[EXCLU] Vidéo : Jin Kin – Cyber Telescope

Jin Kin vient de Suède mais a aluni à New York pour son space oddity avec ce premier titre, Cyber Telescope, extrait d'un EP à paraître fin septembre chez My Dear Recordings.


« Pour moi, la musique est le visage de ce qui se passe au-delà du monde physique, comme les sentiments, les pensées et les choses spirituelles. Grimace est le bon mot pour exprimer quelque chose avec le visage. Différentes chansons sont différentes grimaces. » Voilà comment Jin Kin décrit ses chansons. Il a beaucoup voyagé et il publiera enfin à la rentrée le résultat de ses pérégrinations avec son premier EP, Namaa.

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Augustincharnet-pleasedontdie

Vidéo : Augustin Charnet – Please don’t die

Augustin Charnet enfin dans la lumière. Après Kid Wise puis After Marianne et des mélodies pour Disiz et Damso ou Dinos, le voilà en solo avec un extrait de son premier album, Please don’t die .
Talisco-human

De la nature humaine

Retour sur terre pour Talisco avec un titre, Human qui annonce un nouvel album.
Initialsmb

Insatiable initials

Vous revenez d’une journée de boulot pas folichonne. Vous allumez la radio pour entendre la bornée vous expliquer les bienfaits d’une réforme qui défonce les jours heureux. Vous éteignez la radio. Et vous partez en quête de sérénité, d’ailleurs et vous tombez sur Initials MB et sa wah wah d’un autre âge.

Plus dans Son du jour

Augustincharnet-pleasedontdie

Vidéo : Augustin Charnet – Please don’t die

Augustin Charnet enfin dans la lumière. Après Kid Wise puis After Marianne et des mélodies pour Disiz et Damso ou Dinos, le voilà en solo avec un extrait de son premier album, Please don’t die .
Mattelliott-januaryssong

Vidéo : Matt Elliott – January’s Song

En Janvier, on voudrait du repos. Oublier les amours défuntes, les décès prématurés, les vœux hypocrites, les réformes iniques. Alors on écoute l’immense Matt Elliott avec désormais un saxophone envoûtant.