Maman party#2 – La Flèche d’Or

Maman party#2 – La Flèche d’Or
Abi - 19/12/2009
Compte rendu concert : Nelson + Sheraff @ Flèche d'Or, Paris | 18 décembre 2009
Nelson

Sur une terrasse glaciale : deux fumeurs se réchauffent péniblement avec des allumettes. A l’intérieur de la Flèche d’Or (Paris) : on passe les 25 degrés et un sympathique fond sonore vient vous envelopper à l’occasion de la seconde soirée du label Maman Records. Au programme de ce baby-sitting maternel : concert de Nelson et Sheraff, suivi de sets DJs : Thieves Like Us DJs, DeBonton DJs et MAMAN DJs.

Nelson

Ce quatuor parisien étonne par son style : difficilement cernable. Est-ce du post-punk nostalgique, de l’électro effrité ou du rock minimaliste ? Un peu de tout ça probablement. Les influences sont variées de New Order à Animal Collective. Sur scène on remarque la performance de ces multi-instrumentistes qui tournent comme au jeu des chaises musicales. Peu de mélodies malheureusement, des effets tâchent d’y remédier entre un archet faisant crisser les cordes d’une guitare électrique et un attirail de pédales. Quelques cœurs et harmonies vocales viennent éveiller les instruments : est-ce une sorte de mélodie buccale ? Le batteur joue lui aux ombres chinoises au troisième plan : c’est bien dommage car son rythme est terriblement plus instructif que le reste. Nelson, on doit reconnaître que c’est bien meilleur qu’une brassée de copies françaises imberbes jouant aux Libertines, mais malgrès ces quelques pirouettes, tout le public ne mord pas à l’hameçon.

Sheraff

Changement de plateau, interlude musicale : tout juste le temps pour vous de commander un Côtes du Vantoux au comptoir et nous voilà littéralement propulsés dans le set de Sheraff. Mise en jambe jouissive avec Born in Summer dès le second morceau. Difficile de faire plus défoulant et incendiaire. Le chanteur est un sosie de Ewan McGregor dans Trainspotting. Une folle envie de lui balancer un sot d’eau pour le refroidir un peu, mais rien n’y fait la machine Sheraff est lancée. Premier constat : ce rock band a rapatrié la batterie sur la scène et non au fin fond des Backstages. Et on comprend vite pourquoi. Benjamin et ses baguettes, assis ou/et surtout debout : ça déboiterait la canne de ma grand-mère et ça envoie indéniablement du lourd. Modjo’s Back en fin de set, fait littéralement disjoncter les midinettes du premier rang : rien ne va plus. Une invitée surprise clôtura tout ça : Little. Dur de comprendre comment la chanteuse de pop douce (‘j’veux des violons’) a atterri dans cette bande rock-grunge : toujours est-il que leur reprise Shoes de Tiga passe très bien.

NB : Sheraff n’est pas seulement un groupe de scène, leur nouvel EP s’écoute foutrement bien !

On calme les troupes après ce set déchaîné : les DJs viennent prendre la relève et réjouir le public. Soirée réussie pour Maman !

Date : 18 décembre 2009
Réponses

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».