I remember it well. It was like being given something holy, but in the form of a cassette tape. I was about 10 years old and friends big brother was aware I had started playing guitar. I was looking at the cover of « Hi How Are You » beside their stereo and he let me borrow it. The hand drawn cover, the low fi recording. All of it seemed so attainable as a young musician but the underlying beauty in the songs was unbelievable

2) Why did you choose True Love will find you in the End ?

It was really difficult to decide on which track to choose. Out of all the Daniel Johnston tracks, this one seems to sum up the beauty in its simplicity. A recurring theme through all his work

What are your plans for 2019 ?

I have two european tours in February through to April, I also have a lot of new music coming and some amazing festivals in the summer Im super excited about. There’s going to be so much travelling and a huge amount of gigs

What’s your favorite memory of your tour with the DMA’S ?

It would have to be playing in Barrowlands Glasgow. It is such an amazing and famous venue. The DMAs played an amazing set and then we all had a fair share of Jameson after

What’s the story of Fall To Earth ?

I based it on the sense of reality, or lack of, that we get fed today on all media. It would be very easy to bash social media, but it seems that a lot of it is from major media outlets and sponsored government trolls as a distraction technique. It’s a last ditch attempt to sucker in everyone as we as a global society get more aware of whos actually pulling our strings, more educated in how things actually work and have far better access to educate ourselves and share our knowledge.

TOP 10

1) What’s your favorite record of 2018 ?

Lucy Dacus – Historian

2) What’s the best place to play a gig in the world ?

Derry, Ireland

3) What’s the best place to watch a gig in the world ?

Derry, Ireland

4) The ultimate chorus ?

Comfortably Numb

5) Your musical guilty pleasure ?

You Might Need Somebody – Shola Ama.

6) Your favorite soundtrack ?

Blade Runner.

7) What’s your favorite french artist ?

Air, my big brother’s friend was obsessed with them when we were kids but ive also recently been listening to La Femme a lot.

8) London or Paris ?

Paris, London is too London for me (if you get my meaning)

9) Your favourite cover album ?

Lou Reed Transformer.

10) Your favourite DMA’s Song ?

Break Me

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !