Catégories
Concerts (live reports)

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

© Fabrice Buffart

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural. 11 albums suivront, parfois claudiquants mais toujours sincères et un livre que tout artiste devrait avoir lu, Things the grandchildren should known (Tais-toi ou meurs en français, titre d’un des chapitres) que Pete Townsend évoque en ces termes : « J’en ai plus appris sur mon métier et mes méthodes de travail que dans les biographies de Chuck Berry, Elvis ou Bowie ».

Bref. Un concert de Monsieur E. est immanquable si l’on veut joyeusement nourrir son spleen avec cette magnifique bête curieuse. Après un set surprenant et efficace du duo féminin de Brooklyn Chaos Chaos (ex Smooth) adoubé très jeune par Death Cab for Cutie, Everett déboule sur une estrade au son de la BO de Rocky, son gang en léger retrait, sans piano. Et l’on se dit que la soirée va être rock. Ce fût le cas. Le facétieux entame le concert avec trois reprises, le Out in the street des Who qui reviennent avec un nouveau titre, Ball an chain et un album le 22 novembre, Mississippi Delta de l’icône Bobbie Gentry et une version étonnante du Raspberry Beret de Prince.

Eclectique et culotée l’anguille. Le gros son va durer tout le concert, entrecoupé de « soft rock » comme il le nomme, ses fameuses balades imparables de I need some sleep (comment le sait-il ?), Dirty girl qui nous shoot en plein coeur, un That look you gave that guy au vécu bouleversant ou encore P.S. You Rock My World et ses premiers vers, « I was at a funeral the day i realized, I wanted to spend my life with you… ». E poursuit et s’amuse à ‘déconstuire’ ses titres emblématiques, My beloved monster, Novocaine for the Soul ou I Like Birds. La présentation des musiciens et notamment de Little Joe son nouveau batteur qui chante un titre permet une accalmie sonore. Un tapis rouge est déployé, on passe l’aspirateur pour le défilé des musiciens avec une mention spéciale à The Chet (Jeff Lyster, le guitariste) et sa carrière avortée de top modèle.

Et le show reprend pour finir par deux rappels et un superbe méli mélo mêlant le sublime Love and mercy de Brian Wilson avec Blinking lights (for me) et Wonderful, glorious et au The end des Beatles, E filant au Hilton laissant ses camarades clore le concert. Bien sûr, certains auraient préféré moins de solo de guitares, moins de décibelles, plus de douceur, de poésie, de titres vague à l’âme. Mais pourquoi faire ? On ressort au final revigoré, ragaillardi, requinqué du cocnert d’un artiste qui a toujours su prendre des risques, ne s’est jamais répété, dont la vie est ses disques et ses disques sa vie et un peu la notre. Ce jour là était le bon jour pour un Beautiful Blues, pardon, un beautiful day

Chaos Chaos

2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos
2019_09_10_chaos_chaos

Eels

2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
2019_09_10_eels
Setlist du concert de Eels @ Radiant Bellevue, 10 septembre 2019
  1. Intro (Thème de Rocky) - Eels
  2. Out in the Street (The Who) - Eels
  3. Mississippi Delta (Bobbie Gentry) - Eels
  4. Raspberry Beret (Prince) - Eels
  5. Bone Dry - Eels
  6. Flyswatter - Eels
  7. Dog Faced Boy - Eels
  8. I Need Some Sleep - Eels
  9. Dirty Girl - Eels
  10. That Look You Give That Guy - Eels
  11. Prizefighter - Eels
  12. She Said Yeah (The Rolling Stones) - Eels
  13. Tremendous Dynamite - Eels
  14. Open My Present - Eels
  15. You Are the Shining Light - Eels
  16. My Beloved Monster - Eels
  17. In the Yard Behind the Church - Eels
  18. I Like the Way This Is Going - Eels
  19. Little Joe ! (E présente Joe le nouveau batteur) - Eels
  20. Today Is the Day - Eels
  21. Novocaine for the Soul - Eels
  22. Souljacker Part I - Eels
  23. I Like Birds - Eels
  24. P.S. You Rock My World - Eels
Rappel du concert de Eels @ Radiant Bellevue, 10 septembre 2019
  1. Fresh Feeling - Eels
  2. Mr. E's Beautiful Blues - Eels
  3. Fresh Blood - Eels
  4. Love and Mercy (Brian Wilson) - Eels
  5. Blinking Lights (For Me) - Eels
  6. Wonderful Glorious - Eels
  7. The End (The Beatles) - Eels
Date : 10 septembre 2019
Photographe
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Eels © Fabrice Buffart

The Eels are alright ?

Eels annonce la sortie de son nouvel album, Earth to Dora le 30 octobre avec un nouveau titre, Are We Alright Again.
eels

Upside down !

Encre une petite ritournelle dont mister E a le secret pour vous boulversifier le cœur et l’âme. Who You Say You Are
Eels-Baby-Lets-Make-It-Real

Real love with E.

Goddamn right it’s a beautiful day ! Mark Oliver Everett sort en pleine paix un bourre pif dont il a le secret, une chanson d’amour déçu réchauffé par le soleil de Californie.
Eels - Bone Dry

Vidéo : Eels – Bone Dry

Eels ne pense pas carrière mais construit assurément une oeuvre atypique au gré de ses humeurs. Et pour présenter son excellent petit dernier, The Deconstruction, il affirme que « le monde est un gros bordel, c’est juste de la musique, la musique de quelqu’un qui a tendance à croire que le changement commence dans votre propre…
Miles Oliver

Miles Oliver, chanteur au sang froid

I Miss Boredom de Miles Oliver débarque bientôt dans les bacs des disquaires. SK* vous propose de découvre en exclusivité quelques titres de ce charmant garçon.
Eels - Lockdown Hurricane

Vidéo : Eels – Lockdown Hurricane

Monsieur E en cavale se met au vert et se métamorphose. Une ballade forcément sensuelle et sauvage. Avec Lockdown Hurricane, Eels obtient son DEA en mélodie imparable avec son dernier album introspectif, The Cautionary Tales Of Mark Oliver Everett. Eels – Lockdown Hurricane

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…