Catégories
Concerts (live reports)

Marie-Flore @ L’International

© Chrystele Lacene

Mettons d’emblée les choses au clair : j’avais adoré l’EP de Marie-Flore, More than thirty seconds if you please, lorsque celui-ci était miraculeusement tombé entre mes mains quelques semaines plus tôt et me réjouissais donc d’assister à la mise en live de ces quelques pistes qui avaient su trouver leur chemin vers mon cœur de musicophile.

Il est 21h, il fait froid dehors, chaud dedans, un verre de rouge imbuvable à la main, pas de doute on est au bon endroit.
Devant un sous-sol comble, Marie-Flore fait son entrée, toute timide qu’elle est, un petit bout de femme qui s’excuserait presque d’être là.
Et ce sera là le cœur du problème tout au long du set : Marie-Flore est une fille talentueuse mais qui, passez moi l’expression légèrement machiste, manque de couilles.
Je m’explique : toute menue, elle se cache derrière une énorme guitare électrique et une frange qui cache ses yeux, nous dérobant de ce fait à toute communication d’expression, n’habitant véritablement aucun de ses mots.
Plus les chansons passent et moins je retrouve cette prise de risque et cette volonté d’abattre des cadres pré-fabriqués qui m’avaient séduit.

Pourtant la demoiselle ne manque pas de ressources: une voix tendre mais assurée et maîtrisée, un maniement de la guitare sans faille et qui colle parfaitement aux styles entre lesquels elle vogue, et de l’idée par dessus le marché! Seulement, bien que déjà convaincu par ses qualités, j’ai eu la nette impression qu’elle, ne l’était pas.
Peut être qu’à trop vouloir éviter les étiquettes elle finit par n’embrasser aucun style et donc laisser dans le vague ? Peut être manque-t-elle tout simplement d’assurance et de foi en ses créations (ce dont elle aurait tort) ?

Je continue dur comme fer à me repasser les huit morceaux de son EP et me dit que pourtant tout est là, que les défauts dont j’ai été le témoin ce soir ne seront sûrement qu’un accident de début de parcours, que ce concert poisson blanc-légumes vapeur n’est tout simplement pas digne de celle qui m’avait enchanté en me susurrant ses pop-folk songs désabusées.
Sans rancune !

Partager cet article
1 réponse sur « Marie-Flore @ L’International »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Marie-Flore - C'est si bon

C’est si bon, Marie-Flore !

Marie-Flore en concert c’est très très bon. Mais aux Etoiles, elle a chanté un inédit au milieu de son public, une offrande intime que l’on a hâte de retrouver enregistrée sur un disque.
Marie-Flore - Casse toi

Vidéo : Marie-Flore – Casse toi

Marie-Flore, ce sont des mots, que certains trouvent crus sans doute parce qu’on les a peu entendus dans la chanson en français. Ce sont surtout des maux, des maux durs, âpres, sauvages et voraces.
Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

5 questions à … Marie-Flore

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Marie-Flore à J moins 4 de la sortie de Braquage, brûlot torride, tison expiatoire et libérateur. Cela fait trois mois que…
Marie-Flore - Presqu'île

Vidéo : Marie-Flore – Presqu’île

On vous le certifie, Braquage de Marie-Flore va ridiculiser La casa del papel le 18 octobre. Assurément le casse de 2019 avec un disque fiévreux, brûlant, torride.
Marie-Flore - Tout ou Rien

Marie-Flore, encore !

Cela sera un des albums de la rentrée, on vous l’assure, Marie-Flore va braquer vos corps et vos cœurs avec un album en français qui prolonge son EP Passage digitale. Ce disque s’annonce personnel, sensuel, tensionnel, bref, sensationnel ! Tout ou rien, le deuxième extrait est une danse sauvage de sentiments violents arrangé par OMOH,…

Plus dans Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…