Kumisolo + D.A.P. au Scopitone

Kumisolo + D.A.P. au Scopitone
Abi - 10/12/2009
Compte rendu concert : Kumisolo @ Scopitone, Paris | 9 décembre 2009
Kumisolo

Kumisolo , jeune Tokyoïte s’est fait connaître entre autre par la plateforme KISS KISS BANK BANK et par son interprétation de Mr Tambourine Man sur la compile Dylan Mania de Béatrice Ardisson. A nous de la retrouver jeudi dernier à bord du nouveau Scopitone pour un set désaxé.

D.A.P.

Première partie annoncée sur le papier par trois initiales mystérieuses : d.a.p. entremêlant aussi les artistes Chat et Loane sur quelques morceaux. On peut leur reconnaître du talent à chanter dans la langue de Molière. Mais le set s’englue quelque peu entre « Moleskine » et « Western », la faute aux trois claviers reléguant les deux grattes au second plan ? Les derniers morceaux sont beaucoup plus vivaces et plaisant à suivre. Mais la pression monte. On attend tous Kumisolo !

Kumisolo

Kumisolo débarque avec un total look panthère. Pantalon galbé et petite gabardine. Pianotant sur son clavier avec ses petits doigts vernis de Bleu Bermudes, sa petite moue aux lèvres roses est cerclée par son long carré frangée. Elle est accompagnée d’une boite à rythme et surtout d’un guitariste d’ami avec sa combinaison de Mario Bros rouge flamboyante, ses Vans premiers modèle et un air bien dégourdi.

Le set peut commencer : la trompette à la main et une autre sur le mac qui sert de beat ce soir. Les titres s’enchaînent à toute vitesse, débordant de fraîcheur et d’innocence. Kumisolo gesticule et mime ses paroles tantôt en français, tantôt en japonais. Une chanson s’appelle même Twingo, un jingle plutôt. On se dirait dans un karaoké : la voix de Kumi débite et les effets sonores enfantins créent un univers tout particulier. Le public s’encanaille.
Deux reprises assez déconcertantes : les Byrds des années soixante peuvent ravaler leur Tambourine Man avec de la sauce Soja et une soupe Miso… Kumisolo l’a trafiqué et rendu complétement kitschoune, un vrai bonheur.

Les féministes anglaises de The Slits peuvent aussi sourire devant la reprise de « I know what boy want » : les gesticulations et autre bonds de Kumi sont un vrai délice nippon. Un goût exotique qui lâche un pavé dans la marre, à l’heure où tous les classiques ont été revisité quarante fois sous le même angle de vue.

Kumisolo nous a gardé des effets digne de Dark Vador pour la fin de son set ; elle disparait sous sa tente affichant en lettres grasses tricolores son pseudo et réapparait pour un rappel de trois morceaux avec un nouvel uniforme baroque. Un apparat de voile vert émeraude et transparent l’enveloppe désormais, berçant ses formes longilignes. Le premier rang gigote, Kumisolo bondit à droite et à gauche. La simplicité de sa voix accordée aux beats ultra artificiels et bondés de colorants a un arrière goût de Jeu Vidéo. En fait, Kumisolo c’est aussi bon que nos friandises de synthèse ultra acidifiés, qu’on se collait dans les dents à nos 10 ans !

Date : 9 décembre 2009

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».