Les Gelatine Turner tapent dans le dur

Les frères de Gelatine Turner sont habillés comme des lads de Manchester. Mais au lieu de sonner comme les La's ou Cast, les Gelatine Turner sonnent comme les... Gelatine Turner. Sur une base rock, les frères Audoynaud rappent et enchaînent les merveilles. En 2012, Aline regardait le ciel. En 2020, Gelatine Turner regarde derrière les nuages.

Comment êtes-vous venus à la musique ?

Gelatine Turner : On a toujours été des passionnés de musique, et même avant d’en faire on avait l’habitude d’échanger sur nos découvertes. Nous n’avons pas de formation de musicien et c’est cette passion du son qui nous a amené à faire de la musique. Au début, Pierre avait pour volonté de réutiliser de manière pirate tous ces morceaux qu’il avait adorés en les intégrant dans des instrus par les samples. C’est à cette époque qu’on a commencé à faire de la musique ensemble à Limoges au sein du collectif de rap Harakiri pour lequel il faisait les instrus. C’est avec eux que j’ai commencé l’écriture, il y avait à ce moment là un vrai engouement pour le rap à Limoges et je m’y suis raccroché. Par la suite, quand on s’est retrouvé sur Paris, cela nous paraissait évident de continuer la route à deux, on partageait la même volonté de dépasser le rap avec un projet hybride.

Pourquoi l’avoir appelé Derrière les Nuages ?

L’écriture des différentes chansons a été assez libre. Nous n’avons pas défini de concept particulier autour de l’EP, mais plutôt une ambiance, une orientation, un état d’esprit. Avec Gelatine on a toujours avancé dans une atmosphère brumeuse que ce soit dans les textes, l’interprétation, les compositions et les sonorités. Cette fois-ci on voulait aller vers quelque chose de plus lumineux, c’était l’idée de voir derrière les nuages. Les thématiques de l’EP avaient un point commun, elles évoquaient un univers suspendu dans les airs, que ce soit le rêve, la pluie, le cerf-volant et les mirages. Enfin, Derrière les nuages est également le titre du morceau phare de l’EP.

Combien de temps a pris l’enregistrement ?

On a commencé à travailler sur Derrière les nuages il y a à peu près un an. On a la chance d’avoir notre propre studio pour composer et enregistrer ce qui nous permet d’être autonome et libre dans le travail de création. Pour cet EP on a voulu tester beaucoup de choses afin de trouver l’identité sonore du projet. On est passé par plusieurs voies pour arriver finalement à ces 6 morceaux. Pour les enregistrements, on a voulu prendre le temps d’envisager différentes formes, notamment sur le chant. On a réalisé un vrai travail de défrichage afin de trouver notre son.

Ce fut un enregistrement facile ?

C’était variable en fonction des morceaux, pour certains ça a été évident et pour d’autres il a fallu y retourner plusieurs fois afin de trouver la meilleure manière d’aborder l’instru. On pourrait dire que ça a été plutôt lourd, mais c’était essentiel et ça nous a permis d’améliorer notre pratique du studio et notre organisation du travail.

Quelle est l’histoire de Ciel ?

Ciel a été le premier morceau qu’on a enregistré. On y voyait vraiment une avancée sur notre travail, tant sur la voix que sur la composition. Avec du recul je dirai que l’idée de la chanson a été inspiré d’un côté par la vue du ciel qu’offrait la fenêtre de mon appartement et de l’autre par les lectures que j’avais à ce moment là. Dans le cadre de mes recherches universitaires, je lisais beaucoup de littérature latine. Le ciel y était très présent, interprété comme une entité supérieur, de l’ordre du sacré, parfois personnifié, parfois loué. En parallèle je me suis intéressé aux textes anciens chinois comme le Tao et j’y retrouvais une nouvelle fois le ciel. Les deux s’entremêlaient, le ciel dévoilé à la fenêtre et le ciel immatériel, spirituel. J’ai voulu écrire quelque chose à partir de ça.

TOP 05

01) Votre disque préféré de 2020 (pour le moment) ?

Dark Lane Demo Tapes de Drake et PARTYMOBILE de PARTYNEXTDOOR.

02) Le disque que vous attendez le plus ?

Xerrox Vol. 4 de Alva Noto et le prochain album de Frank Ocean.

03) Le disque que tout le monde a écouté sauf vous ?

Shape of you d’Ed Sheeran.

04) Le disque que personne ne vous soupçonne d’écouter ?

ANTI de Rihanna ou encore The 20/20 Experience de Justin Timberlake.

05) Votre pochette de disque favorite ?

ClouddeadClouddead
DJ HealerNothing 2 loose
DestroyerKen
Les pochettes des albums de Alva Noto avec Ryiuchi Sakamoto.

Gelatine Turner - Derrière Les Nuages

Derrière Les Nuages des Gelatine Turner sera disponible le 5 juin 2020.

Gelatine Turner - Derrière Les Nuages

Tracklist : Gelatine Turner - Derrière Les Nuages
  1. Je L'ai Vue En Rêve
  2. Ciel
  3. Toute La Pluie Tombe Au Même Endroit
  4. Derrière Les Nuages
  5. Comme Le Cerf-Volant
  6. Des Vertiges; Des Mirages

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Pomme – Nelly

Vidéo : Pomme – Nelly

Ne pas tourner le dos. Sortir la tête hors de l’eau. Pomme aime après l’enfer et rend un hommage sensible et stupéfiant à Nelly Arcan.
Pethrol – Capital

[EXCLU] Vidéo : Pethrol – Capital

Le cours de Pethrol prend de la valeur avec en exclusivité leur nouveau titre Capital avant la sortie d’un album en français à la rentrée.

Plus dans Découvertes

Just Mustard

Just married to Just Mustard

Ecouter Just Mustard c’est ressentir le délicieux et parfois violent picotement de la moutarde sur votre langue. La voix diaphane de Katie Ball et les plaintes tailladantes des guitares de ce quintette irlandais augurent de concerts fiévreux.
Bryon Parker

Mile High Bryon Parker !

Denver c’est la terre du milieu et celle de David Eugene Edwards ou de … Earth, Wind & Fire. Mais en écoutant Bryon Parker on est plus proche d’un early Ben Lee ou du Jeff Martin d’Idaho avec ces trois titres d’un EP, 3 Consecutive Championships disponible chez VanGerrett Records (Kramies)
tillmann

L’envol de Tilmann

Tilmann sort de sa Chrysalis avec un EP composé de six titres désormais à quatre.
Zen Gatha - minutes de calme intérieur

Zen Gatha !

Gatha nous gâte avec son nouveau titre, Minutes de Calme Intérieur ou MDCI en exclusivité. Elle passe à l’orange pour mieux mettre un carton rouge à notre société productiviste et décérébrante.