Catégories
Découvertes

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

Les grecs chez qui il faut encore et toujours aller voir étaient clairvoyants, Aristote avançait « Le sage est heureux jusque dans les tortures. », Solon affirmait, « On n’est heureux qu’après la mort ». Pas gai mais si vrai. Après un premier album intitulé A Laughing Death In Meatspace en 2018 qui dessinait le futur de leur histoire, Gareth Liddiard et Fiona Kitschin (The Drones), sévèrement Melbournés ont balancé le 23 août, Braindrops qui nous retourne le cerveau. Un petit coin de Paradise où l’on pense à l’autre sans trop de réciprocité, où l’Aspirin ne ne panse guère les maux, où le son venu de Venus n’apporte guère d’amour, où The Happiest Guy Around ne s’en remet jamais vraiment.

Tropical Fuck Storm – Braindrops

Tropical Fuck Storm - Braindrops

Tropical Fuck Storm - Braindrops

Tracklist : Tropical Fuck Storm - Braindrops
  1. Paradise
  2. The Planet Of Straw Men
  3. Who’s My Eugene ?
  4. The Happiest Guy Around
  5. Maria
  6. Braindrops
  7. Aspirin
  8. Desert Sands Of Venus
  9. Maria 63

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Why? – This Ole King

Vidéo : Why? – This Ole King

Why? nous fait tourner la tête avec son clip à 360°. On peut se balader à la recherche de Yoni Wolf et l’on prend un bon coup de soleil vocal.
Lou Barlow

Lou Barlow ne brasse pas du vent

Lou Barlow (Dinosaur Jr, Sebadoh, Folk Implosion) revient en solo le 04 septembre 2015. Un premier extrait, Moving, est disponible depuis quelques jours.
Jad Fair & Norman Blake - Yes

Jad Fair & Norman Blake

On ne découvre pas le fait que Jad Fair et Norman Blake s’apprécient… Fair et Blake avaient déjà collaboré le temps d’un disque du groupe du second larron qui forme ce duo (Words of Wisdom and Hope). Le Teenage Fanclub étant au repos en ce moment, Blake multiplie les projets solo et s’acoquine une nouvelle…
Son Lux - Lanterns Lit

Vidéo : Son Lux – Lanterns Lit

Son Lux, c’est Ryan Lott, chef d’orchestre pop qui a éclairé l’année musicale de ses Lanterns. Lanterns lit nous transporte en Asie et nous transporte tout court. Son Lux – Lanterns Lit
Son Lux

Portrait : Son Lux

Ryan Lott, alias Son Lux, a débarqué avec son troisième album « Lanterns » en fin d’année. Construit tel une symphonie moderne, il nous prouve, avec ce dernier opus, ses talents de mélodiste accompli.

Plus dans Découvertes

Melenas

Melenas ! ¡Que viva España!

Lloyd Cole peut prendre sereinement sa retraite (et continuer de rééditer les disques des Commotions), la relève est enfin assurée. Elle vient d’Espagne (de Pampelune pour être exact) et elle s’appelle Melenas. Elles s’appellent Melenas pour être (encore) exact. Quatre filles qui ont tout compris à la pop et qui anéantissent en un disque toute…
Big Wool - Simple Travel

Voyager léger avec Big Wool

Il y a des disques qui sont des invitations au voyage même s’ils ont été longtemps immobiles et intérieurs. Et quand en plus l’EP de Big Wool se nomme Simple Travel, on prend d‘autant plus facilement la route chère à Jack Kerouac.
Chien noir

L’important c’est d’aimer ?

On avait découvert Chien Noir en ouverture de Morgane Imbeaud aux Etoiles, il sort un premier titre, Quelle Importance dont la petite musique fait déjà danser notre cœur.

Le show T Truman

Timothy Lanham, clavièriste de The Vaccines prend la route seul pour les vacances. Et c’est formidable.

Une bonne dose de Bonner

Né dans la ville du King et vivant à Mazatlán, Jason Bonner chante le rêve américain comme Jason Molina l’aurait conté.