Catégories
Interviews

The Twilight Sad heureux

Quatre ans que nous n’avions plus de nouvelles de The Twilight Sad. Quatre ans qu’on tenait avec les chansons de Nobody Wants To Be Here And Nobody Wants To Leave en perfusion… Les écossais ont pris le temps de bien faire les choses et on ne saurait le leur reprocher. Les voilà de retour avec un line-up remanié (Brendan Smith et Johnny Docherty ont intégré le groupe), un nouveau copain (Robert Smith des The Cure pour qui le groupe ouvre souvent) et un nouveau label (Rock Action Records, le label de Mogwai) et un nouveau disque, It Wont Be Like This All Time.

Après s’être reposés en 2017 après le départ de leur batteur et une hypothétique sortie de route, The Twilight Sad revient chargé à bloc en 2019. Avec Nobody Wants To Be Here And Nobody Wants To Leave, les écossais ont réussi l’exploit de garder leur noirceur des débuts tout en adoucissant leur son. Aidés par Robert Smith, The Twilight Sad a enregistré un joli disque qui ravira les fans de Bauhaus comme les fans de Joy Division. Et puis comment résister à l’accent de James Graham qui roule les R comme on roule des mécaniques après avoir décroché son premier baiser.

Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

James : Je suis ravi par notre concert donné récemment à Paris. Je viens à Paris depuis que je suis enfant avec ma famille. Ma famille vit à Paris, c’est donc une ville qui compte beaucoup pour moi. Je suis également content de notre concert parisien. Il a affiché « complet » depuis quelques semaines. C’est agréable de savoir qu’on apprécie ta musique.

Pourquoi avoir appelé ce disque It Wont Be Like This All Time ?

Andy : C’est un extrait de Sunday Day 13. Lorsque nous avons lu les textes de toutes les chansons de l’album, ce titre s’est démarqué. Il résume parfaitement l’ambiance de l’enregistrement. Il a des connotations positives et négatives. Il représente bien les hauts et les bas que la vie peut apporter.

The Twilight Sad – VTr

Quelle est l’histoire de I/m Not Here [missing face] ? Quel est ton meilleur souvenir lié à cet enregistrement ?

James : C’est une chanson sur mon propre dégoût. Essayer d’être une bonne personne et avoir le sentiment d’échouer. Les mots à la fin de la chanson le résument bien « Que fais-tu ? Pourquoi fais-tu cela ? Pourquoi fais-tu ça à toi même ? ». Je n’ai pas arrêté de me répéter ça quand nous avons enregistré l’album.

Andy : En janvier 2018, nous avons enregistré dans une ferme du Devon qui s’appelle Middle Farm Studios, avec notre ingénieur du son live, Andy Bush. Nous avons remarqué qu’il y avait beaucoup plus d’énergie que nos précédents albums lorsque nous avons enregistré les démos. Par conséquent, pour conserver cet élément «live» dans le processus d’enregistrement, j’ai voulu éviter les erreurs, les bruits étranges, les retards de bande défectueux, etc. Nous avons donc enregistré le disque tout ensemble en gardant une certaine forme de spontanéité. Certaines parties de guitare ont été écrites au moment de l’enregistrement. Nous avons ensuite envoyé l’album à Los Angeles pour qu’il soit mixé par Chris Coady au Sunset Sound. Il a su ajouter sa signature à notre son.

Vous utilisez toujours la même méthode d’écriture ?

Andy : Nous avons un peu changé les choses cette fois-ci dans le but de garder les choses intéressantes. Normalement, j’envoie de la musique à James pour qu’il écrive les mélodies. Il me les renvoie et nous développons les chansons à partir de cette base de travail. Cette fois-ci, c’est James qui a commencé le travail. Je suis intervenu après. Je me suis basé sur son travail pour écrire les chansons. Au lieu d’aller à Glasgow, nous avons déménagé dans un cottage du Loch Fyne pour faire les arrangements et travailler sur la pré-production.

Pouvez-vous définir cet album en un seul mot ?

James : Belter.

It Wont Be Like This All Time de The Twilight Sad sera disponible le 18 janvier 2019 chez Rock Action.

The Twilight Sad - It Wont Be Like This All Time

The Twilight Sad - It Won't Be Like This All The Time

Tracklist : Twilight Sad - It Wont Be Like This All Time
  1. 10 Good Reasons For Modern Drugs
  2. Shooting Dennis Hopper Shooting
  3. The Arbor
  4. VTr
  5. Sunday Day 13
  6. I'm Not Here (Missing Face)
  7. Auge_Maschine
  8. Keep It All To Myself
  9. Girl Chewing Gum
  10. Let's Get Lost
  11. Videograms

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Twilight Sad

Vive la claustrophobie avec les Twilight Sad

Proches de The Cure, hébergés sur le label de Mogwai, on connaissait les Twilight Sad pour leur bon goût et leurs disques impeccables. Désormais accompagnés de Brendan Smith (Blue Nile, The Unwinding Hours) et de Johnny Doherty (Take a Worm For a Walk Week, RUNGS), les Ecossais ont enregistré un nouvel album qui pourrait bien…
The Twilight Sad

The Twilight Sad dans ta face

Désormais réduits à leur portion congrue (à savoir James Graham et Andy MacFarlane), The Twilight Sad sera en concert au Point Éphémère à Paris le 10 novembre prochain.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…