Baden Baden live aux Galeries Lafayettes

Baden Baden
ZiKomAgnes - 18/12/2009

Baden Baden aux Galeries Lafayettes
Baden Baden

Dans le registre des bons plans à Paris, étaient organisés des cocktails musicaux aux Galeries Lafayette Maison pendant les festivités pré-dinde aux marrons. Une petite pause découverte au milieu des traditionnelles courses de Noël. La dernière édition nous offrait un instant baden baden comme on en fait que trop rarement.

baden baden

Dans le magasin aux lignes aseptisées, derrière un rideau noir, il faut tendre l’oreille pour entendre le glockenspiel de PH qui s’élève, suivi par les guitares. Je reconnais ‘Surprise‘ avant de voir les cinq jeunes gens assis bien alignés face à deux canapés où sont posées des jeunes filles béates d’admiration. Pas de doute, on est au bon endroit.

Vu comme ça c’est sûr que ça pourrait être n’importe quel concert, pourtant baden baden est là pour vous surprendre. Les mélodies sont mélancoliques, les paroles peuvent être tristes, voire morbides si j’en crois ‘Tout est bien’, mais elles vous laissent étrangement avec un sourire sur les lèvres.

Un folk-rock-électro désarmant qui vous happe. Difficile cependant pour les chalands de se plonger dans leur univers, tellement le silence s’impose pour percevoir la voix d’Eric doublée par Guillaume dans le même registre que son cavaquinho. Les passants repartiront ayant capturé un bout de magie avant de retourner affronter la liste des cadeaux à boucler.

On sent les membres du groupe tendus, mal à l’aise – tous, sauf Julien, qui nonchalant, a l’air de se réveiller à peine. Cette disposition, si proche du public et en pleine lumière, doit être un tantinet impressionnante. Personnellement, j’aime pouvoir observer leur créativité dans le choix des instruments. Je découvre les petits sons qui m’ont titillé à l’écoute (répétitive voire abusive) des titres, comme Guillaume qui pince les cordes du manche de son cavaquinho sur ‘Anyone’ [le clip a été tourné, on attend le résultat avec impatience]

Je me dois d’apprécier le travail de Gabriel sur les percussions, qui ce soir est venu armé d’un cajon, sur lequel il tape à l’aide de balais, un tambourin qui pour moi tient lieu de charley, avec – sûrement un clin d’œil festif – des grelots au pied. Les baden baden déploient toute une artillerie d’instruments, de l’harmonica au mélodica en passant par la cabasa ou le vibraslap qui fera sursauter tout le monde sur leur reprise de ‘L’autre bout du monde’ d’Emily Loizeau.

Par ces températures négatives, baden baden est comme un irish coffee après une journée de ski. A vous d’en juger, je vous livre ma préférée : The Book (Page One)

A noter que les baden baden sont en battle CQFD jusqu’à dimanche. Toutes les infos ici.

Crédit Photo: Caroline Keî
Date: 17 décembre 2009

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».