Catégories
Concerts (live reports)

Soirée Better Than Cheesecake au Favela Chic

Soirée Better Than Cheesecake au Favela Chic

Le concept est simple : une fourchetée d’amies serveuses au bar Favela Chic décident de pondre un calendrier de Pin Up pour nous réchauffer les sens de l’année 2010. Derrière l’objectif, Chloé Bonnard et devant ces poupées vintages avec tous les attributs des années 50/60’s pour convaincre. Il ne restait donc plus qu’à annoncer l’événement et fêter tout ça à la Favela Chic.

Au fond d’une ruelle de la rue Vieille du Temple, une carcasse de verre abîmée surplombe le passage de la Favela Chic. Des barrières et une petite meute de filles à talons aiguillées et robes de satin. Passé le porche, nous voilà plongé dans une autre époque et dans un autre hémisphère. 35 degrés, une décoration digne d’un bar cubain avec des vierges décolorées en plâtre, des bancs de bois, des vieux canapés défoncés en brocart…

Au fond du grand comptoir appâtant le client avec ses Mojitos et ses planteurs, une cuisine à cœur ouvert. Ici, on voit tout, et l’ambiance est conviviale, on se serre un peu et on s’assoie sur une des tables rondes ou un grand banc. Petite nappe carreau rouge et blanc.

La vente des calendriers se fait en arrière boutique, avant les vestiaires, les pinups se mêlent aux Nerds, ces beaux garçons à lunettes foncées et en gilet en laine, intello de service des années soixante.

Derrière les platines du Favela Chic, Peter from Austria, directeur de la boutique de Lomography à Paris (nldr ce petit appareil photo qui fait la nique au numérique et qui foisonne d’effets naïfs à l’argentique) et quelques uns de ses compères DJ. Les sautoirs et autres fioritures crochetés dans les coiffures de ces jouvencelles ont ainsi pu swinguer sur des vinyles des années folles. Quand la musique du Chicago de la Prohibition rencontre la déco brésilienne de la Favela, le choc des coutures plus que des cultures n’est pas loin : plus moyen de passer dans les allées sans récolter un coup de rein.

Vient enfin le concert des Cavaliers , un groupe parisien de surf music, oui oui ça existe ! A quoi bon se fatiguer avec des paroles quand l’instrumental fout déjà une sacrée claque, voilà ce que je me suis dit pendant la totalité du set. Alors oui, ça ne révolutionne pas l’histoire de la surf music, mais la foule se défoule et scotch sur les coups que la batterie reçoit. Un défouloir intense, une basse à la limite de la décence ! Quant à leur total look retro surf, avec des gilets noirs sur chemise  blanche et cravate, et leurs cheveux gominés sur une fine moustache latino : Aïe caramba !
Les volants et pois blanc des robes virevoltent, la sauce de la soirée a pris comme une mayonnaise.

Date : 8 décembre 2009
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Salle : L'Epicerie Moderne

Dans la cage à Lyon

L’Epicerie Moderne (Feyzin) C’est aussi la rentrée des classes pour les salles de concerts lyonnaises qui ont affûté leur programmation afin de proposer des soirées de qualité. Première étape avec le Transbordeur et L’Epicerie Moderne.

Plus dans Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…