Baden Baden live aux Galeries Lafayettes

Baden Baden
Dans le registre des bons plans à Paris, étaient organisés des cocktails musicaux aux Galeries Lafayette Maison pendant les festivités pré-dinde aux marrons. Une petite pause découverte au milieu des traditionnelles courses de Noël. La dernière édition nous offrait un instant baden baden comme on en fait que trop rarement.

baden baden

Dans le magasin aux lignes aseptisées, derrière un rideau noir, il faut tendre l’oreille pour entendre le glockenspiel de PH qui s’élève, suivi par les guitares. Je reconnais ‘Surprise‘ avant de voir les cinq jeunes gens assis bien alignés face à deux canapés où sont posées des jeunes filles béates d’admiration. Pas de doute, on est au bon endroit.

Vu comme ça c’est sûr que ça pourrait être n’importe quel concert, pourtant baden baden est là pour vous surprendre. Les mélodies sont mélancoliques, les paroles peuvent être tristes, voire morbides si j’en crois ‘Tout est bien’, mais elles vous laissent étrangement avec un sourire sur les lèvres.

Discographie

Un folk-rock-électro désarmant qui vous happe. Difficile cependant pour les chalands de se plonger dans leur univers, tellement le silence s’impose pour percevoir la voix d’Eric doublée par Guillaume dans le même registre que son cavaquinho. Les passants repartiront ayant capturé un bout de magie avant de retourner affronter la liste des cadeaux à boucler.

On sent les membres du groupe tendus, mal à l’aise – tous, sauf Julien, qui nonchalant, a l’air de se réveiller à peine. Cette disposition, si proche du public et en pleine lumière, doit être un tantinet impressionnante. Personnellement, j’aime pouvoir observer leur créativité dans le choix des instruments. Je découvre les petits sons qui m’ont titillé à l’écoute (répétitive voire abusive) des titres, comme Guillaume qui pince les cordes du manche de son cavaquinho sur ‘Anyone’ [le clip a été tourné, on attend le résultat avec impatience]

Je me dois d’apprécier le travail de Gabriel sur les percussions, qui ce soir est venu armé d’un cajon, sur lequel il tape à l’aide de balais, un tambourin qui pour moi tient lieu de charley, avec – sûrement un clin d’œil festif – des grelots au pied. Les baden baden déploient toute une artillerie d’instruments, de l’harmonica au mélodica en passant par la cabasa ou le vibraslap qui fera sursauter tout le monde sur leur reprise de ‘L’autre bout du monde’ d’Emily Loizeau.

Par ces températures négatives, baden baden est comme un irish coffee après une journée de ski. A vous d’en juger, je vous livre ma préférée : The Book (Page One)

A noter que les baden baden sont en battle CQFD jusqu’à dimanche. Toutes les infos ici.

Crédit Photo: Caroline Keî
Date: 17 décembre 2009

Cela pourrait vous intéresser

Baden Baden

Baden Baden rentre d’exil

Ils avaient écrit Mille Eclairs, un des disques de l’année 2015. Les revoilà avec La Nuit Devant, un troisième album qui nous emmène vers des nuits électroniques.

La marée noire mélodique d’Exsonvaldes

Concernant les Exsonvaldes, nous allons faire comme Henri IV à Canossa en janvier 1077, c’est à dire que nous allons faire pénitence. Ces Parisiens s’apprêtent à sortir leur quatrième album et nous venons seulement de les découvrir.
Festival Les Belles Journées à Bourgoin-Jaillieu

Et Bourgoin Jaillit !

Comment ne pas évoquer un festival qui regroupe la crème des artistes français qui font la musique d’aujourd’hui et que SK* affectionne particulièrement.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.