Maman party#2 – La Flèche d’Or

Sur une terrasse glaciale : deux fumeurs se réchauffent péniblement avec des allumettes. A l'intérieur de la Flèche d'Or (Paris) : on passe les 25 degrés et un sympathique fond sonore vient vous envelopper à l'occasion de la seconde soirée du label Maman Records. Au programme de ce baby-sitting maternel : concert de Nelson et Sheraff, suivi de sets DJs : Thieves Like Us DJs, DeBonton DJs et MAMAN DJs.

Nelson

Ce quatuor parisien étonne par son style : difficilement cernable. Est-ce du post-punk nostalgique, de l’électro effrité ou du rock minimaliste ? Un peu de tout ça probablement. Les influences sont variées de New Order à Animal Collective. Sur scène on remarque la performance de ces multi-instrumentistes qui tournent comme au jeu des chaises musicales. Peu de mélodies malheureusement, des effets tâchent d’y remédier entre un archet faisant crisser les cordes d’une guitare électrique et un attirail de pédales. Quelques cœurs et harmonies vocales viennent éveiller les instruments : est-ce une sorte de mélodie buccale ? Le batteur joue lui aux ombres chinoises au troisième plan : c’est bien dommage car son rythme est terriblement plus instructif que le reste. Nelson, on doit reconnaître que c’est bien meilleur qu’une brassée de copies françaises imberbes jouant aux Libertines, mais malgrès ces quelques pirouettes, tout le public ne mord pas à l’hameçon.

Sheraff

Changement de plateau, interlude musicale : tout juste le temps pour vous de commander un Côtes du Vantoux au comptoir et nous voilà littéralement propulsés dans le set de Sheraff. Mise en jambe jouissive avec Born in Summer dès le second morceau. Difficile de faire plus défoulant et incendiaire. Le chanteur est un sosie de Ewan McGregor dans Trainspotting. Une folle envie de lui balancer un sot d’eau pour le refroidir un peu, mais rien n’y fait la machine Sheraff est lancée. Premier constat : ce rock band a rapatrié la batterie sur la scène et non au fin fond des Backstages. Et on comprend vite pourquoi. Benjamin et ses baguettes, assis ou/et surtout debout : ça déboiterait la canne de ma grand-mère et ça envoie indéniablement du lourd. Modjo’s Back en fin de set, fait littéralement disjoncter les midinettes du premier rang : rien ne va plus. Une invitée surprise clôtura tout ça : Little. Dur de comprendre comment la chanteuse de pop douce (‘j’veux des violons’) a atterri dans cette bande rock-grunge : toujours est-il que leur reprise Shoes de Tiga passe très bien.

NB : Sheraff n’est pas seulement un groupe de scène, leur nouvel EP s’écoute foutrement bien !

On calme les troupes après ce set déchaîné : les DJs viennent prendre la relève et réjouir le public. Soirée réussie pour Maman Records !

Date : 18 décembre 2009

Cela pourrait vous intéresser

Nelson - Dancers Runners

Nelson – Dancers Runners

En 2006 le groupe parisien Nelson connait un certain succès avec leur premier et plutôt bon album « Revolving Doors » signé chez le défunt label Diamondtraxx. Ils reviennent avec un nouvel album, Dancers Runners, sorti sur le label Sauvage Records. La méthode de diffusion est originale, l’album est découpé en 4 EP. Chacun d’entre eux est […]

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.